Arrêté Ministériel du 31 mai 2011
publié le 08 juillet 2011

Arrêté ministériel modifiant l'annexe Ire de l'arrêté ministériel du 19 mars 2004 fixant la liste des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales en exécution des articles 1.1.2 et 5.9.2.1bis de l'arrêté du Gouvernement fla

source
autorite flamande
numac
2011035514
pub.
08/07/2011
prom.
31/05/2011
moniteur
http://www.ejustice.just.fgov.be/cgi/article_body.pl?language=fr&c(...)
Document Qrcode

AUTORITE FLAMANDE

Environnement, Nature et Energie


31 MAI 2011. - Arrêté ministériel modifiant l'annexe Ire de l' arrêté ministériel du 19 mars 2004Documents pertinents retrouvés type arrêté ministériel prom. 19/03/2004 pub. 14/10/2004 numac 2004036442 source ministere de la communaute flamande Arrêté ministériel établissant la liste des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales en exécution des articles 1.1.2 et 5.9.2.1bis de l'arrêté du Gouvernement flamand du 1er juin 1995 fixant les dispositions générales et fermer fixant la liste des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales en exécution des articles 1.1.2 et 5.9.2.1bis de l'arrêté du Gouvernement flamand du 1er juin 1995 fixant les dispositions générales et sectorielles en matière d'hygiène de l'environnement


La Ministre flamande de l'Environnement, de la Nature et de la Culture, Vu le décret du 28 juin 1985 relatif à l'autorisation écologique, notamment l'article 20, alinéa premier, modifié par les décrets des 21 décembre 1990 et 26 mars 2004;

Vu l'arrêté du Gouvernement flamand du 1er juin 1995 fixant les dispositions générales et sectorielles en matière d'hygiène de l'environnement, notamment l'article 1.1.2, modifié en dernier lieu par l' arrêté du Gouvernement flamand du 14 janvier 2011Documents pertinents retrouvés type arrêté du gouvernement flamand prom. 14/01/2011 pub. 23/02/2011 numac 2011035179 source autorite flamande Arrêté du Gouvernement flamand modifiant différentes dispositions de l'arrêté du Gouvernement flamand du 1er juin 1995 fixant les dispositions générales et sectorielles en matière d'hygiène de l'environnement et modifiant l'annexe 1 fermer, et l'article 5.9.2.1bis, inséré par l' arrêté du Gouvernement flamand du 19 septembre 2003Documents pertinents retrouvés type arrêté du gouvernement flamand prom. 19/09/2003 pub. 10/10/2003 numac 2003201211 source ministere de la communaute flamande Arrêté du Gouvernement flamand modifiant l'arrêté du Gouvernement flamand du 6 février 1991 fixant le règlement flamand relatif à l'autorisation écologique et modifiant l'arrêté du Gouvernement flamand du 1er juin 1995 fixant les disp fermer;

Vu l' arrêté ministériel du 19 mars 2004Documents pertinents retrouvés type arrêté ministériel prom. 19/03/2004 pub. 14/10/2004 numac 2004036442 source ministere de la communaute flamande Arrêté ministériel établissant la liste des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales en exécution des articles 1.1.2 et 5.9.2.1bis de l'arrêté du Gouvernement flamand du 1er juin 1995 fixant les dispositions générales et fermer fixant la liste des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales en exécution des articles 1.1.2 et 5.9.2.1bis de l'arrêté du Gouvernement flamand du 1er juin 1995 fixant les dispositions générales et sectorielles en matière d'hygiène de l'environnement Vu l'avis 49.564/3 du Conseil d'Etat, donné le 10 mai 2011, en application de l'article 84, § 1er, alinéa premier, 1°, des lois sur le Conseil d'Etat, coordonnées le 12 janvier 1973, Arrête :

Article 1er.Dans l' arrêté ministériel du 19 mars 2004Documents pertinents retrouvés type arrêté ministériel prom. 19/03/2004 pub. 14/10/2004 numac 2004036442 source ministere de la communaute flamande Arrêté ministériel établissant la liste des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales en exécution des articles 1.1.2 et 5.9.2.1bis de l'arrêté du Gouvernement flamand du 1er juin 1995 fixant les dispositions générales et fermer fixant la liste des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales en exécution des articles 1.1.2 et 5.9.2.1bis de l'arrêté du Gouvernement flamand du 1er juin 1995 fixant les dispositions générales et sectorielles en matière d'hygiène de l'environnement, l'annexe I est remplacée par l'annexe jointe au présent arrêté.

Art. 2.Le présent arrêté entre en vigueur le jour de sa publication au Moniteur belge.

Bruxelles, le 31 mai 2011.

La Ministre flamande de l'Environnement, de la Nature et de la Culture, J. SCHAUVLIEGE

Annexe à l'arrêté ministériel du 31 mai 2011 modifiant l' arrêté ministériel du 19 mars 2004Documents pertinents retrouvés type arrêté ministériel prom. 19/03/2004 pub. 14/10/2004 numac 2004036442 source ministere de la communaute flamande Arrêté ministériel établissant la liste des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales en exécution des articles 1.1.2 et 5.9.2.1bis de l'arrêté du Gouvernement flamand du 1er juin 1995 fixant les dispositions générales et fermer fixant la liste des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales en exécution des articles 1.1.2 et 5.9.2.1bis de l'arrêté du Gouvernement flamand du 1er juin 1995 fixant les dispositions générales et sectorielles en matière d'hygiène de l'environnement Annexe Ire à l' arrêté ministériel du 19 mars 2004Documents pertinents retrouvés type arrêté ministériel prom. 19/03/2004 pub. 14/10/2004 numac 2004036442 source ministere de la communaute flamande Arrêté ministériel établissant la liste des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales en exécution des articles 1.1.2 et 5.9.2.1bis de l'arrêté du Gouvernement flamand du 1er juin 1995 fixant les dispositions générales et fermer fixant la liste des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales en exécution des articles 1.1.2 et 5.9.2.1bis de l'arrêté du Gouvernement flamand du 1er juin 1995 fixant les dispositions générales et sectorielles en matière d'hygiène de l'environnement Annexe Ire. Liste des étables pauvres en émissions ammoniacales CHAPITRE 1er. - Dispositions générales 1.1. La présente annexe détermine les systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales applicables dans les porcheries et les poulaillers. Les systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales pour les porcheries sont repris dans la liste V. Les systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales pour les poulaillers sont repris dans la liste P. La liste S comprend les techniques connectées en aval pour la purification de l'odeur d'étable sortante, qui peuvent être appliquées sur des porcheries et des poulaillers ventilés de manière mécanique. Chaque système d'étable pauvre en émissions ammoniacales est indiqué par une combinaison de chiffres et de lettres unique et par une courte description. Pour chaque système d'étable pauvre en émissions ammoniacales, il est donné une description du fonctionnement, des exigences au niveau de la réalisation, des exigences liées à l'utilisation et des autres particularités. La liste O énumère les catégories de porcs et de volailles pour lesquelles il n'existe pas ou pas suffisamment de systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales testés dans la pratique. 1.2. Pour l'application de la présente annexe, on entend par : 1° Surface émettrice de fumier organique : surface de contact du fumier organique dans la cave à fumier, le conduit de fumier, le bac de fumier ou la poche de fumier, à l'intérieur et à l'extérieur de la section avec l'odeur de l'étable.2° Espace habitable : superficie libre au sol, librement accessible pour les animaux.3° Système d'évacuation du fumier organique : système pour évacuer le fumier organique des conduits à fumier ou d'autres récipients (provisoires) vers d'autres entreposages de fumier externes ou situés plus en profondeur et séparés des canaux ou des récipients susmentionnés.4° Largeur du conduit de fumier : la largeur de la grille au-dessus du conduit de fumier, sauf disposition contraire.5° Agent non coagulant : tout agent plat, lisse, résistant au fumier, résistant à la corrosion et facile à nettoyer, auquel le fumier ne se coagule pas, par exemple le polyester, le polyéthylène, l'acier inoxydable, le béton plat, l'agent pourvu d'un revêtement ou de la faïence.6° Grille : sol dont le rapport entre les ouvertures et la superficie totale du sol s'élève au moins à 15 %.7° Grille à passage surélevé du fumier : sol dont le rapport entre les ouvertures et la superficie totale s'élève à au moins 40 %, et dont la forme des poutres de la grille est adaptée de sorte qu'elles sont plus étroites en bas qu'en haut, comme dans une grille en métal à trois côtés.8° Sol étanche : sol ayant une étanchéité de 100 %.9° Infirmerie : partie de l'étable destinée à tenir temporairement des animaux malades, qui remplit les conditions suivantes : a) le nombre d'emplacements pour les animaux ne dépasse pas les 5 % du nombre total d'emplacements pour les animaux dans l'étable;b) la réalisation est différente de celle de la section normale, par exemple la paille versus la grille;c) la possibilité d'emplacement individuel des animaux est prévue;d) une zone de repos distincte, recouverte ou pourvue d'un autre revêtement de sol est présente.En cas d'utilisation de paille ou de litière, le paquet paille/litière-fumier doit être entièrement enlevé après chaque occupation. 10° Porcelets : porcelets de sevrage jusqu'à 10 semaines.11° Jeune truie : femelle du porc, quelque soit l'âge, jusqu'au moment de la première cochonnée.12° Profondeur du conduit de fumier : la distance mesurée entre le dessous des grilles et le fond du conduit de fumier.13° Profondeur du conduit d'eau : la distance mesurée entre le dessous des grilles et le fond du conduit d'eau.14° Soupape d'arrêt : système automatique ou manuel permettant de fermer des points d'évacuation ou des conduits d'évacuation des conduits de fumier, conduits d'eau, bacs de fumier et poches de fumier.15° Inclinaison d'une paroi inclinée : l'angle aigu formé par la paroi inclinée et le prolongement du sol du conduit de fumier ou du conduit d'eau, sauf disposition contraire. 1.3. Lorsqu'un système d'étable pauvre en émissions ammoniacales avoisine un système d'étable non pauvre en émissions ammoniacales, les stockages respectifs de fumier des deux systèmes d'étables ne peuvent pas être interconnectés. 1.4. Jusqu'au moment de l'accouplement ou de l'insémination, les jeunes truies sont classées sous les porcs de charcuterie. Les systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales applicables aux porcs de charcuterie s'appliquent également aux jeunes truies jusqu'au moment de l'accouplement ou de l'insémination. 1.5. Lorsque les emplacements originaux dans l'étable occupés par les animaux malades doivent rester inoccupés, aucun système d'étable pauvre en émissions ammoniacales ne doit être appliqué dans la partie de l'étable aménagée comme infirmerie. 1.6. Les soupapes d'arrêt dans des points d'évacuation ou des conduits d'évacuation des conduits de fumier, conduits d'eau, bacs de fumier et poches de fumier doivent être résistants au fumier et, en position fermée, ils doivent retenir tout le fumier dans le conduit de fumier, conduit d'eau, bac de fumier ou poche de fumier concerné(e). La soupape d'arrêt ne peut pas être ouverte par la pression du fumier dans le conduit d'évacuation sous-jacent. 1.7. Lorsque tant des conduits d'eau que des conduits de fumier ou des bacs de fumier ou poches de fumier sont présents dans un système d'étable, les conduits d'eau peuvent être raccordés sur le même conduit d'évacuation principal que les conduits de fumier, bacs de fumier ou poches de fumier. 1.8. L'étanchéité aux liquides des conduits d'évacuation des conduits de fumier, conduits d'eau, bacs de fumier et poches de fumier doit être contrôlée avant le coulage du béton en remplissant les conduits d'évacuation avec de l'eau. 1.9. Les parois inclinées dans des conduits de fumier et des conduits d'eau doivent être composées d'un agent non coagulant. 1.10. Lorsque des parois inclinées doivent être appliquées, celles-ci doivent être montées sur le sol du conduit de fumier ou du conduit d'eau, et être raccordées de manière étanche aux liquides sur les parois et le sol du conduit de fumier ou du conduit d'eau. 1.11. Aux endroits où des accessoires sont intégrés dans la construction en béton lors de la construction d'un conduit d'eau ou de fumier, cette étanchéité doit être prolongée à la construction en béton. 1.12. Le conduit de fumier ne peut pas être en relation ouverte avec un conduit d'eau ou de fumier quelconque présent en dessous des grilles et/ou sols, ou avec l'espace situé en dessous des parois inclinées. 1.13. Le conduit d'eau ne peut pas être en relation ouverte avec les conduits de fumier, conduits en dessous du sol étanche, conduits en dessous du couloir de service, couloir de travail, couloir de fourrage ou les espaces en dessous des parois inclinées. 1.14. Là où un mangeoire se trouve au dessus du conduit d'eau, un grillage ou paillassonnage divergeant peut être appliqué sur le conduit d'eau, sur une longueur maximale de 0,50 m en dessous du mangeoire. 1.15. Les eaux de nettoyage des cages peuvent être utilisées pour remplir les conduits d'eau. CHAPITRE 2. - Facteurs d'émission maximaux pour des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales 2.1. Les facteurs d'émission maximaux pour des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales pour porcs, exprimés en kg NH3 par emplacement pour animaux par an, s'élèvent à :

kg NH3 par emplacement pour animaux par an

Porcelets

0,30

Truies dans des cages de parturition

4,45

Truies dans des étables d'accouplement et de gestation

2,60

Porcs de charcuterie

1,40


2.2. Les facteurs d'émission maximaux pour des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales pour la volaille, exprimés en kg NH3 par emplacement pour animaux par an, s'élèvent à :

kg NH3 par emplacement pour animaux par an

Poules d'élevage de poules pondeuses - système de poulaillers ou de batteries

0,023

Poules d'élevage de poules pondeuses - logement sur le sol

0 085

Poules pondeuses y compris les animaux (grands-)parents des races pondeuses - système de poulaillers ou de batteries

0,050

Poules pondeuses y compris les animaux (grands-)parents des races pondeuses - logement sur le sol

0,158

Animaux-parents de coquelets

0,290

Coquelets

0,045

Poules d'élevage d'animaux-parents coquelets

0,155


CHAPITRE 3. - Liste V de systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales pour porcs Section 1re. - Systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales

pour porcelets 3.1.1. Système V-1.2 Caves à fumier peu profondes avec un conduit de fumier et un conduit d'eau 3.1.1.1. Les émissions ammoniacales sont limitées par la réduction de la surface émettrice de fumier. Un canal d'eau étroit se trouve à l'avant, et le fumier est recueilli à l'arrière dans un large conduit de fumier, ces deux conduits sont équipés d'une grille à passage surélevé du fumier. 3.1.1.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Conduit de fumier : a) la surface émettrice de fumier du conduit de fumier peut s'élever à au maximum 0,13 m2 par emplacement pour animaux;b) le conduit de fumier doit être équipé d'une grille à passage surélevé du fumier;c) le conduit de fumier peut avoir une profondeur maximale de 0,50 m.2° Conduit d'eau : a) le conduit d'eau doit avoir une largeur minimale de 0,30 m;b) le conduit d'eau doit être équipé d'une grille à passage surélevé du fumier;c) le conduit d'eau peut avoir une profondeur maximale de 0,50 m.3° Réalisation de la cage : a) 45 % à 55 % de la surface totale au sol des cages doivent être étanches.Ce sol étanche est réalisé de manière ronde; b) la largeur maximale de la cage est de 1,30 m et le rapport profondeur/largeur de la cage doit être supérieur ou égal à 2,10;c) la séparation entre les cages doit être réalisée de manière étanche, à l'exception de la partie située au-dessus du conduit de fumier arrière.La séparation de la cage à cet endroit est un grillage ouvert, dont les 0,30 m inférieurs peuvent être réalisés de manière étanche. 4° Evacuation du fumier : Différentes variantes sont possibles pour la réalisation de l'évacuation du fumier et de l'eau.Le diamètre de l'ouverture de l'évacuation doit s'élever dans tous les cas à 150 mm au minimum. 3.1.1.3. Les exigences suivantes s'appliquent à ce système : 1° Le conduit d'eau et le conduit de fumier doivent être vidés après chaque période, après quoi la cage peut être nettoyée.2° Les soupapes d'arrêt du conduit de fumier doivent être ouvertes chacune à leur tour.3° Le niveau de l'eau dans le conduit d'eau doit s'élever toujours à au minimum 0,05 m. 3.1.1.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 0,26 kg NH3 par emplacement pour animaux par an dans le cas d'une étable avec un espace vital d'au maximum 0,35 m2 par emplacement pour animaux. 3.1.2. Système V-1.3. Evacuation séparée du fumier et de l'urine à l'aide d'un tapis incliné pour le fumier 3.1.2.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en recueillant le fumier et l'urine sur un tapis pour le fumier qui se trouve en dessous des grilles. Etant donné que le tapis pour le fumier est incliné aussi bien dans le sens transversal que dans le sens de la longueur, l'urine est continuellement évacuée de l'étable. Le fumier est enlevé de l'étable parce que le tapis pour le fumier passe au moins 10 fois par jour dans l'étable. 3.1.2.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Le conduit de fumier doit être équipé d'une grille à passage surélevé du fumier.2° Un tapis pour le fumier se trouve en dessous de la surface de la grille et tout le fumier et l'urine arrivent sur ce tapis.3° Le tapis pour le fumier doit être réalisé en plastique et doit présenter une inclinaison minimale de 3 % dans le sens transversal et de 1 % dans le sens de la longueur.4° Le tapis pour le fumier peut être placé vers l'avant ou vers l'arrière dans le sens de la longueur.5° Les côtés du tapis pour le fumier sont protégés avec des plaques spéciales en plastique qui sont fixées contre les parois du conduit de fumier.Le tapis est soutenu par des plaques ou des rouleaux qui sont montés en dessous du tapis dans le conduit de fumier. 6° Le tapis pour le fumier passe régulièrement, ce qui fait que le fumier est évacué à l'aide d'un racleur en acier inoxydable ou en plastique.Ce racleur doit être raccordé étroitement au tapis pour le fumier. Le racleur doit enlever le fumier solide du tapis de manière à ce qu'aucun restants de fumier ne restent sur le tapis, et que le fumier ne soit pas étendu sur le tapis. L'urine est continuellement évacuée grâce à l'inclinaison du tapis pour le fumier. 7° Les défécations et l'urine doivent être stockées en dehors de l'étable dans un lieu d'entreposage du fumier séparé à l'aide d'un système de transport.Il ne peut y avoir aucun transport d'air par le système de transport entre les sections et entre l'entreposage du fumier et les sections. 3.1.2.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Le tapis pour le fumier doit passer au moins 10 fois par jour.Le passage du tapis a lieu au moins une fois toutes les deux heures au cours de la période entre 4 heures et 22 heures. Le passage du tapis n'est pas nécessaire au cours de la période entre 22 heures et 4 heures parce qu'il n'y a pas ou il y a peu de production de fumier au cours de cette période. 2° Une minuterie automatique avec une possibilité de relecture doit pouvoir donner un aperçu du nombre de passages du tapis pour le fumier au cours des 7 derniers jours.La durée de passage doit également être enregistrée. 3° Le tapis pour le fumier doit être nettoyé avec de l'eau à la suite de chaque période.4° L'exploitant doit avoir un contrat d'entretien en vertu duquel le contrôle et l'entretien du système ont lieu une fois par an. 3.1.2.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à : 1° 0,20 kg NH3 par emplacement pour animaux par an dans le cas d'une étable avec un espace vital d'au maximum 0,35 m2 par emplacement pour animaux.2° 0,25 kg NH3 par emplacement pour animaux par an dans le cas d'une étable avec un espace vital de plus de 0,35 m2 par emplacement pour animaux. 3.1.3. Système V-1.4. Système de pont de refroidissement, avec 150 % de la surface de refroidissement 3.1.3.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en refroidissant la couche de fumier dans le haut du conduit de fumier à l'aide d'éléments de refroidissement flottants. De l'eau souterraine est pompée pour être utilisée comme liquide de refroidissement. 3.1.3.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Le conduit de fumier doit être équipé d'une grille à passage surélevé du fumier.2° En cas d'une étable avec un espace vital d'au maximum 0,35 m2 par emplacement pour animaux, la surface émettrice du conduit de fumier doit s'élever à au maximum 0,50 m2 par emplacement pour animaux.3° En cas d'une étable avec un espace vital de plus de 0,35 m2 par emplacement pour animaux, la surface émettrice du conduit de fumier doit s'élever à au maximum 0,67 m2 par emplacement pour animaux.4° Des éléments de refroidissement sont installés dans les conduits de fumier, et ces éléments de refroidissement sont composés de plusieurs lamelles de 0,14 m de large et sont réalisés en plastique de très haute qualité.Les lamelles sont placées en dessous d'un angle d'environ 60° et suspendues dans une structure flottante. Remplies d'eau, les lamelles continuent a flotter juste en dessous de la surface du fumier. La surface des éléments de refroidissement doit s'élever à au minimum 150 % de la surface du conduit de fumier. 5° La surface d'une lamelle est égale à la circonférence de la lamelle (0,30 m) multipliée par la longueur de la lamelle.6° Les éléments de refroidissement sont attachés en série par conduit de fumier et sont raccordés de manière parallèle entre les conduits de fumier selon le système Tiggelman sur le conduit d'arrivée et d'évacuation de l'eau.Ce faisant, un débit d'eau identique s'écoule dans chaque conduit de fumier. Un manomètre garantit que si une fuite d'eau survient à un endroit, l'arrivée d'eau est directement stoppée. 7° De l'eau souterraine est pompée pour être utilisée comme liquide de refroidissement.L'eau qui circule grâce aux éléments de refroidissement est ensuite pompée à nouveau dans le sol. 3.1.3.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° La température de l'eau qui est pompée à nouveau dans le sol doit être au maximum de 14 °C et être réchauffée au maximum 3 °C.2° La température du fumier dans le haut du conduit de fumier ne peut pas être supérieure à 15 °C.3° La température tant du fumier dans le haut du conduit de fumier que des eaux pompées dans les deux sens, est mesurée et enregistrée automatiquement.Cet enregistrement doit prévoir une possibilité de consultation rétrospective d'au moins 7 jours. 4° La quantité de l'eau souterraine pompée doit être enregistrée.5° Un contrat d'entretien doit être conclu afin que deux contrôles et entretiens du système soient réalisés chaque année. 3.1.3.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à : 1° 0,15 kg NH3 par emplacement pour animaux par an dans le cas d'une étable avec un espace vital d'au maximum 0,35 m2 par emplacement pour animaux.2° 0,19 kg NH3 par emplacement pour animaux par an dans le cas d'une étable avec un espace vital de plus de 0,35 m2 par emplacement pour animaux. 3.1.4. Système V-1.5. Grille complète avec des conduits d'eau et de fumier, éventuellement équipée d'une (de) paroi(s) inclinée(s), avec une surface émettrice de fumier inférieure à 0,10 m2 3.1.4.1. Les émissions ammoniacales sont limitées grâce à la réduction de la surface émettrice de fumier par emplacement pour animaux en appliquant des conduits d'eau et de fumier. 3.1.4.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Conduit de fumier : a) la largeur du conduit de fumier doit être au minimum de 0,90 m;b) la surface émettrice de fumier dans le conduit de fumier peut s'élever à au maximum 0,10 m2 par emplacement pour animaux;c) la surface de la grille au-dessus du conduit de fumier peut s'élever à au maximum 0,12 m2 par emplacement pour animaux;d) le conduit de fumier doit être équipé d'une grille à passage surélevé de fumier. Si le conduit de fumier est réalisé avec une (des) paroi(s) inclinée(s), alors : e) l'ampleur de la surface émettrice de fumier dans le conduit de fumier doit être garantie par un déversoir;f) une paroi inclinée doit être réalisée sous un angle d'au minimum 45° par rapport à la base;2° Conduit d'eau : a) le conduit d'eau peut être réalisé avec une (des) paroi(s) droite(s) ou avec une (des) paroi(s) inclinée(s);b) si le conduit d'eau est réalisé avec une (des) paroi(s) inclinée(s), celles-ci doivent avoir une inclinaison d'au minimum 45°;c) le conduit d'eau doit être équipé d'un grillage en plastique, dont au maximum 0,07 m2 par emplacement pour animaux peut être réalisé comme plaque étanche de chauffage par le sol moyennant les prévisions nécessaires pour assurer qu'il ne reste pas de fumier sur la plaque chauffante en cas de souillure occasionnelle;3° Réalisation de la cage : Les mangeoires ne peuvent pas être placées au-dessus du conduit de fumier de la cage.4° Evacuation du fumier : a) pour l'évacuation du fumier du conduit de fumier, un système d'égout ou un système d'évacuation, qui peut être coupé de l'air, doit être installé, afin que le fumier puisse fréquemment être évacué des conduits de fumier sans laisser de résidus;b) le diamètre de l'ouverture de l'évacuation doit être au minimum de 150 mm, le diamètre du conduit d'évacuation doit être au minimum de 200 mm;c) le système d'égout ou le système d'évacuation, qui peut être coupé de l'air, dispose d'une soupape d'arrêt centrale par conduit de fumier;d) en outre, l'évacuation du fumier doit être garantie de manière à ce que la surface émettrice de fumier ne soit jamais supérieure à 0,10 m2 par emplacement pour animaux.Cela doit être réalisé à l'aide d'un déversoir avec un passage minimal de 75 mm dont l'ouverture d'afflux est installée de manière visible dans le conduit de fumier. En outre, le déversoir doit être équipé d'un siphon. Le déversoir ne peut pas être raccordé au conduit principal du système d'égout ou d'un autre système d'évacuation qui peut être coupé de l'air; e) une soupape d'arrêt (centrale) doit être installée dans le système d'évacuation du conduit d'eau. 3.1.4.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Après chaque période, les conduits d'eau et de fumier doivent être vidés.2° La (les) paroi(s) inclinée(s) éventuellement présente(s) dans les conduits de fumier doi(ven)t être nettoyée(s) après chaque période.3° Le niveau de l'eau dans le conduit d'eau doit s'élever toujours à au minimum 0,05 m. 3.1.4.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 0,20 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 3.1.5. Système V-1.6. Grille partielle avec un conduit de fumier (et d'eau), éventuellement équipé d'une (de) paroi(s) inclinée(s) 3.1.5.1. Les émissions ammoniacales sont limitées grâce à la réduction de la surface émettrice de fumier par emplacement pour animaux grâce à la commande de la tenue du fumier et à l'application éventuelle d'un conduit d'eau et/ou d'une (de) paroi(s) inclinée(s) dans le conduit de fumier. 3.1.5.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Conduit de fumier : a) la largeur du conduit de fumier doit être au minimum de 0,60 m;b) la surface émettrice de fumier dans le conduit de fumier peut s'élever à au maximum 0,10 m2 par emplacement pour animaux;c) la surface de la grille au-dessus du conduit de fumier peut s'élever à au maximum 0,15 m2 par emplacement pour animaux;d) le conduit de fumier doit être équipé d'une grille à passage surélevé de fumier. Si le conduit de fumier est réalisé avec une (des) paroi(s) inclinée(s), alors : e) l'ampleur de la surface émettrice de fumier dans le conduit de fumier doit être garantie par un déversoir;f) une paroi inclinée contre le sol étanche doit être réalisée sous une inclinaison minimale de 45° par rapport à la base;g) une paroi inclinée contre le mur arrière doit être réalisée sous une inclinaison minimale de 60° par rapport à la base;2° Il y a deux réalisations de cage possibles : a) la cage est réalisée avec une grille partielle, ce qui fait que la cage est composée à l'avant d'une partie du sol étanche et inclinée.A l'arrière de la cage se trouve la partie de la grille, en dessous de laquelle se trouve le conduit de fumier; b) la cage est réalisée avec un sol courbé en son milieu.A l'avant de la cage se trouve un conduit d'eau et à l'arrière un conduit de fumier, où : i. la surface de la grille située au-dessus du conduit d'eau ne peut jamais être plus grande que la surface de la grille située au-dessus du conduit de fumier; ii. la largeur de la surface de l'eau est au maximum de 0,60 m; iii. le conduit d'eau peut être réalisé avec une (des) paroi(s) droite(s) ou avec une (des) paroi(s) inclinée(s); si le conduit d'eau est réalisé avec une (des) paroi(s) inclinée(s), celles-ci doivent avoir une inclinaison minimale de 45°; c) pour les deux types de cages : i.les mangeoires ne peuvent pas être placées au-dessus du conduit de fumier de la cage; ii. il doit y avoir une surface de sol étanche minimale de 0,12 m2 par emplacement pour animaux. 3° Evacuation du fumier : a) pour l'évacuation du fumier du conduit de fumier, un système d'égout ou un système d'évacuation, qui peut être coupé de l'air, doit être installé, afin que le fumier puisse fréquemment être évacué des conduits de fumier sans laisser de résidus;b) le diamètre de l'ouverture de l'évacuation doit être au minimum de 150 mm, le diamètre du conduit d'évacuation doit être au minimum de 200 mm;c) le système d'égout ou le système d'évacuation, qui peut être coupé de l'air, dispose d'une soupape d'arrêt centrale par conduit de fumier;d) en outre, l'évacuation du fumier doit être garantie de manière à ce que la surface émettrice de fumier ne soit jamais supérieure à 0,10 m2 par emplacement pour animaux.Cela doit être réalisé à l'aide d'un déversoir avec un passage minimal de 75 mm dont l'ouverture d'afflux est installée de manière visible dans le conduit de fumier. En outre, le déversoir doit être équipé d'un siphon. Le déversoir ne peut pas être raccordé au conduit principal du système d'égout ou d'un autre système d'évacuation qui peut être coupé de l'air; e) une soupape d'arrêt (centrale) doit être installée dans le système d'évacuation du conduit d'eau. 3.1.5.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Après chaque période, les conduits de fumier (et d'eau) doivent être vidés.2° La (les) paroi(s) inclinée(s) éventuellement présente(s) dans les conduits de fumier doi(ven)t être nettoyée(s) après chaque période.3° Si un conduit d'eau est appliqué, le niveau de l'eau dans le conduit d'eau doit toujours s'élever à au minimum 0,05 m. 3.1.5.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 0,18 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. Section 2. - Systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales pour

truies (y compris les porcelets jusqu'au sevrage) dans des cages de parturition 3.2.1. Système V-2.1. Conduit de fumier avec système d'évacuation de fumier 3.2.1.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en recueillant le fumier dans un conduit de fumier situé en dessous des grilles et en supprimant de l'étable ce fumier une à deux fois par jour à l'aide d'un système d'égout ou d'un autre système d'évacuation qui peut être coupé de l'air. 3.2.1.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Le conduit de fumier doit : a) comprendre toute la surface de la grille afin que l'ammoniaque ne s'échappe pas de la cave à fumier vers l'étable;b) avoir deux parois inclinées, la paroi arrière ayant une inclinaison minimale de 60° et la paroi avant ayant une inclinaison minimale de 45°.2° Des points d'évacuation donnant vers le système d'égout situé en dessous du conduit de fumier doivent être présents dans la base du conduit de fumier et être séparés les uns des autres de maximum 2 mètres.Le conduit de fumier doit être vidé avant qu'un niveau de fumier de 0,10 m soit atteint. Afin de garantir ceci, un déversoir est également prévu dans le conduit de fumier. Le déversoir doit être installé de manière accessible et visible. 3° Une soupape d'arrêt centrale doit être présente dans chaque conduit de fumier et le fumier évacué doit être entreposé dans un lieu de stockage du fumier séparé. 3.2.1.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Le fumier doit être enlevé du conduit de fumier par le biais du système d'égout ou d'un autre système d'évacuation qui peut être coupé de l'air tous les deux jours.2° Une couche de fumier d'environ 0,02 m doit être laissée pour éviter qu'une fraction solide ne reste collée. 3.2.1.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 3,20 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 3.2.2. Système V-2.2. Caves à fumier peu profondes avec un conduit de fumier et un conduit d'eau. 3.2.2.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en réduisant la surface émettrice de fumier. En dessous des grilles, la cave à fumier peu profonde est divisée à l'aide d'un mur en un conduit d'eau avec minimum 0,05 m d'eau et un conduit de fumier situé en dessous de l'arrière de la truie. 3.2.2.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° La cave à fumier peut avoir une profondeur maximale de 1,00 m.2° La cave à fumier est divisée par un mur étanche au fumier en un large conduit d'eau situé en dessous de l'avant de la truie et en un étroit conduit de fumier situé en dessous de l'arrière de la truie.La forme du mur étanche au fumier est libre, dans la mesure où les exigences relatives à la surface et aux dimensions du conduit de fumier et relatives à la localisation du mur étanche au fumier, telles que fixées aux points 3°, 4° et 5°, sont remplies. 3° La surface du conduit de fumier peut s'élever au maximum à 0,80 m2 par emplacement pour animaux.4° Pour limiter la surface émettrice, la largeur du conduit de fumier n'est pas partout égale : a) par cage de parturition, le conduit de fumier peut être plus large que 0,30 m sur une longueur minimale de 0,60 m et maximale de 0,70 m;b) ailleurs, le conduit de fumier a une largeur minimale de 0,20 m et maximale de 0,30 m.5° Au point le plus large du conduit de fumier, la distance de l'avant du box pour les truies jusqu'au mur étanche au fumier s'élève à 1,60 m au maximum en cas d'une disposition droite et à 1,70 m au maximum en cas d'une disposition diagonale.6° Par cage de parturition, un point de vidange est requis qui se trouve au centre du conduit de fumier, sauf : a) si les boxes de parturition sont situés queue contre queue, sans espace intermédiaire.Dans ce cas, les 2 conduits de fumier peuvent être réalisés comme un conduit, avec un point de vidange par 2 cages de parturition, et la largeur de ce double conduit de fumier peut s'élever, au point le plus étroit, à 0,30 m au minimum et à 0,60 m au maximum; b) si les boxes de parturition sont situés de manière diagonale, et 2 truies voisines se trouvent queue contre queue.Dans ce cas, il suffit d'avoir un point de vidange par 2 boxes de parturition, qui se situe à la hauteur de la cloison. 3.2.2.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Le liquide contenu dans le conduit d'eau doit être vidé à la fin de chaque période de parturition à l'aide des soupapes d'arrêt, après quoi la cage de parturition peut être nettoyée.2° Le niveau de l'eau dans le conduit d'eau doit s'élever toujours à au minimum 0,05 m. 3.2.2.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 4,00 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 3.2.3. Système V-2.3. Coulisses dans le conduit d'écoulement de fumier 3.2.3.1. Les émissions ammoniacales sont limitées grâce à la réduction de la surface émettrice de fumier dans le conduit de fumier en combinaison avec l'évacuation fréquente du fumier et la limitation du contact entre le fumier et l'urine. Le conduit de fumier est équipé de parois inclinées et d'un conduit d'écoulement. Plusieurs coulisses permettent l'évacuation fréquente du fumier tant des parois inclinées que dans le conduit d'écoulement. 3.2.3.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Les cages de parturition doivent être équipées d'une partie de sol étanche et d'un grillage de sol composé d'une grille à passage surélevé de fumier.2° Le conduit de fumier doit être équipé de parois inclinées ayant une inclinaison minimale de 40° par rapport aux grilles, et dans le fond d'un conduit d'écoulement rond ayant un diamètre de 250-300 mm. L'ensemble des parois inclinées et du conduit d'écoulement peut être installé dans le conduit de fumier dans une forme en plastique préfabriquée. 3° Coulisse de fumier : Le système se compose d'une combinaison de six coulisses, qui sont fixées à un cylindre.Le cylindre a une longueur de 0,60 m, est équipé d'une plaque ronde en acier inoxydable à ses deux extrémités et d'un anneau en caoutchouc qui fonctionne comme coulisse pour le conduit d'écoulement. Les parois inclinées sont équipées de deux bandes en acier inoxydable qui sont associées au cylindre. Les bandes grattent le fumier de la paroi. La combinaison des coulisses est déplacée vers l'avant à l'aide d'un câble en acier.

Un mouvement de coulisse est composé d'un mouvement vers l'avant : la coulisse est remise en place lors du mouvement de coulisse suivant. 4° Evacuation du fumier : La plus grande partie de l'urine doit être évacuée continuellement par le biais des points d'évacuation situés aux deux extrémités du conduit de fumier.Lors de chaque mouvement de coulisse, le fumier solide et la partie restante de l'urine sont évacués par le biais des mêmes points d'évacuation vers un lieu de stockage. Les points d'évacuation doivent être équipés d'une vanne qui s'ouvre lorsque que le fumier et/ou l'urine arrive et qui se referme lorsque le fumier et/ou l'urine est évacué. Il ne peut pas y avoir d'interstices au niveau de la vanne (par exemple : à cause de salissures avec du fumier). 3.2.3.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Le fumier doit se glisser en dehors de la section au minimum huit fois par jour.2° Le système de commande doit pouvoir donner un aperçu du nombre de mouvements de coulisse qui ont été réalisés au cours des sept derniers jours. 3.2.3.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 2,50 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 3.2.4. Système V-2.4. Système de pont de refroidissement, avec 150 % de la surface de refroidissement 3.2.4.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en refroidissant la couche de fumier dans le haut du conduit de fumier à l'aide d'éléments de refroidissement flottants. De l'eau souterraine est pompée pour être utilisée comme liquide de refroidissement. 3.2.4.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Le conduit de fumier doit être équipé de grilles en plastique ou en métal et la surface émettrice de fumier doit s'élever à au maximum 5,0 m2 par emplacement pour animaux.2° Des éléments de refroidissement sont installés dans les conduits de fumier, et ces éléments de refroidissement sont composés de plusieurs lamelles de 14 cm de large et sont réalisés en plastique de très haute qualité.Les lamelles sont placées en dessous d'un angle d'environ 60° et suspendues dans une structure flottante. Remplies d'eau, les lamelles continuent a flotter juste en dessous de la surface du fumier. La surface des éléments de refroidissement doit s'élever à au minimum 150 % de la surface du conduit de fumier. 3° Les éléments de refroidissement sont attachés en série par conduit de fumier et sont raccordés de manière parallèle entre les conduits de fumier selon le système Tiggelman sur le conduit d'arrivée et d'évacuation de l'eau.Ce faisant, un débit d'eau identique s'écoule dans chaque conduit de fumier. Un manomètre garantit que si une fuite d'eau survient à un endroit, l'arrivée d'eau est directement arrêtée. 4° De l'eau souterraine est pompée pour être utilisée comme liquide de refroidissement.L'eau qui circule grâce aux éléments de refroidissement est ensuite pompée à nouveau dans le sol. 3.2.4.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° La température de l'eau qui est pompée à nouveau dans le sol doit être au maximum de 14 °C et être réchauffée au maximum 3 °C.2° La température du fumier dans le haut du conduit de fumier ne peut pas être supérieure à 15 °C.3° La température tant du fumier dans le haut du conduit de fumier que des eaux pompées dans les deux sens, est mesurée et enregistrée automatiquement.Cet enregistrement doit prévoir une possibilité de consultation rétrospective d'au moins 7 jours. 4° La quantité de l'eau souterraine pompée doit être enregistrée.5° L'exploitant doit avoir un contrat d'entretien en vertu duquel le contrôle et l'entretien du système ont lieu deux fois par an. 3.2.4.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 2,40 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 3.2.5. Système V-2.5. Bac de fumier en dessous de la cage de parturition 3.2.5.1. Les émissions ammoniacales sont limitées grâce à la réduction de la surface émettrice de fumier jusqu'à au maximum 1,10 m2 par emplacement pour animaux et grâce à l'installation d'un bac de fumier. 3.2.5.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Réalisation de la cage : a) la surface émettrice de fumier ne peut pas être supérieure à 1,10 m2 par emplacement pour animaux;b) un bac de fumier est installé en dessous de chaque truie portante. Un bac de fumier est un récipient peu profond qui est suspendu en dessous des grilles; c) le système s'applique également dans les cages de parturition dans une disposition inclinée, où il est important que le postérieur de la truie soit situé au-dessus de la partie la plus profonde du bac de fumier.2° Bac de fumier : a) les bacs de fumier peuvent être produits de manière préfabriquée et sont composés d'un matériau lisse et facile à nettoyer;b) la profondeur du bac de fumier doit s'élever à l'avant à au minimum 0,05 m, mesure prise à partir de la partie inférieure de la grille;c) la profondeur du bac de fumier à l'arrière s'élève à au minimum 0,20 m;d) le bac de fumier doit comprendre toute la surface de la grille;e) l'angle d'inclinaison du bac de fumier vers le point d'évacuation doit être de 3° au minimum, en utilisant une base inclinée.3° Moment de l'évacuation et fréquences des évacuations : a) le fumier doit être évacué avant que la surface émettrice de fumier ne devienne supérieure à 1,10 m2 par emplacement pour animaux.C'est réglé par une protection du passage; b) le fumier doit être évacué automatiquement au minimum tous les trois jours.4° Evacuation du fumier : a) pour l'évacuation du fumier du bac de fumier, un système d'égout ou un autre système d'évacuation, qui peut être coupé de l'air, doit être installé, afin que le fumier puisse fréquemment être évacué sans laisser de résidus;b) le diamètre de l'ouverture de l'évacuation doit être de 90 mm au minimum à l'intérieur, le diamètre du conduit d'évacuation doit être de 110 mm au minimum et de 125 mm au maximum (jusqu'à la soupape d'arrêt). 3.2.5.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Dans le cadre du contrôle et du maintien, la fréquence de l'évacuation du fumier doit être réglée automatiquement.2° Il doit y avoir la possibilité de consultation rétrospective des moments d'évacuation des 7 derniers jours. 3.2.5.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 2,90 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 3.2.6. Système V-2.6. Poche de fumier avec un conduit d'eau et un conduit de fumier en dessous de la cage de parturition 3.2.6.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en réduisant la surface émettrice de fumier jusqu'à 0,80 m2 au maximum par emplacement pour animaux et en installant une poche de fumier avec un conduit d'eau et un conduit de fumier en dessous de la cage de parturition. 3.2.6.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Réalisation de la cage et du sol : a) la surface émettrice de fumier ne peut être supérieure à 0,80 m2 par emplacement pour animaux;b) une poche de fumier est installée en dessous de chaque cage de parturition.Une poche de fumier est un bac peu profond qui est suspendu en dessous des grilles. La poche de fumier est divisée en un conduit d'eau et un conduit de fumier; c) le système s'applique dans les cages de parturition avec une disposition droite et inclinée, ainsi que dans le cas d'une grille partielle et complète, où il est important que le postérieur de la truie portante soit situé au-dessus du conduit de fumier.2° Poche de fumier : a) les poches de fumier peuvent être produites de manière préfabriquée et sont fabriquées en un matériau lisse, résistant à la corrosion, non coagulant et facile à nettoyer;b) la poche de fumier doit comprendre toute la surface de la grille;c) le conduit de fumier doit au minimum contenir les 0,20 derniers m de la poche de fumier, ainsi que l'emplacement du fumier de la truie portante.Le reste de la poche de fumier comprend le conduit d'eau. 3° Evacuation de la poche de fumier : a) le fumier doit être évacué avant qu'un niveau de fumier de 0,12 m soit atteint.C'est réglé par une protection du passage. La protection du passage doit être facilement accessible et installée de manière visible; b) pour l'évacuation du fumier et de l'eau de la poche de fumier, un système d'égout ou un autre système d'évacuation qui peut être coupé de l'air doit être installé, afin que le fumier puisse fréquemment être évacué sans laisser de résidus;c) le diamètre de l'ouverture de l'évacuation doit être de 90 mm au minimum à l'intérieur, le diamètre du conduit d'évacuation doit être de 110 mm au minimum (jusqu'à la soupape d'arrêt). 3.2.6.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Le conduit d'eau et le conduit de fumier doivent être vidés après chaque période, après quoi la cage peut être nettoyée 2° Le niveau de l'eau dans le conduit d'eau doit s'élever toujours à au minimum 0,05 m. 3.2.6.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 2,90 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. Section 3. - Systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales pour

truies dans des étables d'accouplement et de gestation 3.3.1. Système V-3.1. Conduits étroits de fumier avec grille à passage surélevé du fumier (s'applique uniquement dans le cas d'un emplacement individuel) 3.3.1.1. Ce système est uniquement autorisé pour l'emplacement des truies au cours de la période d'accouplement et jusqu'à 4 semaines après. 3.3.1.2. Les émissions ammoniacales sont limitées en abaissant uniquement la partie du sol où les truies défèquent et en équipant ce conduit de fumier d'une grille à passage surélevé du fumier. Le sol entre les rangs de boxes est réalisé soit comme sol étanche, soit entièrement comme grille avec un conduit d'eau en dessous. 3.3.1.3. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Conduit de fumier : a) le conduit de fumier a une largeur minimale de 0,50 m et maximale de 0,60 m;b) la surface émettrice de fumier dans le conduit de fumier peut s'élever au maximum à 0,40 m2 par emplacement pour animaux.2° Conduit d'eau : a) entre les conduits de fumier (en d'autres mots, entre les rangs de boxes installés queue contre queue), un conduit d'eau est installé ou non;b) si un conduit d'eau est appliqué, celui-ci doit être équipé d'une grille;c) la surface maximale du conduit d'eau s'élève à 0,75 m2 par emplacement pour animaux;d) le conduit d'eau doit toujours contenir au minimum 0,05 m d'eau.3° Grilles et fente pour le fumier : a) Le conduit de fumier doit être équipé d'une grille à passage surélevé du fumier, avec une largeur de poutre de 1,0 cm à 1,2 cm et une largeur de fente de 1,2 cm au minimum et de 2,0 cm au maximum, qui est également équipée d'une fente pour le fumier de 10 cm au minimum et de 12 cm au maximum;b) la fente pour le fumier ne peut être temporairement fermée que pour le déplacement des animaux. 3.3.1.4. L'exigence suivante s'applique à l'utilisation de ce système : Si un conduit d'eau est appliqué, celui-ci doit être vidé au moins six fois par an. 3.3.1.5. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 2,40 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 3.3.2. Système V-3.2. Conduit de fumier avec une grille de combinaison et une évacuation fréquente du fumier (s'applique seulement dans le cas de l'emplacement individuel) 3.3.2.1. Ce système est uniquement autorisé pour l'emplacement des truies au cours de la période d'accouplement et jusqu'à 4 semaines après. 3.3.2.2. Les émissions ammoniacales sont limitées en recueillant le fumier dans un conduit de fumier situé en dessous des grilles et en supprimant de l'étable ce fumier fréquemment à l'aide d'un système d'égout ou d'un autre système d'évacuation qui peut être coupé de l'air. 3.3.2.3. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Le conduit de fumier doit : a) comprendre toute la surface de la grille afin que l'ammoniaque ne s'échappe pas de la cave à fumier vers l'étable;b) être équipé de deux parois inclinées, dont la paroi arrière doit avoir une inclinaison de 80° - 90° et la paroi avant doit avoir une inclinaison de 50° - 55°.Le sol du conduit de fumier doit avoir une largeur maximale de 0,3 m entre la paroi arrière et la paroi avant. 2° Des points d'évacuation donnant vers le système d'égout situé en dessous du conduit de fumier doivent être présents dans le sol du conduit de fumier et être séparés les uns des autres de 2 m au maximum.3° Une soupape d'arrêt centrale doit être présente dans chaque conduit de fumier et le fumier évacué doit être entreposé dans un lieu de stockage du fumier séparé.4° En plus de la partie qui est composée de la grille à passage surélevé du fumier, la grille de combinaison doit disposer d'une large fente (0,10 m) afin d'améliorer le passage du fumier.Par grille de combinaison nous entendons des grilles avec une grille à passage surélevé du fumier à l'arrière sur au minimum 27 % de la largeur. 3.3.2.4. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Le fumier doit être enlevé une fois par jour du conduit de fumier par le biais du système d'égout ou de l'autre système d'évacuation qui peut être coupé de l'air.Pour ce faire, une couche de fumier d'environ 0,02 m doit être laissée pour éviter qu'une fraction solide ne reste collée. 2° Le système d'enlèvement du fumier doit être pourvu d'une garantie selon laquelle le conduit pour le fumier contient maximum 0,10 m de fumier. 3.3.2.5. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 1,80 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 3.3.3. Système V-3.3. Système de pont de refroidissement, avec 115 % de la surface de refroidissement 3.3.3.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en refroidissant la couche de fumier dans le haut du conduit de fumier à l'aide d'éléments de refroidissement flottants. De l'eau souterraine est pompée pour être utilisée comme liquide de refroidissement. 3.3.3.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Le conduit de fumier doit être équipé de grilles en béton, en plastique ou en métal et la surface émettrice de fumier doit s'élever à au maximum 1,0 m2 par emplacement pour animaux.2° Des éléments de refroidissement sont installés dans les conduits de fumier, et ces éléments de refroidissement sont composés de plusieurs lamelles de 0,14 m de large et sont réalisés en plastique de très haute qualité.Les lamelles sont placées en dessous d'un angle d'environ 60° et suspendues dans une structure flottante. Remplies d'eau, les lamelles continuent a flotter juste en dessous de la surface du fumier. La surface des éléments de refroidissement doit s'élever à au minimum 115 % de la surface du conduit de fumier. 3° Les éléments de refroidissement sont attachés en série par conduit de fumier et sont raccordés de manière parallèle entre les conduits de fumier selon le système Tiggelman sur le conduit d'arrivée et d'évacuation de l'eau.Ce faisant, un débit d'eau identique s'écoule dans chaque conduit de fumier. Un manomètre garantit que si une fuite d'eau survient à un endroit, l'arrivée d'eau est directement arrêtée. 4° De l'eau souterraine est pompée pour être utilisée comme liquide de refroidissement.L'eau qui circule grâce aux éléments de refroidissement est ensuite pompée à nouveau dans le sol. 3.3.3.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° La température de l'eau qui est pompée à nouveau dans le sol doit être au maximum de 14 °C et être réchauffée de 3 °C au maximum.2° La température du fumier dans le haut du conduit de fumier ne peut pas être supérieure à 15 °C.3° La température tant du fumier dans le haut du conduit de fumier que des eaux pompées dans les deux sens, est mesurée et enregistrée automatiquement.Cet enregistrement doit prévoir une possibilité de consultation rétrospective d'au moins 7 jours. 4° La quantité de l'eau souterraine pompée doit être enregistrée.5° L'exploitant de l'étable doit avoir un contrat d'entretien en vertu duquel le contrôle et l'entretien du système ont lieu deux fois par an. 3.3.3.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 2,20 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 3.3.4. Système V-3.4. Système de pont de refroidissement, avec 135 % de la surface de refroidissement 3.3.4.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en refroidissant la couche de fumier dans le haut du conduit de fumier à l'aide d'éléments de refroidissement flottants. De l'eau souterraine est pompée pour être utilisée comme liquide de refroidissement. 3.3.4.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Le conduit de fumier doit être équipé de grilles en béton, en plastique ou en métal et la surface émettrice de fumier doit s'élever à au maximum 1,10 m2 par emplacement pour animaux.2° Des éléments de refroidissement sont installés dans les conduits de fumier, et ces éléments de refroidissement sont composés de plusieurs lamelles de 0,14 m de large et sont réalisés en plastique de très haute qualité.La surface d'une lamelle est égale à la circonférence de la lamelle (0,30 m) multipliée par la longueur de la lamelle. Les lamelles sont placées sous un angle de 90° et suspendues dans une structure flottante. Remplies d'eau, les lamelles continuent à flotter juste en dessous de la surface du fumier. La surface des éléments de refroidissement doit s'élever à au minimum 135 % de la surface du conduit de fumier. 3° Les éléments de refroidissement sont attachés en série par conduit de fumier et sont raccordés de manière parallèle entre les conduits de fumier selon le système Tiggelman sur le conduit d'arrivée et d'évacuation de l'eau.Ce faisant, un conduit d'eau identique s'écoule dans chaque conduit de fumier. Un manomètre garantit que si une fuite d'eau survient à un endroit, l'arrivée d'eau est directement arrêtée. 4° De l'eau souterraine est pompée pour être utilisée comme liquide de refroidissement.L'eau qui circule grâce aux éléments de refroidissement est ensuite pompée à nouveau dans le sol. 3.3.4.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° La température de l'eau qui est pompée à nouveau dans le sol doit être au maximum de 14 °C et être réchauffée au maximum 3 °C.2° La température du fumier dans le haut du conduit de fumier ne peut pas être supérieure à 15 °C.3° La température tant du fumier dans le haut du conduit de fumier que des eaux pompées dans les deux sens, est mesurée et enregistrée automatiquement.Cet enregistrement doit prévoir une possibilité de consultation rétrospective d'au moins 7 jours. 4° La quantité de l'eau souterraine pompée doit être enregistrée.5° L'exploitant de l'étable doit avoir un contrat d'entretien en vertu duquel le contrôle et l'entretien du système ont lieu deux fois par an. 3.3.4.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 2,20 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 3.3.5. Système V-3.5. Système de logement pour des groupes, sans litière de paille et avec des parois inclinées dans le conduit de fumier 3.3.5.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en réduisant la surface émettrice de fumier. 3.3.5.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Plusieurs réalisations sont possibles : a) l'étable est réalisée avec des mangeoires (stalles).L'espace situé derrière les mangeoires (stalles) est utilisé comme recul; b) l'étable est réalisée avec une (des) mangeoire(s) pour les truies ou d'autres systèmes de mangeoires et dépôts.2° Conduits de fumier : a) la surface émettrice de fumier peut s'élever à au maximum 0,55 m2 par emplacement pour animaux si une grille à passage surélevé du fumier est prévue;b) la surface émettrice de fumier peut s'élever à au maximum 0,50 m2 par emplacement pour animaux si une grille en béton est prévue;c) la surface émettrice des conduits de fumier doit être protégée par un déversoir;d) les parois inclinées doivent être réalisées sous une inclinaison d'au minimum 45° par rapport à la base;3° Evacuation des conduits de fumier : a) pour l'évacuation du fumier des conduits de fumier, un système d'égout ou un autre système d'évacuation qui peut être coupé de l'air doit être installé, afin que le fumier puisse fréquemment être évacué des conduits de fumier sans laisser de résidus;b) le diamètre de l'ouverture de l'évacuation doit s'élever à 150 mm au minimum;c) le diamètre du conduit pour l'évacuation est de 200 mm au minimum;d) en outre, l'évacuation du fumier doit être garantie de manière à ce que la surface émettrice du fumier ne soit pas supérieure à 0,55 m2 par emplacement pour animaux si des grilles à passage surélevé de fumier sont utilisées ou à 0,50 m2 par emplacement pour animaux si des grilles en béton sont utilisées.Cela doit être réalisé à l'aide d'un déversoir avec un passage minimal de 75 mm dont l'ouverture d'afflux est installée de manière visible dans le conduit de fumier. En outre, le déversoir doit être équipé d'un siphon. Le déversoir ne peut pas être raccordé au conduit principal du système d'égout ou d'un autre système d'évacuation qui peut être coupé de l'air; e) le système d'égout ou l'autre système d'évacuation qui peut être coupé de l'air dispose d'une soupape d'arrêt centrale par conduit de fumier. 3.3.5.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Les conduits de fumier doivent être vidés au minimum une fois toutes les deux semaines.2° Lorsque l'étable des truies pleines est également utilisée comme étable d'accouplement, ce système d'étable peut également être appliqué, en cas de réalisation avec des mangeoires (stalles), pour l'emplacement individuel des truies dans la période d'accouplement jusqu'à 4 semaines après.Les truies ne peuvent pas être enfermées dans une cage individuelle pendant une période qui commence à partir de 4 semaines après l'accouplement jusqu'à 7 jours avant la date de cochonnée prévue. Dans des cas exceptionnels, les truies qui sont particulièrement agressives ou qui sont attaquées par les autres truies, ou qui sont malades ou blessées, peuvent être gardées temporairement dans des cages individuelles. Ces cages individuelles doivent permettre aux animaux de se remettre facilement. Lorsque les truies sont déplacées, dans la période de 4 semaines après l'accouplement jusqu'à 7 jours avant la date de cochonnée prévue, vers une étable de truies pleines, ce système d'étable ne peut pas être utilisé pour l'emplacement individuel pour la période à partir de l'accouplement jusqu'à 4 semaines après, mais il faut opter pour un système d'étable analogue spécifique à l'emplacement individuel pour l'étable d'accouplement (système V-3.1, système V-3.2 ou système V-3.8). 3.3.5.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à : 1° 2,30 kg NH3 par emplacement pour animaux par an, en cas d'une surface émettrice de fumier de 0,55 m2 et en cas d'utilisation d'une grille à passage surélevé de fumier.2° 2,60 kg NH3 par emplacement pour animaux par an, en cas d'une surface émettrice de fumier de 0,50 m2 et en cas d'utilisation de grilles en béton. 3.3.6 Système V-3.6. Etable à stabulation libre avec une mangeoire pour les truies et une litière de paille 3.3.6.1. Les émissions ammoniacales sont limitées grâce à la réduction de la surface émettrice de fumier en commandant la tenue du fumier et en modifiant la composition du fumier, étant donné que les truies ingèrent de la paille. Ceci est atteint grâce a une disposition spécifique de l'étable qui permet de perturber le moins possible les activités quotidiennes des truies et grâce à une " gestion du fumier et de la paille ". 3.3.6.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Réalisation de la cage et grilles : a) l'étable est composée d'un espace qui est divisé en une zone où les truies peuvent s'allonger, équipée d'une litière de paille, et une zone d'activité.La zone où les truies peuvent s'allonger est entièrement recouverte d'une couche de paille et est utilisée par les truies comme lieu de repos. Par zone d'activité, nous comprenons la zone dans laquelle les truies mangent, boivent et défèquent. La zone d'activité est composée des zones fonctionnelles suivantes : couloir, zone d'attente, mangeoire(s) et abreuvoir : il doit y avoir une séparation claire entre la zone de repos et la zone d'activité par groupe de truies; b) la surface totale disponible s'élève au maximum à 2,50 m2 par emplacement pour animaux.Les zones qui ne sont pas directement disponibles pour les truies, telles que la zone de séparation, la cage des verrats, ainsi que l'espace situé entre les mangeoires, ne peuvent pas être prises en compte. 2° La zone de repos, y compris la litière de paille : a) le sol est imperméable et entièrement recouvert de paille de manière à créer une litière de paille;b) la surface de repos disponible s'élève au minimum à 1,30 m2 et au maximum à 1,50 m2 par emplacement pour animaux;c) il peut y avoir des emplacements de fumier très limités dans la zone de repos;d) la litière de paille a une épaisseur minimale de 0,15 m et maximale de 0,40 m;e) la zone de repos peut être divisée en plusieurs sections ou couches;f) chaque litière de paille a une superficie minimale de 25 m2;g) il y a un passage vers la zone d'activité par litière de paille;h) le passage vers la zone d'activité a une largeur minimale de 2,0 m et maximale de 4,0 m;i) à l'exception du passage vers la zone d'activité, chaque litière de paille est entièrement entourée par une séparation étanche avec une hauteur minimale de 1,0 m, mesurée à partir du sol;j) la distance à partir du bord du passage vers la zone d'activité jusqu'au point le plus éloigné de la séparation, mesurée sur la litière de paille, ne peut pas être supérieure à 16 m.3° Zone d'activité, y compris le couloir : a) elle peut être équipée aussi bien d'une grille que d'un sol étanche;b) le couloir doit avoir une largeur minimale de 2,0 m, en sorte que les truies puissent passer sans se gêner les unes les autres;c) un espace libre minimal de 3,0 m sur 3,0 m est présent à proximité de l'alimentation centrale en eau potable (qui peut être composée de plusieurs abreuvoirs ou d'abreuvoirs à tétines);d) la surface émettrice de fumier dans la cave à fumier en cas de grilles, peut s'élever à au maximum 1,10 m2 par emplacement pour animaux.En cas d'un sol étanche, la surface maximale du sol étanche est de 1,10 m2 par emplacement pour animaux. 4° Evacuation du fumier : a) si (une partie de) la zone d'activité est équipée d'une grille, elle doit se trouver au-dessus de la cave à fumier, et être éventuellement équipée d'un système d'évacuation pour le fumier;b) la cave à fumier, éventuellement en combinaison avec un système d'évacuation pour le fumier, doit être aménagée de manière à ce que le fumier puisse être évacué rapidement de la cave sans laisser de résidus. 3.3.6.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° La litière de paille située dans la zone de repos doit être complétée au minimum deux fois par semaine avec de la paille fraîche. Toute la litière de paille de la zone de repos doit être remplacée au minimum une fois par an. 2° Le fumier qui se trouve sur la litière de paille ou sur le sol étanche de la zone d'activité, y compris le couloir, doit être enlevé tous les jours. 3.3.6.4 Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 2,60 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 3.3.7. Système V-3.7. Truies dans une stalle avec un abreuvoir sur une litière de paille 3.3.7.1. Les émissions ammoniacales réduites sont obtenues en recueillant le fumier dans la paille et en complétant et remplaçant régulièrement la paille. 3.3.7.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Les truies sont logées dans des compartiments de 6 à 12 truies. Chaque compartiment est composé de 2 parties : la stalle avec l'abreuvoir et la couche sur la paille. 2° Pour la stalle avec l'abreuvoir : a) chaque truie dispose d'une stalle avec abreuvoir qui est placée sur un sol entier;b) la stalle avec abreuvoir a une largeur variant entre 0,50 m et 0, 65 m;c) la longueur minimale du sol entier s'élève à 1,55 m.3° Pour la couche sur la paille : a) la couche, située derrière les stalles avec les abreuvoirs, a une surface minimale de 1,50 m2 par emplacement de truie;b) le sol (entier) de la couche est situé entre 0,30 m et 0,40 m en dessous du niveau du sol des stalles avec les abreuvoirs. 3.3.7.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Au début de chaque période, de la paille est rajoutée en suffisance à la couche (entre 0,30 m et 0,40 m de paille).Il doit y avoir suffisamment de paille afin que la différence de niveau entre la litière de paille et le sol des stalles s'élève au maximum à 0,10 m. 2° La litière doit être complétée avec de la paille fraîche au minimum trois fois par semaine, afin qu'il n'y ait pas de taches de fumier sale et humide sur la litière de paille.3° Le lit de paille dans la zone de repos est remplacé toutes les 5 semaines.4° La consommation de paille est estimée à 2 kg de paille par truie par jour.5° Le lit de paille peut avoir une épaisseur maximale de 0,50 m. 3.3.7.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 1,00 kg NH3 par emplacement pour animaux par an (sur la base de mesures orientées). 3.3.8. Système V-3.8. Evacuation séparée du fumier et de l'urine à l'aide d'un tapis conique pour le fumier (uniquement applicable en cas d'emplacement individuel) 3.3.8.1. Ce système est uniquement autorisé pour l'emplacement des truies au cours de la période d'accouplement et jusqu'à 4 semaines après. 3.3.8.2. Les émissions ammoniacales sont limitées en recueillant le fumier et l'urine sur un tapis conique pour le fumier qui se trouve en dessous des grilles. Vu la réalisation conique du tapis pour le fumier, l'urine est évacuée vers un lieu de stockage sous-jacent tandis que le fumier solide reste sur le tapis pour le fumier. Le fumier solide est évacué de l'étable vers un lieu de stockage fermé parce que le tapis pour le fumier passe 10 fois par jour dans l'étable. 3.3.8.3. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Le conduit de fumier derrière chaque rang de boxes de truies doit être équipé d'une grille à passage surélevé de fumier.2° Un tapis conique pour le fumier se trouve à au maximum 40 cm en dessous du grillage du sol et tout le fumier et l'urine arrivent sur ce tapis.Le tapis pour le fumier est au moins 20 cm plus large que la largeur des grilles en dessous desquelles il est placé. Si nécessaire, plusieurs tapis chevauchants peuvent être prévus, qui sont installés à des hauteurs différentes (distance maximale de 40 cm). Ces tapis pour le fumier doivent se chevaucher d'au moins 20 cm. 3° Le(s) tapis pour le fumier est (sont) réalisé(s) en plastique.4° Le tapis pour le fumier passe régulièrement, ce qui fait que le fumier est évacué à l'aide d'un racleur en acier inoxydable ou en plastique.Ce racleur doit être raccordé étroitement au tapis pour le fumier. Le racleur doit enlever le fumier solide du tapis de manière à ce qu'aucun restants de fumier ne restent sur le tapis, et que le fumier ne soit pas étendu sur le tapis. 5° Les côtés du tapis pour le fumier sont équipés de guidages en acier inoxydable ou en plastique, qui sont installés afin de garantir que le fumier reste sur le tapis, tant en cas de tapis immobile que lors du raclage.6° La forme conique du tapis pour le fumier doit garantir une évacuation continue de l'urine.7° Des plaques ou des rouleaux sont montés en dessous du tapis dans le conduit de fumier pour assurer le soutien du tapis.8° Le fumier solide est évacué vers un lieu de stockage fermé.A chaque passage du tapis de fumier, le fumier solide présent sur les tapis doit être évacué en dehors de l'étable. Par le biais d'un système de transport, le fumier solide doit être évacué vers un lieu de stockage fermé situé en dehors de l'étable. Lorsqu'une partie du système de transport se trouve en dehors de l'étable, celle-ci doit être couverte et fermée. L'urine peut être stockée dans une cave en dessous du conduit de fumier, ou être évacuée vers un lieu de stockage fermé en dehors de l'étable. Il ne peut y avoir aucun transport d'air par le système de transport entre les sections et entre l'entreposage du fumier et les sections. 3.3.8.4. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Le conduit de fumier doit passer 10 fois par jour.Le passage des tapis pour le fumier est réglé par le biais d'un entraînement automatique, lié à une pendule d'intervention. Le passage du tapis a lieu toutes les deux heures au cours de la période entre 4 heures et 22 heures. Le passage du tapis n'est pas nécessaire au cours de la période entre 22 heures et 4 heures parce qu'il n'y a pas ou il y a peu de production de fumier au cours de cette période. 2° Une minuterie automatique avec une possibilité de relecture doit pouvoir donner un aperçu du nombre de passages du tapis pour le fumier au cours des 7 derniers jours.La durée de passage doit également être enregistrée. 3° Le tapis pour le fumier doit être nettoyé avec de l'eau à la suite de chaque période.4° L'exploitant de l'étable doit avoir un contrat d'entretien en vertu duquel le contrôle et l'entretien du système ont lieu une fois par an. 3.3.8.5. Le facteur d'émission ammoniacale n'a pas été déterminé par le biais de mesures. Le facteur d'émission ammoniacale est censé être comparable à d'autres systèmes d'emplacement individuel de truies caractérisés par une évacuation fréquente du fumier (système V-3.2). Section 4. - Systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales pour

porcs de charcuterie 3.4.1. Système V-4.1. Recueil du fumier et rinçage avec un liquide ventilé pour le fumier - superficie de cage 0,65 m2 - 0,80 m2 3.4.1.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en recueillant le fumier frais dans une couche de liquide de fumier ventilé d'environ 0,10 m. Le mélange est enlevé de l'étable au minimum une fois tous les trois jours. Directement après, du fumier ventilé est à nouveau introduit, en sorte qu'une couche liquide d'environ 0,10 m est continuellement présente. 3.4.1.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Le conduit de fumier doit être approprié pour garder du liquide de rinçage (= fumier ventilé) et pour bien évacuer pendant le rinçage le mélange de fumier ventilé et de fumier frais et pour le remplacer par un liquide de rinçage propre.2° Traitement du mélange de fumier frais/fumier ventilé : a) traitement préalable à l'aide de la polyélectrolyte, ce qui permet de lier la matière organique, et d'un tambour de crible, ce qui permet d'enlever le sable et les composants organiques du mélange, afin d'obtenir un processus de ventilation plus efficace;b) ventilation, qui transforme la boue active en ammoniaque.En conséquence, le taux d'ammoniaque diminue dans le mélange; c) sédimentation ultérieure, au cours de laquelle la boue active se sédimente et la couche supérieure de fumier ventilé est pompée à nouveau vers le conduit de fumier. 3.4.1.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Dans le cas d'une évacuation fermée, il doit y avoir une couche de liquide de minimum 0,10 m dans le conduit de fumier.2° Le fumier contenu dans le conduit de fumier doit être enlevé au minimum une fois tous les trois jours.Directement après, il faut amener un nouveau fumier ventilé. 3° Le bon fonctionnement du système doit être contrôlé en déterminant le taux d'ammoniaque aussi bien dans le fumier ventilé dans la sédimentation ultérieure que dans le mélange qui provient de l'étable. Le taux d'ammoniaque dans le fumier ventilé dans la sédimentation ultérieure doit être inférieur à 100 mg N par litre. Le taux d'ammoniaque dans le fumier ventilé dans le mélange qui provient de l'étable doit être inférieur à 200 mg N par litre. Des mesures indicatives peuvent être réalisées avec des tests rapides tels que des bandelettes ou des cuvettes. Un laboratoire doit analyser chimiquement le taux d'ammoniaque une fois par trimestre. 4° Toutes les étapes du processus doivent être réalisées de manière entièrement automatisée.5° Un manuel pour l'utilisation et un aperçu des bases du dimensionnement, qui doivent tous les deux être livrés par le fournisseur, doivent être présents lors de l'unité de traitement préalable et de l'installation de la ventilation.6° L'exploitant de l'étable doit conclure un contrat d'entretien avec le fournisseur. 3.4.1.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 1,40 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 3.4.2. Système V-4.2. Recueil du fumier dans le fumier ventilé et remplacement de celui-ci par le biais d'un système d'égout ou d'un autre système d'évacuation qui peut être coupé de l'air - surface de cage 0,65 m2 - 0,8 m2. 3.4.2.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en recueillant le fumier frais dans une couche liquide de fumier ventilé d'environ 0,10 m. Le mélange est enlevé de l'étable tous les jours à l'aide d'un système d'égout ou d'un autre système d'évacuation qui peut être coupé de l'air.Directement après, du fumier ventilé est à nouveau introduit, en sorte qu'une couche liquide d'environ 0,10 m est continuellement présente. 3.4.2.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Des points d'évacuation donnant vers le système d'égout situé en dessous du conduit de fumier doivent être présents dans le sol du conduit de fumier et être séparés les uns des autres de 2,0 m au maximum.Le sol doit être lisse. 2° Traitement du mélange de fumier frais/fumier ventilé : a) séparation préalable, ce qui permet d'éliminer du mélange le sable et les substances organiques lourdes;b) ventilation, qui transforme la boue active en ammoniaque.En conséquence, le taux d'ammoniaque diminue dans le mélange; c) sédimentation ultérieure, au cours de laquelle la boue active se sédimente et la couche supérieure de fumier ventilé est pompée à nouveau vers le conduit de fumier. 3.4.2.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Dans le cas d'une évacuation fermée, il doit y avoir une couche de liquide de minimum 0,10 m dans le conduit de fumier.2° Le fumier doit être enlevé une fois par jour du conduit de fumier par le biais du système d'égout ou de l'autre système d'évacuation qui peut être coupé de l'air.Directement après, il faut amener un nouveau fumier ventilé. 3° Le bon fonctionnement du système doit être contrôlé en déterminant le taux d'ammoniaque du fumier ventilé dans la sédimentation ultérieure : Le taux d'ammoniaque doit être inférieur à 200 mg de N par litre.Un taux d'ammoniaque supérieur à 500 mg de N par litre indique un processus de ventilation qui ne fonctionne pas de manière suffisante. Des mesures indicatives peuvent être réalisées avec des tests rapides tels que des bandelettes ou des cuvettes. Un laboratoire doit analyser chimiquement le taux d'ammoniaque une fois par trimestre. 4° Un manuel pour l'utilisation et un aperçu des bases du dimensionnement, qui doivent tous les deux être livrés par le fournisseur, doivent être présents lors de l'installation de la ventilation.5° L'exploitant de l'étable doit conclure un contrat d'entretien avec le fournisseur. 3.4.2.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 1,40 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 3.4.3. Système V-4.3. Système de pont de refroidissement avec 170 % de la surface du pont de refroidissement et avec grille à passage surélevé du fumier 3.4.3.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en refroidissant la couche de fumier dans le haut du conduit de fumier à l'aide d'éléments de refroidissement flottants. De l'eau souterraine est pompée pour être utilisée comme liquide de refroidissement. 3.4.3.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Le conduit de fumier doit être équipé de grilles à passage surélevé du fumier et la surface émettrice de fumier doit s'élever à au maximum 0,50 m2 par emplacement de cochons.2° La zone habitable s'élève à au maximum 0,8 m2 par emplacement de cochons.3° Des éléments de refroidissement sont installés dans les conduits de fumier, et ces éléments de refroidissement sont composés de plusieurs lamelles de 0,14 m de large et sont réalisés en plastique de très haute qualité.Les lamelles sont placées en dessous d'un angle d'environ 60° et suspendues dans une structure flottante. Remplies d'eau, les lamelles continuent a flotter juste en dessous de la surface du fumier. La surface des éléments de refroidissement doit s'élever à au minimum 170 % de la surface du conduit de fumier. 4° Les éléments de refroidissement sont attachés en série par conduit de fumier et sont raccordés de manière parallèle entre les conduits de fumier selon le système Tiggelman sur le conduit d'arrivée et d'évacuation de l'eau.Ce faisant, un débit d'eau identique s'écoule dans chaque conduit de fumier. Un manomètre garantit que si une fuite d'eau survient à un endroit, l'arrivée d'eau est directement arrêtée. 5° De l'eau souterraine est pompée pour être utilisée comme liquide de refroidissement.L'eau qui circule grâce aux éléments de refroidissement est ensuite pompée à nouveau dans le sol. 3.4.3.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° La température de l'eau qui est pompée à nouveau dans le sol doit être au maximum de 14 °C et être réchauffée au maximum 3 °C.2° La température du fumier dans le haut du conduit de fumier ne peut pas être supérieure à 15 °C.3° La température tant du fumier dans le haut du conduit de fumier que des eaux pompées dans les deux sens, est mesurée et enregistrée automatiquement.Cet enregistrement doit prévoir une possibilité de consultation rétrospective d'au moins 7 jours. 4° La quantité de l'eau souterraine pompée doit être enregistrée.5° L'exploitant de l'étable doit avoir un contrat d'entretien en vertu duquel le contrôle et l'entretien du système ont lieu deux fois par an. 3.4.3.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 1,10 kg NH3 par emplacement pour animaux par an dans le cas d'une surface de cage maximale de 0,8 m2. 3.4.4. Système V-4.4. Système de pont de refroidissement avec 200 % de la surface du pont de refroidissement et avec grilles à passage surélevé du fumier, surface émettrice de fumier maximale de 0,80 m2 3.4.4.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en refroidissant la couche de fumier dans le haut du conduit de fumier à l'aide d'éléments de refroidissement flottants. De l'eau souterraine est pompée pour être utilisée comme liquide de refroidissement. 3.4.4.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Le conduit de fumier doit être équipé de grilles à passage surélevé du fumier et la surface émettrice de fumier doit s'élever à au maximum 0,80 m2 par emplacement de cochons.2° Des éléments de refroidissement sont installés dans les conduits de fumier, et ces éléments de refroidissement sont composés de plusieurs lamelles de 0,14 m de large et sont réalisés en plastique de très haute qualité.Les lamelles sont placées en dessous d'un angle d'environ 60° et suspendues dans une structure flottante. Remplies d'eau, les lamelles continuent a flotter juste en dessous de la surface du fumier. La surface des éléments de refroidissement doit s'élever à au minimum 200 % de la surface du conduit de fumier. 3° Les éléments de refroidissement sont attachés en série par conduit de fumier et sont raccordés de manière parallèle entre les conduits de fumier selon le système Tiggelman sur le conduit d'arrivée et d'évacuation de l'eau.Ce faisant, un débit d'eau identique s'écoule dans chaque conduit de fumier. Un manomètre garantit que si une fuite d'eau survient à un endroit, l'arrivée d'eau est directement arrêtée. 4° De l'eau souterraine est pompée pour être utilisée comme liquide de refroidissement.L'eau qui circule grâce aux éléments de refroidissement est ensuite pompée à nouveau dans le sol. 3.4.4.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° La température de l'eau qui est pompée à nouveau dans le sol doit être au maximum de 14 °C et être réchauffée de 3 °C au maximum.2° La température du fumier dans le haut du conduit de fumier ne peut pas être supérieure à 15 °C.3° La température tant du fumier dans le haut du conduit de fumier que des eaux pompées dans les deux sens, est mesurée et enregistrée automatiquement.Cet enregistrement doit prévoir une possibilité de consultation rétrospective d'au moins 7 jours. 4° La quantité de l'eau souterraine pompée doit être enregistrée.5° L'exploitant de l'étable doit avoir un contrat d'entretien en vertu duquel le contrôle et l'entretien du système ont lieu deux fois par an. 3.4.4.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 1,20 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 3.4.5. Système V-4.5. Système de pont de refroidissement avec 200 % de la surface du pont de refroidissement et avec d'autres grilles que celles à passage surélevé du fumier 3.4.5.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en refroidissant la couche de fumier dans le haut du conduit de fumier à l'aide d'éléments de refroidissement flottants. De l'eau souterraine est pompée pour être utilisée comme liquide de refroidissement. 3.4.5.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Le conduit de fumier doit être équipé de grilles autres que celles à passage surélevé du fumier et la surface émettrice de fumier doit s'élever à au maximum 0,60 m2 par emplacement de cochons.2° Des éléments de refroidissement sont installés dans les conduits de fumier, et ces éléments de refroidissement sont composés de plusieurs lamelles de 0,14 m de large et sont réalisés en plastique de très haute qualité.Les lamelles sont placées en dessous d'un angle d'environ 60° et suspendues dans une structure flottante. Remplies d'eau, les lamelles continuent a flotter juste en dessous de la surface du fumier. La surface des éléments de refroidissement doit s'élever à au minimum 200 % de la surface du conduit de fumier. 3° Les éléments de refroidissement sont attachés en série par conduit de fumier et sont raccordés de manière parallèle entre les conduits de fumier selon le système Tiggelman sur le conduit d'arrivée et d'évacuation de l'eau.Ce faisant, un débit d'eau identique s'écoule dans chaque conduit de fumier. Un manomètre garantit que si une fuite d'eau survient à un endroit, l'arrivée d'eau est directement arrêtée. 4° De l'eau souterraine est pompée pour être utilisée comme liquide de refroidissement.L'eau qui circule grâce aux éléments de refroidissement est ensuite pompée à nouveau dans le sol. 3.4.5.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° La température de l'eau qui est pompée à nouveau dans le sol doit être au maximum de 14 °C et être réchauffée de 3 °C au maximum.2° La température du fumier dans le haut du conduit de fumier ne peut pas être supérieure à 15 °C.3° La température tant du fumier dans le haut du conduit de fumier que des eaux pompées dans les deux sens, est mesurée et enregistrée automatiquement.Cet enregistrement doit prévoir une possibilité de consultation rétrospective d'au moins 7 jours. 4° La quantité de l'eau souterraine pompée doit être enregistrée.5° L'exploitant de l'étable doit avoir un contrat d'entretien en vertu duquel le contrôle et l'entretien du système ont lieu deux fois par an. 3.4.5.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 1,40 kg NH3 par emplacement pour animaux par an dans le cas d'une surface de cage maximale de 0,6 m2. 3.4.6. Système V-4.6. Caves à fumier avec conduit (d'eau et) de fumier, éventuellement équipés d'une (des) paroi(s) inclinée(s) et des grilles à passage surélevé de fumier 3.4.6.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en réduisant la surface émettrice de fumier par emplacement pour animaux. A l'arrière, le fumier est recueilli dans un large conduit de fumier, équipé d'une grille à passage surélevé de fumier et de paroi(s) inclinée(s). 3.4.6.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Conduit de fumier : a) la largeur du conduit de fumier doit être au minimum de 1,10 m;b) la surface émettrice de fumier doit être inférieure à 0,27 m2 par emplacement pour animaux;c) la surface émettrice du conduit de fumier doit être protégée par un déversoir;d) le conduit de fumier doit être équipé d'une grille à passage surélevé de fumier;e) la surface de la grille située au-dessus du conduit de fumier doit être égale ou supérieure à la surface de la grille située au-dessus du conduit d'eau;f) la paroi située contre le sol courbé doit être réalisée sous une inclinaison qui est située entre 45° et 90° par rapport au sol;g) la paroi inclinée contre le mur arrière n'est pas obligatoire, si elle est appliquée, la paroi doit avoir une inclinaison minimale de 60° par rapport au sol;h) il est également possible d'appliquer une coulée afin de réduire la surface émettrice de fumier.2° Réalisation de la cage : a) il y a deux réalisations de cage possibles : i.l'étable est réalisée avec une grille partielle, ce qui fait que l'étable est composée à l'avant d'un sol étanche. Le conduit de fumier se trouve à l'arrière de la cage; ii. la cage est réalisée avec un sol courbé en son milieu. Un conduit équipé d'une grille se trouve à l'avant. Il est autorisé de réaliser ce conduit comme un conduit d'eau. b) si le premier conduit est réalise comme un conduit d'eau, alors : i.la surface de la grille située au-dessus du conduit d'eau ne peut jamais être plus grande que la surface de la grille située au-dessus du conduit de fumier; ii. la largeur de la surface de l'eau ne peut pas être supérieure à 0,60 m. Pour le réaliser, le conduit d'eau peut être réalisé avec une paroi inclinée contre le sol courbé. Celle-ci doit être réalisée sous une inclinaison qui est située entre 45° et 90° par rapport au sol. Il est également possible d'utiliser deux parois inclinées dans le conduit d'eau ou une coulée; iii. après chaque période de fumier, le conduit d'eau doit être vidé et la cage peut ensuite être nettoyée; iv. le niveau d'eau dans le conduit d'eau doit toujours être au minimum de 0,10 m; c) pour les deux types de cages : i.la cage peut être équipée d'un abreuvoir pour la bouillie ou pour le sec ou d'une mangeoire (longitudinale); ii. la séparation de la cage peut être réalisée de manière ouverte ou fermée; iii. il doit y avoir une surface de sol étanche minimale de 0,30 m2 par emplacement pour animaux, ou si la surface de sol totale par animal est inférieure à 0,65 m2, la surface de sol étanche doit s'élever à au maximum 45 % de cette surface totale par animal. 3° Evacuation du fumier : a) pour l'évacuation du fumier du conduit de fumier, un système d'égout ou un système d'évacuation, qui peut être coupé de l'air, doit être installé, afin que le fumier puisse fréquemment être évacué des conduits de fumier sans laisser de résidus;b) le diamètre de l'ouverture de l'évacuation doit être au minimum de 150 mm, le diamètre du conduit d'évacuation doit être au minimum de 200 mm;c) de plus, l'évacuation du fumier doit être garantie de manière à ce que la surface émettrice du fumier ne soit jamais supérieure à 0,27 m2 par emplacement pour animaux.Cela doit être réalisé à l'aide d'un déversoir avec un passage minimal de 75 mm dont l'ouverture d'afflux est installée de manière visible dans le conduit de fumier. Ensuite, le déversoir doit être équipé d'un siphon. Le déversoir ne peut pas être raccordé au conduit principal du système d'égout ou d'un autre système d'évacuation qui peut être coupé de l'air; d) une soupape d'arrêt (centrale) doit être installée dans le système d'évacuation du conduit d'eau;e) le système d'égout ou l'autre système d'évacuation qui peut être coupé de l'air dispose d'une soupape d'arrêt centrale par conduit de fumier. 3.4.6.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Après chaque période, les conduits doivent être vidés et la cage peut ensuite être nettoyée;2° En outre, la (les) paroi(s) inclinée(s) dans le conduit de fumier doivent être nettoyées après chaque période.3° Le niveau de l'eau dans le conduit d'eau doit s'élever toujours à au minimum 0,10 m. 3.4.6.4 Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à : 1° 1,00 kg NH3 par emplacement pour animaux par an en cas d'une surface émettrice de fumier maximale de 0,18m2 du conduit de fumier par emplacement pour animaux.2° 1,40 kg NH3 par emplacement pour animaux par an en cas d'une surface émettrice de fumier supérieure à 0,18m2 mais inférieure à 0,27 m2 du conduit de fumier par emplacement pour animaux. 3.4.7. Système V-4.7. Caves à fumier avec conduit (d'eau et) de fumier, ce dernier étant équipé d'une (des) paroi(s) inclinée(s) et d'autres grilles que celles à passage surélevé de fumier. 3.4.7.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en réduisant la surface émettrice de fumier par emplacement pour animaux. A l'arrière, le fumier est recueilli dans un large conduit de fumier, équipé d'une grille et de paroi(s) inclinée(s). 3.4.7.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Conduit de fumier : a) la largeur du conduit de fumier doit être au minimum de 1,10 m;b) la surface émettrice de fumier maximale s'élève à 0,18 m2;c) la surface émettrice du conduit de fumier doit être protégée par un déversoir;d) la surface de la grille située au-dessus du conduit de fumier doit être égale ou supérieure à la surface de la grille située au-dessus du conduit d'eau;e) la paroi située contre le sol courbé doit être réalisée sous une inclinaison qui est située entre 45° et 90° par rapport au sol;f) la paroi inclinée contre le mur arrière n'est pas obligatoire, si elle est appliquée, la paroi doit avoir une inclinaison minimale de 60° par rapport au sol;g) il est également possible d'appliquer une coulée.2° Réalisation de la cage : a) il y a deux réalisations de cage possibles : i.la cage est réalisée avec une grille partielle, ce qui fait que la cage est composée à l'avant d'un sol étanche. Le conduit de fumier se trouve à l'arrière de la cage; ii. la cage est réalisée avec un sol courbé en son milieu. Un conduit équipé d'une grille se trouve à l'avant. Il est autorisé de réaliser ce conduit comme un conduit d'eau. b) si le premier conduit est réalise comme un conduit d'eau, alors : i.la surface de la grille située au-dessus du conduit d'eau ne peut jamais être plus grande que la surface de la grille située au-dessus du conduit de fumier; ii. la largeur de la surface de l'eau ne peut pas être supérieure à 0,60 m. Pour le réaliser, le conduit d'eau peut être réalisé avec une paroi inclinée contre le sol courbé. Celle-ci doit être réalisée sous une inclinaison qui est située entre 45° et 90° par rapport au sol. Il est également possible d'utiliser deux parois inclinées dans le conduit d'eau ou une coulée; iii. après chaque période de fumier, le conduit d'eau doit être vidé et la cage peut ensuite être nettoyée; iv. le niveau d'eau dans le conduit d'eau doit toujours être au minimum de 0,10 m; c) pour les deux types de cages : i.la cage peut être équipée d'un abreuvoir pour la bouillie ou pour le sec ou d'une mangeoire (longitudinale); ii. la séparation de la cage peut être réalisée de manière ouverte ou fermée; iii. il doit y avoir une surface de sol étanche minimale de 0,30 m2 par emplacement pour animaux, ou si la surface de sol totale par animal est inférieure à 0,65 m2, la surface de sol étanche doit s'élever à au maximum 45 % de cette surface totale par animal; 3° Evacuation du fumier : a) pour l'évacuation du fumier du conduit de fumier, un système d'égout ou un système d'évacuation, qui peut être coupé de l'air, doit être installé, afin que le fumier puisse fréquemment être évacué des conduits de fumier sans laisser de résidus;b) le diamètre de l'ouverture de l'évacuation doit être au minimum de 150 mm, le diamètre du conduit d'évacuation doit être au minimum de 200 mm;c) de plus, l'évacuation du fumier doit être garantie de manière à ce que la surface émettrice du fumier ne soit jamais supérieure à 0,18 m2 par emplacement pour animaux.Cela doit être réalisé à l'aide d'un déversoir avec un passage minimal de 75 mm dont l'ouverture d'afflux est installée de manière visible dans le conduit pour le fumier.

Ensuite, le déversoir doit être équipé d'un siphon. Le déversoir ne peut pas être raccordé au conduit principal du système d'égout ou d'un autre système d'évacuation qui peut être coupé de l'air; d) une soupape d'arrêt (centrale) doit être installée dans le système d'évacuation du conduit d'eau;e) le système d'égout ou l'autre système d'évacuation qui peut être coupé de l'air dispose d'une soupape d'arrêt centrale par conduit de fumier. 3.4.7.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Après chaque période, les conduits doivent être vidés et la cage peut ensuite être nettoyée;2° En outre, la (les) paroi(s) inclinée(s) dans le conduit de fumier doivent être nettoyées après chaque période.3° Le niveau d'eau dans le conduit d'eau doit toujours être au minimum de 0,10 m. 3.4.7.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 1,20 kg NH3 par emplacement pour animaux par an dans le cas d'une surface de cage maximale de 0,18 m2. CHAPITRE 4. - Liste P de systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales pour la volaille Section 1re. - Systèmes de poulaillers ou de batteries pauvres en

émissions ammoniacales pour poules d'élevage de poules pondeuses 4.1.1. Système P-1.1. Batterie avec une bande de fumier pour le fumier humide avec une évacuation vers un lieu de stockage fermé 4.1.1.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en éliminant deux fois par semaine le fumier qui se trouve sur les bandes de fumier. 4.1.1.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Des bandes de fumier sont placées en dessous des poulaillers de batterie dans lesquels se trouvent les animaux.Le fumier produit par les animaux est recueilli sur ces bandes de fumier. 2° Le fumier est enlevé de l'étable a l'aide des bandes de fumiers et est ensuite entreposé dans un lieu de stockage séparé pour le fumier. 4.1.1.3. L'exigence suivante s'applique à l'utilisation de ce système : Le fumier doit être enlevé de l'étable au minimum deux fois par semaine à l'aide des bandes pour le fumier. 4.1.1.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 0,020 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 4.1.2. Système P-1.2. Batterie compacte avec une évacuation vers un lieu de stockage du fumier fermé, deux fois par jour 4.1.2.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en éliminant deux fois par jour le fumier produit. 4.1.2.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Des plaques se trouvent dans les batteries sur lesquelles se trouvent les animaux (à l'exception de la batterie supérieure).Le fumier est déplacé de ces plaques deux fois par jour, pendant le remplissage de la coulée pour le fourrage, à l'aide de coulisses qui sont fixées à la trémie du fourrage. Ces plaques doivent être fabriquées dans un matériel lisse et non coagulant. Le fumier tombe entre les batteries sur une bande pour le fumier située en dessous de la batterie inférieure. Le fumier tombe de la batterie inférieure directement sur cette bande pour le fumier. 2° Le fumier est enlevé de l'étable a l'aide des bandes de fumiers et est ensuite entreposé dans un lieu de stockage séparé pour le fumier. 4.1.2.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Le fumier doit être enlevé de l'étable au minimum deux fois par jour à l'aide des bandes pour le fumier.2° Un compteur d'impulsions placé sur les bandes pour le fumier en dessous des batteries doit pouvoir donner un aperçu de la fréquence de passage des bandes pour le fumier au cours des sept derniers jours. 4.1.2.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 0,011 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 4.1.3. Système P-1.3. Batterie avec des bandes pour le fumier sec avec un séchage forcé du fumier 4.1.3.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en soufflant de l'air sur le fumier qui se trouve sur les bandes pour le fumier. Ce faisant, le fumier est plus sec et donne lieu à moins d'émissions ammoniacales. 4.1.3.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Des bandes de fumier sont placées en dessous des poulaillers de batterie dans lesquels se trouvent les animaux.Ces bandes sont réalisées en polypropylène ou dans un tissu trévira. Le fumier produit par les animaux est recueilli sur ces bandes de fumier. 2° Des conduits sont placés entre ou en dessous des poulaillers de batterie avec lesquels de l'air d'au minimum 15 °C est soufflé sur le fumier se trouvant sur les bandes pour le fumier.Une alternative consiste à sécher le fumier à l'aide d'un système d'éventail. A ce niveau, l'air de l'étable est soufflé sur le fumier se trouvant sur les bandes pour le fumier à l'aide d'un éventail placé dans le conduit. 4.1.3.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° La quantité d'air qui est soufflée par les conduits sur les bandes pour le fumier doit s'élever à au minimum 0,2 m3 par animal par heure.2° Le fumier qui se trouve sur la bande pour le fumier doit être séché en une semaine jusqu'à un minimum de 45 % de substance sèche et doit être évacué chaque semaine de l'étable. 4.1.3.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 0,020 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 4.1.4. Système P-1.4. Batterie avec des bandes pour le fumier avec un séchage forcé du fumier, ventilé avec 0,4 m3 d'air par animal par heure; passage du fumier par cinq jours, le fumier a donc un taux de substance sèche de 55 % au minimum 4.1.4.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en soufflant continuellement sur le fumier qui se trouve sur les bandes pour le fumier de l'air préchauffé à au minimum 17 °C. Le fumier est évacué une fois tous les 5 jours de l'étable et comprend donc au minimum 55 % de substance sèche. Ce système d'étable représente un développement ultérieur du système P-1.3. et est caractérisé par des émissions ammoniacales plus faibles. Le nombre d'étages peut varier par batterie avec des bandes pour le fumier. 4.1.4.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Des bandes de fumier sont placées en dessous des poulaillers de batterie dans lesquels se trouvent les animaux.Le fumier produit par les animaux est recueilli sur ces bandes de fumier. 2° Des conduits sont placés entre ou en dessous des poulaillers de batterie avec lesquels de l'air d'au minimum 17 °C est continuellement soufflé sur le fumier se trouvant sur les bandes pour le fumier.Le fumier est séché avec de l'air préchauffé provenant par exemple d'un échangeur de chaleur ou d'un boîtier de carburation de l'air équipé ou non d'une unité de chauffage. 3° L'arrivée de l'air vers les bandes pour le fumier et la température de cet air doivent être enregistrées et commandées de manière entièrement automatique.Par étable, un compteur de la vitesse de l'air doit être placé dans le conduit principal d'arrivée de l'air et la température de l'air doit pouvoir être lisible, juste avant que cet air n'entre dans le conduit situé au-dessus de la bande pour le fumier. En outre, une minuterie professionnelle doit être placée afin de pouvoir indiquer le nombre d'heures de fonctionnement du ventilateur dans le boîtier de mélange de l'air. Il faut également enregistrer la date à laquelle les différents couples entrent et sortent des cages. De cette manière, le contrôle des quantités minimales exigées d'air par animal et par heure est possible. 4.1.4.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° La quantité d'air qui est soufflée par les conduits sur les bandes pour le fumier doit s'élever à au minimum 0,4 m3 par animal par heure, et avoir une température minimale de 17 °C.2° Le fumier qui se trouve sur la bande pour le fumier doit être séché en 5 jours jusqu'à un minimum de 55 % de substance sèche et doit être évacué une fois tous les cinq jours de l'étable.Si le fait de ne pas atteindre 55 % de substance sèche est attribué à une maladie des animaux qui peut être démontrée, on peut s'écarter de cette exigence. 3° La fréquence de passage doit être enregistrée.4° Les exigences susmentionnées concernant l'utilisation ne s'appliquent pas pour les 5 premières semaines de la phase d'élevage des animaux parce que la production de fumier est alors trop limitée. 4.1.4.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 0,006 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 4.1.5. Système P-1.5. Batterie avec des bandes pour le fumier avec un séchage forcé du fumier en combinaison avec un tunnel de séchage et/ou un sol de séchage 4.1.5.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en séchant le fumier frais sur les bandes pour le fumier qui se trouvent en dessous de chaque étage avec l'air de l'étable, et en transportant ce fumier vers les tunnels de séchage et/ou le sol de séchage situé plus haut, où le séchage ultérieur a lieu. Le fumier contenu dans les tunnels de séchage et/ou sur le sol de séchage est séché avec l'air de l'étable. 4.1.5.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Réalisation de l'étable : a) Une bande pour le fumier passe en dessous de chaque étage, sur laquelle tout le fumier des animaux est recueilli;b) Le fumier qui tombe sur les bandes pour le fumier situées en dessous des poulaillers est séché avec l'air de l'étable.2° Tunnels de séchage : a) Un tunnel de séchage est placé au-dessus de chaque poulailler, il est intégré dans l'étable, derrière ou à côté de l'étable;b) Le fumier des étages est transporté par poulailler vers le tunnel de séchage situé au-dessus des poulaillers.Cela a lieu au niveau de l'extrémité arrière de chaque poulailler; c) Les tunnels de séchage des poulaillers séparés seront reliés les uns aux autres par le biais d'un conduit.3° Ventilation : a) La ventilation doit être de 1,0 à 3,2 m3/heure/poule par le biais du tunnel de séchage;b) Lorsqu'il quitte les tunnels de séchage, le fumier doit comprendre entre 50 et 60 % de substance sèche.4° Enregistrement : a) Un ordinateur professionnel doit être présent, dans lequel les données suivantes sont intégrées, qui ne peuvent pas être modifiées par l'éleveur : i.le temps de séjour du fumier sur les bandes pour le fumier dans l'étable et le temps de séjour du fumier dans le tunnel de séchage; ii. la capacité de ventilation du tunnel de séchage : elle est réglée sur minimum 1 m3/heure/animal; b) En outre, un compteur de déplacement doit être installé sur les bandes pour le fumier, qui indique la vitesse de passage des bandes pour le fumier. 4.1.5.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Le fumier sur les bandes pour le fumier situées en dessous des étages est transporté vers les tunnels de séchage en au maximum 6 heures.2° Le fumier contenu dans le tunnel de séchage est séché avec l'air de l'étable en au maximum 18 heures.3° Lorsqu'il quitte les tunnels de séchage, le fumier a un taux de substance sèche minimale de 50 %.4° L'exploitant de l'étable doit faire analyser une fois par trimestre un échantillon de fumier par un laboratoire agréé, au niveau du taux de substance sèche du fumier qui est éliminé de l'étable. 4.1.5.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 0,010 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. Section 2. - Systèmes pauvres en émissions ammoniacales n'utilisant

pas de cages, pour poules d'élevage de poules pondeuses 4.2.1. Système P-2.1. Logement d'élevage en volière, au minimum 50 % de l'espace habitable est une grille, avec une bande pour le fumier en dessous, passage des bandes pour le fumier au moins une fois par semaine, les grilles au minimum en deux étages 4.2.1.1. Les animaux sont gardés dans une étable avec des sols entièrement ou partiellement recouverts de litière et des étages avec des grilles. Le fumier des grilles tombe sur la bande pour le fumier située en dessous et est séché ou non avec de l'air. 4.2.1.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Réalisation de la cage et grilles : a) 16 animaux au maximum sont gardés dans l'espace pour les animaux par m2 de surface habitable utilisable;b) au minimum 50 % de la surface habitable utilisable sont constitués de grilles avec une bande pour le fumier en dessous.Les grilles sur minimum deux étages. Au minimum 1/3 de la surface du sol de l'espace habitable utilisable est recouvert de litière. 2° Les équipements de fourrage et d'eau potable sont fixés au-dessus d'une grille.3° L'évacuation du fumier produit sur les grilles a lieu par le biais des bandes pour le fumier. 4.2.1.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Le fumier situé sur les bandes pour le fumier doit être enlevé de l'étable au minimum une fois par semaine.2° Ce fumier est soit évacué directement de l'exploitation, soit stocké pendant deux semaines au maximum dans un conteneur recouvert.3° Dans le cas de l'application d'un système de séchage ultérieur du fumier, le fumier doit être enlevé de l'étable au minimum deux fois par semaine. 4.2.1.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 0,050 kg NH3 par emplacement pour animaux, et est fixé à l'aide d'un rapport en ce qui concerne le même système de logement pour les poules pondeuses. Section 3. - Systèmes de poulaillers ou de batteries pauvres en

émissions ammoniacales pour poules pondeuses y compris les animaux (grands-) parents des races pondeuses 4.3.1. Système P-3.1. Poulailler (si pour poules pondeuses : poulailler enrichi) pour le fumier humide avec une évacuation vers un lieu de stockage fermé 4.3.1.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en éliminant deux fois par semaine le fumier qui se trouve sur les bandes de fumier. 4.3.1.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Des bandes de fumier sont placées en dessous des poulaillers dans lesquels se trouvent les animaux.Ces bandes sont réalisées en polypropylène ou dans un tissu trévira. Le fumier produit par les animaux est recueilli sur ces bandes de fumier. 2° Le fumier est enlevé de l'étable a l'aide des bandes de fumiers et est ensuite entreposé dans un lieu de stockage séparé fermé. 4.3.1.3. L'exigence suivante s'applique à l'utilisation de ce système : Le fumier doit être enlevé de l'étable au minimum deux fois par semaine à l'aide des bandes pour le fumier. 4.3.1.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 0,035 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 4.3.2. Système P-3.2. Poulailler (si pour poules pondeuses : poulailler enrichi) avec deux fois par jour une évacuation vers un lieu de stockage fermé 4.3.2.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en éliminant deux fois par jour le fumier produit de l'étable. 4.3.2.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Des plaques se trouvent sur les poulaillers dans lesquels se trouvent les animaux (à l'exception des poulaillers supérieurs).Le fumier est déplacé de ces plaques deux fois par jour, pendant le remplissage de la coulée pour le fourrage, à l'aide de coulisses qui sont fixées à la trémie du fourrage. Ces plaques doivent être fabriquées dans un matériel lisse et non coagulant. Le fumier tombe entre les batteries sur une bande pour le fumier située en dessous de l'étage inférieur. Le fumier tombe de l'étage inférieur directement sur cette bande pour le fumier. 2° Le fumier est enlevé de l'étable a l'aide des bandes de fumier et est ensuite entreposé dans un lieu de stockage séparé pour le fumier. 4.3.2.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Le fumier doit être enlevé de l'étable deux fois par jour à l'aide des bandes pour le fumier.2° Un compteur d'impulsions placé sur les bandes pour le fumier en dessous des batteries doit pouvoir donner un aperçu de la fréquence de passage des bandes pour le fumier au cours des sept derniers jours. 4.3.2.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 0,020 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 4.3.3. Système P-3.3. Poulailler (si poules pondeuses : poulailler enrichi) pour du fumier sec avec un séchage forcé du fumier 4.3.3.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en soufflant de l'air sur le fumier qui se trouve sur les bandes pour le fumier. Ce faisant, le fumier est plus sec et donne lieu à moins d'émissions ammoniacales. 4.3.3.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Des bandes de fumier sont placées en dessous des poulaillers dans lesquels se trouvent les animaux.Ces bandes sont réalisées en polypropylène ou dans un tissu trévira. Le fumier produit par les animaux est recueilli sur ces bandes de fumier. 2° Des conduits sont placés entre ou en dessous des poulaillers avec lesquels de l'air d'au minimum 15 °C est soufflé sur le fumier se trouvant sur les bandes pour le fumier.Une alternative consiste à sécher le fumier à l'aide d'un système d'éventail. A ce niveau, l'air de l'étable est soufflé sur le fumier se trouvant sur les bandes pour le fumier à l'aide d'un éventail placé dans le conduit. 4.3.3.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° La quantité d'air qui est soufflée par les conduits sur les bandes pour le fumier doit s'élever à au minimum 0,4 m3 par animal par heure.2° Le fumier qui se trouve sur la bande pour le fumier doit être séché en une semaine jusqu'à un minimum de 45 % de substance sèche et doit être évacué chaque semaine de l'étable. 4.3.3.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 0,035 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 4.3.4. Système P-3.4. Poulailler (si pour poules pondeuses : poulailler enrichi) avec un séchage forcé du fumier, ventilé avec 0,7 m3 d'air par animal par heure; passage du fumier tous les cinq jours; le fumier a alors un taux de substance sèche de 55 % au minimum. 4.3.4.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en soufflant continuellement sur le fumier qui se trouve sur les bandes pour le fumier de l'air préchauffé à au minimum 17 °C. Le fumier est évacué une fois tous les 5 jours de l'étable et comprend donc au minimum 55 % de substance sèche. Ce système d'étable représente un développement ultérieur du système P-3.3. et est caractérisé par des émissions ammoniacales plus faibles. Le nombre d'étages peut varier. 4.3.4.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Des bandes de fumier sont placées en dessous des poulaillers dans lesquels se trouvent les animaux.Le fumier produit par les animaux est recueilli sur ces bandes de fumier. 2° Des conduits sont placés entre ou en dessous des poulaillers avec lesquels de l'air d'au minimum 17 °C est continuellement soufflé sur le fumier se trouvant sur les bandes pour le fumier.Le fumier est séché avec de l'air préchauffé provenant par exemple d'un échangeur de chaleur ou d'un boîtier de carburation de l'air équipé ou non d'une unité de chauffage. 3° L'arrivée de l'air vers les bandes pour le fumier et la température de cet air doivent être enregistrées et commandées de manière entièrement automatique.Par étable, un compteur de la vitesse de l'air doit être placé dans le conduit principal d'arrivée de l'air et la température de l'air doit pouvoir être lisible, juste avant que cet air n'entre dans le conduit situé au-dessus de la bande pour le fumier. En outre, une minuterie professionnelle doit être placée afin de pouvoir indiquer le nombre d'heures de fonctionnement du ventilateur dans le boîtier de mélange de l'air. Il faut également enregistrer la date à laquelle les différents couples entrent et sortent des cages. De cette manière, le contrôle des quantités minimales exigées d'air par animal et par heure est possible. 4.3.4.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° La quantité d'air qui est soufflée par les conduits sur les bandes pour le fumier doit s'élever à au minimum 0,7 m3 par animal par heure, et avoir une température minimale de 17 °C.2° Le fumier qui se trouve sur la bande pour le fumier doit être séché en 5 jours jusqu'à un minimum de 55 % de substance sèche et doit être évacué une fois tous les cinq jours de l'étable.Si le fait de ne pas atteindre 55 % de substance sèche est attribué à une maladie des animaux qui peut être démontrée, on peut s'écarter de cette exigence. 3° La fréquence de passage doit être enregistrée. 4.3.4.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 0,010 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 4.3.5. Système P-3.5. Poulailler (si pour poules pondeuses : poulailler enrichi) avec un séchage forcé du fumier, en combinaison avec un tunnel de séchage et/ou un sol de séchage 4.3.5.1. Les émissions ammoniacales sont limitées en séchant le fumier frais sur les bandes pour le fumier qui se trouvent en dessous de chaque étage avec l'air de l'étable, et en transportant ce fumier vers les tunnels de séchage situés plus haut, où le séchage ultérieur a lieu. Le fumier contenu dans les tunnels de séchage est séché avec l'air de l'étable. 4.3.5.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1. Réalisation de l'étable : a) Une bande pour le fumier passe en dessous de chaque étage, sur laquelle tout le fumier des animaux est recueilli;b) Le fumier qui tombe sur les bandes pour le fumier situées en dessous des poulaillers est séché avec l'air de l'étable.2° Tunnels de séchage : a) Un tunnel de séchage est placé au-dessus de chaque poulailler, il est intégré dans l'étable, derrière ou à côté de l'étable;b) Le fumier des étages est transporté par poulailler vers le tunnel de séchage situé au-dessus des poulaillers.Cela a lieu au niveau de l'extrémité arrière de chaque poulailler; c) Les tunnels de séchage des poulaillers séparés seront reliés les uns aux autres par le biais d'un conduit.3° Ventilation : a) La ventilation doit être de 1,0 à 3,2 m3/heure/poule par le biais du tunnel de séchage;b) Lorsqu'il quitte les tunnels de séchage, le fumier doit comprendre entre 50 et 60 % de substance sèche.4° Enregistrement : a) Un ordinateur professionnel doit être présent, dans lequel les données suivantes sont intégrées, qui ne peuvent pas être modifiées par l'éleveur : i.le temps de séjour du fumier sur les bandes pour le fumier dans l'étable et le temps de séjour du fumier dans le tunnel de séchage; ii. la capacité de ventilation du tunnel de séchage : elle est réglée sur minimum 1 m3/heure/animal; b) En outre, un compteur de déplacement doit être installé sur les bandes pour le fumier, qui indique la vitesse de passage des bandes pour le fumier. 4.3.5.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Le fumier sur les bandes pour le fumier situées en dessous des étages est transporté vers les tunnels de séchage en au maximum 6 heures.2° Le fumier contenu dans le tunnel de séchage est séché avec l'air de l'étable en au maximum 18 heures.3° Lorsqu'il quitte les tunnels de séchage, le fumier a un taux de substance sèche minimale de 50 %.4° L'exploitant de l'étable doit faire analyser une fois par trimestre un échantillon de fumier par un laboratoire agréé, au niveau du taux de substance sèche du fumier qui est éliminé de l'étable. 4.3.5.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 0,015 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. Section 4. - Systèmes pauvres en émissions ammoniacales n'utilisant

pas de cages, pour poules pondeuses y compris les animaux (grands-)parents des races pondeuses 4.4.1. Système P-4.1. Logement sur le sol avec une ventilation en dessous de grilles partiellement rehaussées (système perforé). 4.4.1.1. Un sol fictif perforé se trouve en dessous de la partie de la grille à au minimum 10 cm au-dessus du sol de la cave. Les émissions ammoniacales sont limitées en soufflant continuellement de l'air par les perforations en dessous du sol fictif, ce qui fait que le fumier qui est déposé au-dessus de la grille et qui tombe sur le sol fictif est séché. 4.4.1.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° L'étable a une superstructure traditionnelle.2° La surface de la litière se rapporte à la surface de la grille comme 30 % se rapporte à 70 % de la surface brute, où les pondoirs sont considérés comme appartenant à surface de la grille.3° En dessous de la partie de la grille, il doit y avoir une fosse pour pouvoir recueillir et sécher le fumier pendant toute une période de production sur le sol perforé présent dans cette fosse.La zone totale entre le sol perforé et la grille doit être au minimum de 0,8 m. 4° Le sol fictif perforé : a) le sol fictif perforé et la construction de soutien peuvent être réalisés avec différentes sortes de matériel (plastique/bois/métal ou des combinaisons de ceux-ci), où la construction doit avoir une capacité de charge allant jusqu'à 400 kg/m2 (poids du fumier sec + marge de sécurité);b) la zone de ventilation entre le sol et le sol fictif perforé doit s'élever au minimum à 0,10 m;c) le sol fictif doit être perforé de manière uniforme avec une surface de sol perméable à l'air d'au minimum 20 %.La forme des perforations n'est pas pertinente. Le diamètre des ouvertures ne peut pas s'élever à plus de 5 mm du côté le plus court; d) le sol perforé doit être construit en segments, où la taille des segments dépend de la méthode d'évacuation du fumier;e) avant le début de la période, la partie supérieure du sol perforé doit être recouverte d'une couche de litière de minimum 40 mm;f) Au niveau du dernier mètre du sol de la cave à hauteur du mur extérieur, il n'y a éventuellement pas de sol perforé (ceci en rapport avec l'enlèvement du fumier).5° Ventilation du sol perforé : a) pour la ventilation du sol fictif perfore, l'air de l'étable est utilisé;b) au minimum deux ventilateurs doivent être installés.Au total, il doit y avoir une capacité de ventilation avec un débit minimal de 7 m3/animal/heure à 90 Pascals; c) les ventilateurs choisis doivent pouvoir surmonter de grandes résistances à la pression, au minimum 90 Pascals et doivent être commandés à l'aide d'un régulateur de fréquence;d) pour le positionnement des ventilateurs, il y a différentes possibilités de réalisation : i.installation aux deux extrémités sur les grilles; ii. installation répartie sur les grilles des deux cotés des pondoirs ou juste en ligne avec les pondoirs, où il est possible de choisir pour la dernière variante un conduit d'aération central en dessous des pondoirs à partir desquels l'air est soufflé en dessous du sol fictif perforé. 6° Les alimentations en eau (abreuvoirs ronds ou abreuvoirs à tétines) doivent être installées au-dessus des grilles.7° Pour le contrôle au niveau du bon fonctionnement du système d'étable : a) La capacité/le débit minimal exigé de ventilation doit pouvoir être lu sur le régulateur de fréquence ou sur l'ordinateur de climatisation avec lequel la ventilation est commandée;b) Le nombre cumulatif d'heures à partir du début de la période de ventilation doit pouvoir être lu à chaque moment sur le régulateur de fréquence ou sur l'ordinateur de climatisation avec lequel la ventilation est commandée;c) La consommation cumulative d'énergie ou la puissance enregistrée des ventilateurs à partir du début de la période doit pouvoir être lue à chaque moment. 4.4.1.3. L'exigence suivante s'applique à l'utilisation de ce système : le taux de substances sèches du fumier doit s'élever à au minimum 75 %. 4.4.1.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 0,110 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 4.4.2. Système P-4.2. Logement sur le sol avec ventilation du fumier par le biais de conduits en-dessous des grilles. 4.4.2.1. Etable équipée d'un sol en béton avec de la litière au-dessus et les animaux sont gardés à l'intérieur. Une partie du sol est surélevée et équipée de grilles (bois, plastique ou toile métallique) avec un lieu de stockage du fumier en dessous. Les émissions ammoniacales sont réduites en ventilant le fumier en dessous des grilles avec de l'air provenant d'un échangeur de chaleur ou d'un boîtier de mélange de l'air. 4.4.2.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Réalisation de la cage et grilles : a) Dans le cas des poulets fermiers, 9 animaux au maximum sont gardés dans l'espace pour les animaux par m2.Dans le cas des animaux (grands-) parents, il s'agit de 10 animaux/m2, y compris les coqs; b) La surface totale qui peut être utilisée pour les animaux est composée d'au maximum 2/3 de grilles et d'au minimum 1/3 de sol recouvert de litière;c) Des juchoirs sont présents au-dessus des grilles.2° Les installations pour le fourrage et l'eau potable sont placées au-dessus des grilles.3° Ventilation : a) Des conduits sont installés en dessous des grilles et l'air est amené par ces conduits.b) Les conduits sont suspendus en parallèle des pondoirs et peuvent être déplacés de manière verticale en même temps que le niveau de fumier, de sorte que la distance verticale entre les conduits et le fumier s'élève à environ 200 mm;c) 0,9 m3 d'air/heure sont soufflés sur le fumier par animal, avec une température minimale de 17 °C.4° Enregistrement : a) La température de l'air dans les conduits de ventilation doit être enregistrée et fixée.Les valeurs fixées doivent pouvoir être demandées pour au minimum la dernière semaine qui s'est écoulée. La température est mesurée dans le canal principal d'arrivée. b) Pour le contrôle au niveau du branchement de la ventilation, il faut disposer de l'équipement approprié (minuterie, compteur kWh, compte-tour ou compteur du ventilateur), qui permet de démontrer de manière efficace la ventilation dans l'exploitation. 4.4.2.3. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 0,125 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. 4.4.3. Système P-4.3. Logement en volières, au minimum 50 % de l'espace habitable est une grille, avec une bande pour le fumier en dessous; les bandes pour le fumier passent au minimum une fois par semaine; les grilles au minimum en deux étages minimum 4.4.3.1. Les animaux sont gardés dans une étable avec des sols entièrement ou partiellement recouverts de litière et des étages avec des grilles. Le fumier des grilles tombe sur la bande pour le fumier située en dessous et est séché ou non avec de l'air. 4.4.3.2. Les exigences suivantes s'appliquent à la réalisation de ce système : 1° Réalisation de la cage et grilles : a) Dans le cas des poulets fermiers, 9 animaux au maximum sont gardés dans l'espace pour les animaux par m2.Dans le cas des animaux (grands-) parents, il s'agit de 10 animaux/m2, y compris les coqs; b) au minimum 50 % de la surface (habitable) utilisable sont constitués de grilles avec une bande pour le fumier en dessous.Les grilles sur minimum deux étages. Au minimum 1/3 de la surface du sol de l'espace habitable utilisable est recouvert de litière. 2° Les équipements de fourrage et d'eau potable sont fixés au-dessus d'une grille.3° L'évacuation du fumier produit sur les grilles a lieu par le biais des bandes pour le fumier. 4.4.3.3. Les exigences suivantes s'appliquent à l'utilisation de ce système : 1° Le fumier situé sur les bandes pour le fumier doit être enlevé de l'étable au minimum une fois par semaine.2° Ce fumier est soit évacué directement de l'exploitation, soit stocké pendant deux semaines au maximum dans un conteneur recouvert.3° Dans le cas de l'application d'un système de séchage ultérieur du fumier, le fumier doit être enlevé de l'étable au minimum deux fois par semaine. 4.4.3.4. Le facteur d'émission ammoniacale s'élève à 0,09 kg NH3 par emplacement pour animaux par an. Section 5. - Systèmes d'étables pauvres en émissions pour des

animaux-parents coquelets 4.5.1. Système P-5.1. Poulailler de groupes pourvu d'une bande de fumier et de séchage forcé du fumier 4.5.1.1. Les émissions d'ammoniaque sont limitées en séchant le fumier se trouvant sur les bandes de fumier avec de l'air préchauffé et d'évacuer le fumier sur les bandes de l'étable une fois par semaine. 4.5.1.2. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Les animaux-parents coquelets sont abrités dans des cages à grille complète. 2° Le fumier qui tombe sur les bandes de fumier au dessous des cages est séché à l'aide d'air préchauffé provenant, par ex., d'un boîtier de carburation de l'air équipé ou non d'une unité de chauffage. 3° Le dimensionnement doit être tel que le fumier contient au minimum 50 % de substance sèche. 4.5.1.3. Pour l'utilisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Le fumier sur les bandes de fumier doit être évacué de l'étable une fois par semaine et ce fumier doit contenir au minimum 50 % de substance sèche.2° L'exploitant de l'étable doit faire analyser une fois par trimestre un échantillon de fumier au niveau du taux de substance sèche du fumier qui est éliminé de l'étable. 4.5.1.4. Le facteur d'émission d'ammoniaque s'élève à 0,080 kg NH3 par étable par an. 4.5.2. Système P-5.2. Logement en volière avec ventilation du fumier 4.5.2.1. Les émissions d'ammoniaque sont limitées en séchant le fumier se trouvant sur les bandes de fumier avec de l'air préchauffé et en évacuant le fumier sur les bandes de l'étable au moins une fois par semaine. 4.5.2.2. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Les animaux-parents de coquelets sont abrités sur des étages avec des grilles et un sol recouvert de litière. 2° Le fumier sur les grilles tombe sur la bande de fumier située en dessous et est séché à l'aide d'air provenant par ex., d'un boîtier de carburation ou d'une unité de chauffage. 3° Les dimensions et la gestion industrielle doivent être telles que le fumier contient au minimum 50 % de substances sèches lors de l'évacuation des bandes pour le fumier après une semaine. 4.5.2.3. Pour l'utilisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Le fumier sur les bandes de fumier doit être évacué de l'étable une fois par semaine et ce fumier doit contenir au minimum 50 % de substance sèche.2° L'exploitant de l'étable doit faire analyser une fois par trimestre un échantillon de fumier au niveau du taux de substance sèche du fumier qui est éliminé de l'étable. 4.5.2.4. Le facteur d'émission d'ammoniaque s'élève à 0,17 kg NH3 par étable par an. 4.5.3. Système P-5.3. Logement en volière avec séchage forcé de fumier et de litière 4.5.3.1. Les émissions d'ammoniaque sont limitées en séchant le fumier se trouvant sur les bandes de fumier et sur le sol recouvert de litière avec de l'air préchauffé et en évacuant le fumier se trouvant sur les bandes de fumier de l'étable au moins une fois par semaine. 4.5.3.2. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Les animaux-parents de coquelets sont abrités sur des étages avec des grilles et un sol recouvert de litière.2° Le fumier sur le grillage tombe sur la bande pour le fumier située en dessous et, tout comme le fumier sur le sol composé de litière, il est séché avec de l'air provenant par ex.d'un boîtier de mélange de l'air ou d'une unité de chauffage. 3° Les dimensions et la gestion industrielle doivent être telles que le fumier contient au minimum 50 % de substances sèches lors du passage des bandes de fumier après une semaine. 4.5.3.3. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Le fumier sur les bandes de fumier doit être évacué de l'étable une fois par semaine et ce fumier doit contenir au minimum 50 % de substance sèche.2° L'exploitant de l'étable doit faire analyser une fois par trimestre un échantillon de fumier au niveau du taux de substance sèche du fumier qui est éliminé de l'étable. 4.5.3.4. Le facteur d'émission d'ammoniaque s'élève à 0,13 kg NH3 par étable par an. 4.5.4. Système P-5.4. Logement sur le sol avec ventilation du fumier par le biais de conduits en-dessous des grilles 4.5.4.1. L'étable est équipé d'un sol en béton avec de la litière au-dessus et les animaux sont gardés à l'intérieur. Une partie du sol est surélevée et équipée de grilles avec un lieu de stockage du fumier en dessous. Les émissions d'ammoniaque sont réduites en ventilant le fumier en dessous des grilles avec de l'air provenant d'un échangeur de chaleur ou d'un boîtier de mélange de l'air. 4.5.4.2. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Réalisation de la cage et grillage de sol : a) au maximum 7 à 8 animaux sont gardés dans l'espace pour les animaux par m2 de surface, y compris les coqs;b) au maximum 2/3 de la surface du sol de l'espace habitable utilisable sont constitués de grillages et au minimum 1/3 est recouvert de litière.2° Les équipements d'eau potable sont fixés au-dessus du grillage.3° Ventilation : a) des conduits sont installés en dessous des grilles et l'air est amené par ces conduits;b) les conduits sont suspendus en parallèle des pondoirs et peuvent être déplacés de manière verticale en même temps que le niveau de fumier, de sorte que la distance verticale jusqu'au fumier s'élève à environ 200 mm;c) 1,5 m3 d'air / heure sont soufflés sur le fumier par animal, dont au minimum 50 % d'air extérieur;d) l'air a une température minimale de 20 °C.4° Enregistrement : a) la température de l'air dans les conduits de ventilation doit être enregistrée et fixée.Les valeurs fixées qui datent d'il y a au moins une semaine doivent pouvoir être demandées. La température doit être mesurée dans le canal principal d'arrivée; b) Pour le contrôle au niveau du branchement de la ventilation, il faut disposer de l'équipement approprié (minuterie, compteur kWh, compte-tour ou compteur du ventilateur), qui permet de démontrer de manière efficace la ventilation dans l'entreprise. 4.5.4.4. Le facteur d'émission d'ammoniaque s'élève à 0,250 kg NH3 par étable par an. 4.5.5. Système P-5.5. Logement sur le sol avec ventilation en dessous d'un grillage partiellement rehaussé (système perforé) 4.5.5.1. Un sol fictif perforé se trouve en dessous de la partie de la grille à minimum 10 cm au-dessus du sol de la cave. Les émissions d'ammoniaque sont limitées en soufflant continuellement de l'air par les perforations en-dessous du sol fictif, ce qui fait que le fumier qui est déposé au-dessus de la grille et qui tombe sur le sol fictif est séché. 4.5.5.2. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° L'étable des animaux-parents de coquelets a une superstructure traditionnelle.2° La surface de la litière a un rapport avec la surface de la grille de 30 % pour 70 % de la surface brute, où les pondoirs sont calculés en fonction de la surface de la grille.3° En dessous de la partie de la grille, il doit y avoir une fosse pour pouvoir recueillir et sécher le fumier pendant toute une période de production sur le sol perforé présent dans cette fosse.La zone totale entre le sol perforé et la grille doit être de minimum de 0,8 m. 4° Le sol fictif perforé : a) le sol fictif perforé et la construction la construction de soutien peuvent être réalisés avec différentes sortes de matériel (plastique / bois / métal ou des combinaisons de ceux-ci), où la construction doit avoir une capacité de charge allant jusqu'à 400 kg / m2 (poids du fumier sec + marge de sécurité);b) la zone de ventilation entre le sol et le sol fictif perforé doit s'élever au minimum à 0,10 m;c) le sol fictif doit être perforé de manière uniforme avec une surface de sol perméable à l'air de minimum 20 %.La forme des perforations n'est pas pertinente. Le diamètre des ouvertures ne peut pas s'élever à plus de 5 mm du côté le plus court; d) le sol perforé doit être construit en segments, où la taille des segments dépend de la méthode d'évacuation du fumier;e) avant le début de la période, la partie supérieure du sol perforé doit être recouverte d'une couche de litière de minimum 40 mm;f) Au niveau du dernier mètre du sol de la cave à hauteur du mur extérieur, il n'y a éventuellement pas de sol perforé (ceci en rapport avec l'enlèvement du fumier).5° Ventilation du sol perforé : a) pour la ventilation du sol fictif perforé, nous utilisons l'air de l'étable;b) il doit y avoir au minimum deux ventilateurs.Au total, il doit y avoir une capacité de ventilation avec un débit minimum de 7 m3 / animal / heure à 90 Pascals; c) les ventilateurs choisis doivent pouvoir surmonter de grandes résistances à la pression, minimum 90 Pascals et doivent être commandés à l'aide d'un régulateur de fréquence;d) pour le positionnement des ventilateurs, il y a différentes possibilités de réalisation : i.installation aux deux extrémités sur les grilles; ii. installation répartie sur le grillage de sol des deux cotés des pondoirs ou juste en ligne avec les pondoirs, où il est possible de choisir pour la dernière variante un conduit d'aération central en dessous des pondoirs à partir desquels l'air est soufflé en dessous du sol fictif perforé. 6° Alimentation en eau : les alimentations en eau (abreuvoirs ronds ou abreuvoirs à tétines) doivent être installées au-dessus des grilles.7° Pour le contrôle au niveau du bon fonctionnement du système d'étable : a) la capacité / le débit minimal exigé de ventilation doit pouvoir être lu sur le régulateur de fréquence ou sur l'ordinateur de climatisation avec lequel la ventilation est commandée;b) le nombre cumulatif d'heures à partir du début de la période de ventilation doit pouvoir être lu à chaque moment sur le régulateur de fréquence ou sur l'ordinateur de climatisation avec lequel la ventilation est commandée;c) la consommation cumulative d'énergie ou la puissance enregistrée des ventilateurs à partir du début de la période doit pouvoir être lue à chaque moment. 4.5.5.3. Exigence liée à l'utilisation : le taux de substances sèches du fumier doit s'élever à minimum 75 %. 4.5.5.4. Le facteur d'émission d'ammoniaque s'élève à 0,23 kg NH3 par étable par an. 4.5.6. Système P-5.6. Logement sur le sol avec enlèvement du fumier tous les jours à l'aide d'un système de glissement du fumier en dessous du grillage partiellement rehaussé 4.5.6.1. L'étable est équipée d'un sol en béton avec de la litière au-dessus et les animaux sont gardés à l'intérieur. Une partie du sol est surélevée et équipée de grilles avec un recueil temporaire du fumier en dessous sur un sol poli en béton. Les émissions d'ammoniaque sont réduites en enlevant le fumier en-dessous des grilles tous les jours à l'aide d'un bon système de glissement sur le sol poli. Le fumier est évacué vers un lieu de stockage du fumier séparé. 4.5.6.2. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Réalisation de la cage et grillage de sol : a) 7 à 8 animaux sont gardés dans l'espace pour les animaux par m2 de surface, y compris les coqs;b) Maximum 2/3 de la surface du sol de l'espace habitable utilisable sont constitués de grillages et minimum 1/3 et maximum 2/3 sont recouverts de litière.2° Les équipements d'eau potable sont fixés au-dessus du grillage.3° Enlèvement du fumier : a) le sol en béton au-dessous du grillage est poli de sorte qu'on obtienne une surface lisse (non coagulante);b) là-dessus un système de glissement du fumier est installé qui couvre la largeur entière du sol en béton au-dessous du grillage et qui atteint la surface entière en-dessous du grillage;c) pour le contrôle sur l'enlèvement journalier du fumier, il faut disposer de l'équipement approprié (minuterie, compte-tour), qui permet de démontrer de manière efficace le fonctionnement du système de glissement du fumier. 4.5.6.3. Pour l'utilisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Le système de glissement du fumier pousse le fumier au minimum une fois par jour vers un lieu de stockage fermé.2° Afin de réduire au maximum l'émission du fumier qui entre dans le poulailler, le taux de substance sèche de la couche de litière doit s'élever à minimum 65 %, sauf si des circonstances exceptionnelles peuvent être démontrées (maladie, force majeure).3° Au début de la période, le poulailler doit être couvert d'une couche de litière propre de minimum 3 cm. 4.5.6.4. Sur la base de mesurages effectués dans un système similaire pour des poules pondeuses, il est estimé que le facteur d'émission d'ammoniaque s'élève au maximum à 0.290 kg NH3 par étable par an. Section 6. - Systèmes d'étables pauvres en émissions pour des

coquelets 4.6.1. Système P-6.1. Logement sur le sol avec chauffage et refroidissement du sol 4.6.1.1. Les émissions d'ammoniaque sont réduites en chauffant la couche de fumier et de litière, de sorte qu'elle sèche et que la formation d'ammoniaque soit ralentie. Le refroidissement a pour but de freiner la dégradation d'acide urique et de protéines. L'étable est équipé d'un sol en béton avec de la litière au-dessus et les animaux sont gardés à l'intérieur sans être attachés. Des échangeurs de chauffage sont installés dans le sol sur une couche d'isolation pour le chauffage ou le refroidissement du sol et de la couche de fumier et de litière. 4.6.1.2. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° L'étable est équipée d'un sol entièrement recouvert de litière.2° Sol : a) le sol est muni d'une couche d'isolation, avec des échancrures pour les échangeurs de chaleur;b) au minimum 56 % de la surface habitable entière est pourvue d'échangeurs de chaleur;c) un sol en béton est placé au-dessus de l'ensemble.3° Chauffage et refroidissement : a) les échangeurs de chaleur dans le sol sont chauffés et refroidis à l'aide d'eau (contenu des échangeurs de chaleur : 6 litres par m2 de surface au sol);b) pour une bonne répartition de la température, la construction selon le principe Tichelmann et la pose de régulateurs de pression sont indispensables.4° Appareillage d'enregistrement : a) la température du sol doit être mesurée à 50 mm en-dessous de la surface au sol;b) la température du sol doit être enregistrée dans l'appareillage de réglage et doit être conservée pendant au moins 50 jours. 4.6.1.3. Pour l'utilisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° L'occupation animale s'élève au maximum à 33, 39 ou 42 kg de poids vivant par m2, en fonction de la situation de l'entreprise.2° Dans la première période de la ronde, (jour 1 à 21) le sol est chauffé, après une pause le sol est refroidi.Le schéma des valeurs à régler pour la température du sol est le suivant : a) 1er à 6e jour : 32 °C;b) 7e à 20e jour : 30 °C;c) 21e à 27e jour : 28 °C;d) à partir du 28e jour : 26 °C. 4.6.1.4. Le facteur d'émission d'ammoniaque s'élève à 0,045 kg NH3 par étable par an. 4.6.2. Système P-6.2. Logement sur le sol avec ventilation par mélange d'air 4.6.2.1. Les émissions d'ammoniaque sont limitées en séchant la couche de fumier et de litière à l'aide d'un système de ventilation par mélange d'air. Les ventilateurs par mélange d'air veillent à ce que l'air chaud soit transporté du haut des étables vers le bas par des conduits et soit soufflé en direction horizontale sur la litière.

L'effet est un séchage, qui permet un séchage plus rapide de la couche de fumier et de litière. 4.6.2.2. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° L'étable est équipée d'un sol entièrement recouvert de litière.2° L'étable est équipée de soupapes d'admission latérales ou de valves.3° L'étable est équipée d'une alimentation en eau potable anti-gaspillage.4° Le système de mélange d'air : a) un conduit couvre 150 m2 de surface au sol au maximum;b) les conduits sont équipés d'un ventilateur réglable;c) la capacité du ventilateur doit être choisie de manière à ce qu'un débit réel d'au minimum 0,6 m3 par animal par heure soit réalisée à l'ouverture de sortie du conduit;d) les conduits sont répartis proportionnellement sur l'étable et sont suspendus verticalement dans au moins deux rangées dans le sens de la longueur de l'étable, les conduits dans le sens transversal de l'étable n'étant pas posés sur une ligne;e) les conduits sont réalisés et installés de manière à ce que l'air plus chaud provenant du dessous du toit ou du faîte du toit de l'étable soit dirigé vers le bas;f) en bas du conduit se trouve une ouverture de sortie pourvue d'une plaque de répartition qui est réalisée de manière à ce que l'air soit soufflé de façon horizontale sur la surface de la litière.5° L'appareillage d'enregistrement suivant doit être présent : a) appareillage pour l'enregistrement du branchement des ventilateurs par mélange d'air (minuterie, compteur kWh, compte-tour ou compteur du ventilateur de mesurage);b) appareillage pour l'enregistrement des valeurs de réglage des ventilateurs par mélange d'air;c) des valeurs doivent être enregistrées continuellement pendant la ronde et doivent être conservées pendant au moins 50 jours après la ronde. 4.6.2.3. Pour l'utilisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° L'occupation animale s'élève au maximum à 33, 39 ou 42 kg de poids vivant par m2, en fonction de la situation de l'entreprise.2° La distance entre le sol et le dessous du conduit s'élève à 120 cm au maximum.3° Le schéma suivant est utilisé pour le réglage de la capacité des ventilateurs par mélange d'air : a) 0 à 1er jour : aucune ventilation par mélange d'air;b) la capacité augmente progressivement à partir du 2ème jour, augmentant de 10 % du maximum à 100 % le 40ème jour;c) si nécessaire il peut être dérogé de ces valeurs pendant des périodes de courte durée, par ex.en cas de maladie. La raison de la dérogation doit être enregistrée dans un livre de bord. 4° Dans le but d'un contrôle sur le fonctionnement du système, les données suivantes doivent être enregistrées automatiquement : a) le branchement des ventilateurs par mélange d'air;b) le débit de ventilation réalisé. 4.6.2.4. Le facteur d'émission d'ammoniaque s'élève à 0,037 kg NH3 par étable par an. 4.6.3. Système P-6.3. Logement sur le sol à l'aide d'un système de chauffage avec des heaters à chaleur et des ventilateurs 4.6.3.1. Les émissions d'ammoniaques sont limitées en séchant et en chauffant la couche de fumier et de litière à l'aide d'appareils de chauffage spéciaux et de ventilateurs. Ces appareils veillent à ce que l'air chaud soit transporté du haut des étables vers le bas. Ensuite, l'air est chauffé par un échangeur de chaleur pourvu d'un ventilateur (heater) et est soufflé horizontalement sur la couche de fumier et de litière. En mélangeant l'air de l'étable, une température égale est atteinte dans l'étable entière. La couche de fumier et de litière est séchée et la CO2 lourde est chassée. 4.6.3.2. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° L'étable est réalisée comme un sol entièrement recouvert de litière.2° L'étable est équipée de soupapes d'admission latérales ou de valves.3° Le sol est un sol en béton sur sable ayant une épaisseur de 12 cm.4° L'étable est équipée d'une alimentation en eau potable anti-gaspillage.5° Système de chauffage et de circulation d'air : a) un heater à chaleur couvre 450 m2 de surface au sol au maximum;b) les heaters à chaleur consistent en un convecteur avec ventilateur et ils sont faciles à entretenir et conformes aux normes anti-incendie;c) les heaters à chaleur sont raccordés à une source de chaleur qui se trouve en dehors de l'espace des animaux, ou sont réalisés comme des heaters à chaleur chauffés indirectement dont l'air de combustion amené et évacué est raccordé directement à l'air extérieur (par une cheminée à paroi double);d) la partie supérieure des heaters à chaleur est pourvue d'un puits. La partie supérieure de ce puits se trouve au maximum à 2 mètres du point le plus élevé du plafond de l'étable; e) les heaters à chaleur sont suspendus sous le faîte répartis sur la longueur de l'étable et la distance entre deux heaters est au moins 25 mètres;f) au côté inférieur, les heaters à chaleur sont pourvus d'une boîte de distribution, pourvue de lamelles mobiles, ou d'une boîte de distribution carrée pourvue de lamelles mobiles tant verticales qu'horizontales ou ils sont pourvus d'une plaque de distribution ronde conique.La position de ces lamelles ou la construction de la plaque de distribution conique ronde est calculée de telle manière que l'air est soufflé de façon horizontale sur la surface de la litière; g) la capacité minimale installée des heaters à chaleur est de 100 Watt par m2 à une température ambiante de 35 °C;h) la capacité du ventilateur s'élève à 16 m3 au minimum par m2 de surface d'étable par heure.6° L'appareillage d'enregistrement suivant doit être présent : a) appareillage pour l'enregistrement du branchement des 'heaters' de chaleur (minuterie);b) appareillage pour l'enregistrement de la courbe de température réalisée;c) appareillage pour l'enregistrement du débit de ventilation réalisé;d) des valeurs doivent être enregistrées continuellement pendant la ronde et doivent être conservées pendant au moins 50 jours après la ronde. 4.6.3.3. Pour l'utilisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° L'occupation animale s'élève au maximum à 33, 39 ou 42 kg de poids vivant par m2, en fonction de la situation de l'entreprise.2° La distance entre le sol et le dessous du heater à chaleur s'élève à 150 cm au maximum.3° Le chauffage est allumé lorsqu'il y a un besoin de chaleur supplémentaire dans l'étable, la courbe de température est suivie à cet effet.Le chauffage est allumé quand la température de l'espace se situe à 0,5 °C au-dessous la valeur cible. 4° Réglage du ventilateur dans le heater : a) lorsque le chauffage est allumé, le ventilateur dans le heater tourne au niveau minimal et il tournera à 100 % lorsque l'eau de retour est suffisamment chaude, à savoir à une température d'eau de 60 °C;b) lorsque le chauffage n'est pals allumé, le ventilateur passe à un réglage contrôlé par la fréquence qui s'élève à une capacité de 20 % de la capacité maximale.5° En vue d'un contrôle sur le fonctionnement du système, les données suivantes doivent être enregistrées automatiquement : a) le branchement du 'heater';b) le branchement des ventilateurs du 'heater' lorsqu'il n'y a pas de fourniture de chaleur;c) la courbe de température;d) le débit de ventilation ou le réglage des ventilateurs. 4.6.3.4 Le facteur d'émission d'ammoniaque s'élève à 0,035 kg NH3 par étable par an. 4.6.4. Système P-6.4. Echangeur de chaleur avec système de mélange d'air pour le séchage de la couche de litière 4.6.4.1. Les émissions d'ammoniaques sont limitées en séchant et en chauffant la couche de fumier et de litière à l'aide d'un échangeur de chaleur et de ventilateurs de circulation qui sont branchés continuellement. L'échangeur de chaleur garantit l'échauffement de l'air frais par l'air de ventilation provenant de l'étable. En cas de ventilation par le faîte ou de ventilation combinée, l'air frais de ventilation réchauffé est soufflé dans deux directions dans les combles de l'étable. Ensuite, cet air est mélangé avec l'air chaud dans les combles de l'étable par des ventilateurs de circulation et est propulsé vers les deux extrémités de l'étable. En cas de ventilation longitudinale, l'air de ventilation frais réchauffé est mélangé par les ventilateurs de circulation avec l'air chaud de l'étable dans les combles et est propulsé vers l'extrémité de l'étable se trouvant en face des ventilateurs. L'air est redirigé vers la couche de litière par le(s) paroi(s) du pignon. En mélangeant l'air de l'étable, une température égale est atteinte dans l'étable entière. La couche de fumier et de litière est séchée et la CO2 lourde est chassée. 4.6.4.2. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° L'étable est réalisée comme un sol entièrement recouvert de litière.2° L'étable est équipée de soupapes d'admission latérales ou de valves.3° Le sol est un sol en béton sur sable avec une épaisseur totale d'au minimum 25 cm.4° L'étable est équipée d'une alimentation en eau potable anti-gaspillage.5° Systèmes de chauffage et de circulation d'air : a) un échangeur de chaleur facile à entretenir réchauffe l'air de ventilation frais;b) en cas de ventilation par le faîte ou de ventilation combinée, les ventilateurs de circulation mélangent l'air réchauffé avec l'air chaud dans le faîte de l'étable et le propulsent vers les deux extrémités de l'étable, où il est dirigé vers le bas par les façades finales, ensuite l'air bien reparti est soufflé vers la surface de la litière. En cas de ventilation longitudinale, l'air réchauffé doit être mélangé par les ventilateurs de circulation avec l'air chaud dans les combles et doit être propulsé vers l'extrémité de l'étable se trouvant en face des ventilateurs. c) des heaters à chaleur peuvent être disponibles, afin d'atteindre la température requise dans l'étable.6° Echangeur de chaleur : a) l'échangeur de chaleur est placé dehors;b) l'échangeur de chaleur réchauffe l'air de ventilation frais entrant avant qu'il entre dans l'étable;c) le rendement thermique de l'échangeur est de 70 % au minimum en cas de demande de chaleur.Le rendement thermique est calculé comme suit :

Pour la consultation du tableau, voir image d) le débit de ventilation minimal installé de l'échangeur de chaleur est de 0,35 m3 par étable par heure (ou 8 m3 par m2 de surface d'étable) et est réglable à l'aide de régulateurs de fréquence;e) la capacité minimale installée de l'échangeur de chaleur et des heaters est de 100 Watt par m2 à une température ambiante de 35 °C.7° Ventilateurs de circulation : a) les ventilateurs de circulation sont installés dans le faîte de l'étable à une distance mutuelle d'au maximum 20 mètres et au maximum à 1,5 mètres sous le faîte de l'étable;b) les ventilateurs de circulation assurent la circulation d'air continue dans l'étable;c) lorsqu'il y a une besoin de chaleur dans l'étable, celle-ci est fournie par des heaters installés devant les ventilateurs de circulation;d) la capacité minimale installée des ventilateurs des ventilateurs de circulation est de 6000 m3 par heure par ventilateur avec une capacité minimale de 23 m3 par m2 de surface d'étable (ou 260 m2 de surface d'étable au maximum par ventilateur de circulation).8° L'appareillage d'enregistrement suivant doit être présent : a) appareillage pour l'enregistrement du branchement de l'échangeur de chaleur (minuterie);b) appareillage pour l'enregistrement de la courbe de température, de la température d'air évacué, de la température intérieure, de la température d'air aspiré, et de la température extérieure;c) appareillage pour l'enregistrement du débit de ventilation réalisé dans l'échangeur de chaleur et de la courbe de la capacité de ventilation des ventilateurs de circulation;d) des valeurs doivent être enregistrées continuellement pendant la ronde et doivent être conservées pendant au moins 50 jours après la ronde. 4.6.4.3. Pour l'utilisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° L'occupation animale s'élève au maximum à 33, 39 ou 42 kg de poids vivant par m2, en fonction de la situation de l'entreprise.2° Réglage de la courbe de ventilation : a) l'échangeur de chaleur peut subvenir entièrement aux besoins minimales de ventilation d'un étable pendant les premiers 12 jours d'une ronde;b) dans cette période, les ouvertures de ventilation régulières sont fermées et l'air de ventilation est amené et évacué par l'échangeur;c) le chauffage est allumé lorsqu'il y a un besoin de chaleur supplémentaire dans l'étable, à cet effet, la courbe de température est suivie.3° Réglage du ventilateur dans l'échangeur de chaleur lorsque le chauffage est allumé : a) la quantité de l'air évacué est mesurée à l'aide d'un instrument de mesure en forme d'éventail;b) Le chauffage est allumé quand la température de l'espace se situe à 0,5 °C en dessous de la courbe de température;c) au début de la ronde, le ventilateur dans l'échangeur de chaleur tourne au niveau minimal et il tournera à 100 % lorsque les animaux ont besoin de plus de ventilation;d) l'échangeur de chaleur peut être débranché lorsque la différence de température entre la température cible de l'étable et la température extérieure est inférieure à 12 °C.4° Lorsqu'il n'y a pas de besoin de chaleur supplémentaire, et donc à défaut de chaleur supplémentaire fournie par l'échangeur de chaleur, la capacité du ventilateur dans l'échangeur de chaleur peut être réglée jusqu'à un niveau d'au maximum 50 % de la capacité du ventilateur dans l'échangeur de chaleur.5° Réglage du ventilateur de circulation : a) au début de la ronde, les ventilateurs de circulation tournent au minimum à 20 % de la capacité;b) la capacité des ventilateurs de circulation est augmentée vers une capacité de 100 % dès que la capacité minimale de l'échangeur de chaleur est atteinte;c) la capacité peut être réglée sur la base de la capacité des ventilateurs pour l'aération totale.6° Dans le but d'un contrôle sur le fonctionnement du système, les données suivantes doivent être enregistrées automatiquement : a) le branchement de l'échangeur de chaleur;b) le branchement des ventilateurs de circulation et le déroulement sur une ronde;c) la courbe de température; 4.6.4.4. Le facteur d'émission d'ammoniaque s'élève à 0,045 kg NH3 par étable par an. 4.6.5. Système P-6.5. Système d'étage avec bande de fumier et séchage de la litière 4.6.5.1. Les émissions d'ammoniaque sont limitées en séchant la couche de fumier et de litière à l'aide d'un système de ventilation efficace.

L'échauffement dans la couche de fumier et de litière est également évité. Les poules de chair sont gardées dans des rangées avec plusieurs étages. Chaque étage est pourvu d'une bande de fumier avec une couche de litière là- dessus. De chaque côté des étages, il y a un tuyau pour l'adduction et l'évacuation d'air. L'air frais circule au travers des rangées, l'air étant dirigé vers la surface de fumier et de la litière dans chaque étage. 4.6.5.2. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° La forme de logement est un système d'étages.2° L'étable est équipée d'une alimentation en eau potable anti-gaspillage.3° Du côté de l'adduction d'air, les étages sont réalisés en forme fermée, à l'exception de l'ouverture d'admission d'air (valve bidirectionnelle).Du côté de l'adduction d'air, les étages sont pourvus d'une structure (ouverte) à mailles fines. 4° La surface habitable est pourvue d'une bande de fumier recouverte d'une couche de litière.Un matériel non coagulant est utilisé pour la fabrication de la bande de fumier. 5° Ventilation : a) la connexion ouverte entre les tuyaux d'évacuation d'air et d'adduction d'air passe par les étages;b) l'air se déplace à travers des étages;c) l'ouverture d'admission d'air des étages assure la conduction d'air vers la litière.6° Entreposage de fumier : a) le fumier est soit évacué directement de l'entreprise, soit stocké pendant 14 jours maximum dans un conteneur recouvert;b) un stockage pendant une période plus longue ne peut être admis que dans le cas de l'application d'un système de séchage ultérieur du fumier. 4.6.5.3. Pour l'utilisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° L'occupation animale s'élève au maximum à 33, 39 ou 42 kg de poids vivant par m2, en fonction de la situation de l'entreprise.2° Fréquence de passage des bandes pour le fumier : a) le passage des bandes pour le fumier a lieu lors du chargement des animaux;b) lors du passage du fumier, le fumier et les animaux sont évacués séparément;c) lors du déchargement des animaux, il n'y a qu'une partie du tapis pour le fumier qui passe.Ensuite, la partie propre du tapis pour le fumier est recouverte d'une nouvelle couche de litière; d) lors du chargement des animaux, tout le fumier est évacué de l'étable;e) le fumier est évacué vers une surface recouverte d'entreposage à court terme (conteneur) ou vers un système du séchage ultérieur du fumier.3° La consommation de litière s'élève à 0,4 à 0,6 kg par m2 au début de la ronde de production. 4.6.5.4. Le facteur d'émission d'ammoniaque s'élève à 0,020 kg NH3 par étable par an. 4.6.6. Système P-6.6. Couvée des oeufs et élevage jusqu'à 13 jours à l'étable à étages et logement ultérieur pauvre en émissions 4.6.6.1. La description de l'étable est basée sur une phase de couvée et d'élevage dans une étable à étages et une phase de logement ultérieur dans un système d'étables pauvre en émissions pour des coquelets dans la même entreprise : 1° Les oeufs sont transférés vers la partie élevage de l'étable environ 3 jours avant l'éclosion.Les poussins qui viennent de sortir, arrivent à une bande de fumier recouverte de litière. Il y a également des équipements de fourrage et d'eau potable. Les poussins restent dans ce système jusqu'à l'âge de 13 jours au maximum. Ensuite, ils sont déplacés vers un système de logement ultérieur pauvre en émissions, tel que visé aux Systèmes P-6.1, P-6.2., P-6.3., P-6.4. et P-6.5. 2° Tandis que les animaux plus âgés sont engraissés dans la partie de logement ultérieur, de nouveaux animaux peuvent être stockés dans la partie éclosion-élevage.3° Le nombre d'unités de logement ultérieur est la moitié du nombre d'unités d'éclosion et d'élevage au sein de l'entreprise (le nombre d'animaux a un rapport 1:2).4° Le nombre total d'emplacements pour les animaux à l'entreprise est la somme du nombre d'emplacements pour les animaux dans les deux systèmes. 4.6.6.2. Pour la réalisation de la partie éclosion-élevage de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° La forme de logement est un système d'étages.2° L'étable est équipée d'une alimentation en eau potable anti-gaspillage.3° Etages : a) du côté de l'adduction d'air, les étages sont réalisés en forme fermée, à l'exception de l'ouverture d'admission d'air (valve bidirectionnelle);b) du côté de l'évacuation d'air les étages sont pourvus d'une structure (ouverte) à mailles fines;c) les côtés de l'adduction et de l'évacuation peuvent être également être renversés, le côté de l'adduction d'air étant pourvu d'une structure (ouverte) à mailles fines et le côté de l'évacuation d'air étant réalisé sous forme fermé, pourvu d'une valve bidirectionnelle.4° Bande pour le fumier : a) les oeufs sont délivrés dans des tiroirs à oeufs;b) après l'éclosion, une bande de fumier recouverte d'une couche de litière constitue la surface habitable;c) un matériel non coagulant est utilisé pour la fabrication de la bande de fumier.5° Ventilation : a) la connexion ouverte entre les tuyaux d'évacuation d'air et d'adduction d'air ne passe que par les étages;b) l'air se déplace à travers des étages;c) l'ouverture d'admission d'air des étages assure la conduction d'air vers la litière.6° Stockage du fumier : a) le fumier est soit évacué directement des bandes de l'entreprise, soit stocké pendant 14 jours maximum dans un conteneur recouvert;b) un stockage pendant une période plus longue ne peut être admis que dans le cas de l'application d'un système de séchage ultérieur du fumier. 4.6.6.3. Pour l'utilisation de la partie éclosion-élevage de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° L'occupation animale est de 71 animaux par m2 au maximum.2° Fréquence de passage des tapis pour le fumier : a) le passage des tapis pour le fumier se fait lors du transfert des animaux vers le logement ultérieur;b) le fumier est évacué vers une surface recouverte d'entreposage à court terme (conteneur) ou vers un système du séchage ultérieur du fumier. 4.6.6.4. Pour la réalisation et l'utilisation de la partie éclosion-élevage de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Les systèmes suivants peuvent être utilisés comme systèmes de logement ultérieur : a) Système P-6.1 Logement sur le sol avec chauffage et refroidissement du sol; b) Système P-6.2 Logement sur le sol avec ventilation par mélange d'air; c) Système P-6.3 Logement sur le sol avec système de chauffage par des 'heaters' de chaleur et des ventilateurs; d) Système P-6.4 Echangeur de chaleur avec système de mélange d'air pour le séchage de la couche de litière; e) Système P-6.5. Système d'étages avec bande de fumier et séchage de la litière. 2° Il n'y a pas de différences dans les exigences pour la réalisation telles que reprises aux descriptions des systèmes, sauf pour les Systèmes P-6.3 et P-6.4. Dans ces systèmes, la capacité minimale à installer de 100 Watt par m2 requise à une température de l'espace de 35 °C peut être adaptée à la température de l'espace plus basse requise par des animaux à un âge de 13 jours. 3° Il n'y a pas de différences dans les exigences pour le fonctionnement telles que reprises aux descriptions des systèmes, sauf les exceptions suivantes : a) pour le Système P-6.1. le schéma repris à la description du système pour le réglage de la température du sol doit être appliqué dès le début, c.-à-d. à partir de 13 jours, vu que dans la description les âges visés sont ceux des animaux à partir de l'éclosion; b) pour le Système P-6.2. la capacité des ventilateurs doit être augmentée en 5 jours au maximum de 10 % vers la capacité requise pour des animaux d'un âge de 13 jours, telle que visée à la description du système. 4° L'occupation animale s'élève au maximum à 33, 39 ou 42 kg de poids vivant par m2, en fonction de la situation de l'entreprise. 4.6.6.5. Le facteur d'émission d'ammoniaque s'élève à : 1° 0,040 kg NH3 par étable par an dans le cas d'un logement ultérieur dans le Système P-6.1. 2° 0,033 kg NH3 par étable par an dans le cas d'un logement ultérieur dans le Système P-6.2. 3° 0,031 kg NH3 par étable par an dans le cas d'un logement ultérieur dans le Système P-6.3. 4° 0,040 kg NH3 par étable par an dans le cas d'un logement ultérieur dans le Système P-6.4. 5° 0,018 kg NH3 par étable par an dans le cas d'un logement ultérieur dans le Système P-6.5. 4.6.7. Système P-6.7. Couvée des oeufs et élevage jusqu'à 19 jours à l'étable à étages et logement ultérieur pauvre en émissions 4.6.7.1. La description de l'étable est basée sur une phase de couvée et d'élevage dans une étable à étages et une phase de logement ultérieur dans un système d'étables pauvre en émissions pour des coquelets dans la même entreprise : 1° Les oeufs sont transférés vers la partie élevage de l'étable environ 3 jours avant l'éclosion.Les poussins qui viennent de sortir, arrivent à une bande de fumier recouverte de litière. Il y a également des équipements de fourrage et d'eau potable. Les poussins restent dans ce système jusqu'à l'âge de 19 jours au maximum. Ensuite, ils sont déplacés vers un système de logement ultérieur pauvre en émissions, tel que visé aux Systèmes P-6.1, P-6.2., P-6.3., P-6.4. et P-6.5. 2° Tandis que les animaux plus âgés sont engraissés dans la partie de logement ultérieur, de nouveaux animaux peuvent être stockés dans la partie éclosion-élevage.3° Le nombre d'unités de logement ultérieur est la moitié du nombre d'unités d'éclosion et d'élevage au sein de l'entreprise (le nombre d'animaux a un rapport 1:2).4° Le nombre total d'emplacements pour les animaux à l'entreprise est la somme du nombre d'emplacements pour les animaux dans les deux systèmes. 4.6.7.2. Pour la réalisation de la partie éclosion-élevage de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° La forme de logement est un système d'étages.2° L'étable est équipée d'une alimentation en eau potable anti-gaspillage.3° Etages : a) du côté de l'adduction d'air, les étages sont réalisés en forme fermée, à l'exception de l'ouverture d'admission d'air (valve bidirectionnelle);b) du côté de l'évacuation d'air les étages sont pourvus d'une structure (ouverte) à mailles fines;c) les côtés de l'adduction et de l'évacuation peuvent être également être renversés, le côté de l'adduction d'air étant pourvu d'une structure (ouverte) à mailles fines et le côté de l'évacuation d'air étant réalisé sous forme fermé, pourvu d'une valve bidirectionnelle.4° Bande pour le fumier : a) les oeufs sont délivrés dans des tiroirs à oeufs;b) après l'éclosion, une bande de fumier recouverte d'une couche de litière constitue la surface habitable;c) un matériel non coagulant est utilisé pour la fabrication de la bande de fumier.5° Ventilation : a) la connexion ouverte entre les tuyaux d'évacuation d'air et d'adduction d'air ne passe que par les étages;b) l'air se déplace à travers des étages;c) l'ouverture d'admission d'air des étages assure la conduction d'air vers la litière.6° Stockage du fumier : a) le fumier est soit évacué directement des bandes de l'entreprise, soit stocké pendant 14 jours au maximum dans un conteneur recouvert;b) un stockage pendant une période plus longue ne peut être admis que dans le cas de l'application d'un système de séchage ultérieur du fumier. 4.6.7.3. Pour l'utilisation de la partie éclosion-élevage de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° L'occupation animale est de 71 animaux par m2 au maximum.2° Fréquence de passage des tapis pour le fumier : a) le passage des tapis pour le fumier se fait lors du transfert des animaux vers le logement ultérieur;b) le fumier est évacué vers une surface recouverte d'entreposage à court terme (conteneur) ou vers un système du séchage ultérieur du fumier. 4.6.7.4. Pour la réalisation et l'utilisation de la partie éclosion-élevage de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Les systèmes suivants peuvent être utilisés comme systèmes de logement ultérieur : a) Système P-6.1 Logement sur le sol avec chauffage et refroidissement du sol; b) Système P-6.2 Logement sur le sol avec ventilation par mélange d'air; c) Système P-6.3 Logement sur le sol avec système de chauffage au moyen de heaters à chaleur et de ventilateurs; d) Système P-6.4 Echangeur de chaleur avec système de mélange d'air pour le séchage de la couche de litière; e) Système P-6.5. Système d'étages avec bande de fumier et séchage de la litière. 2° Il n'y a pas de différences dans les exigences pour la réalisation telles que reprises aux descriptions des systèmes, sauf pour les Systèmes P-6.3 et P-6.4. Dans ces systèmes, la capacité minimale à installer de 100 Watt par m2 requise à une température de l'espace de 35 °C peut être adaptée à la température de l'espace plus basse requise par des animaux à un âge de 19 jours. 3° Il n'y a pas de différences dans les exigences pour le fonctionnement telles que reprises aux descriptions des systèmes, sauf les exceptions suivantes : a) pour le Système P-6.1. le schéma repris à la description du système pour le réglage de la température du sol doit être appliqué dès le début, c.-à-d. à partir de 19 jours, vu que dans la description les âges visés sont ceux des animaux à partir de l'éclosion; b) pour le Système P-6.2. la capacité des ventilateurs doit être augmentée en 5 jours au maximum de 10 % vers la capacité requise pour des animaux d'un âge de 19 jours, telle que visée à la description du système. 4° L'occupation animale s'élève au maximum à 33, 39 ou 42 kg de poids vivant par m2, en fonction de la situation de l'entreprise. 4.6.7.5. Le facteur d'émission d'ammoniaque s'élève à : 1° 0,038 kg NH3 par étable par an dans le cas d'un logement ultérieur dans le Système P-6.1. 2° 0,033 kg NH3 par étable par an dans le cas d'un logement ultérieur dans le Système P-6.2. 3° 0,030 kg NH3 par étable par an dans le cas d'un logement ultérieur dans le Système P-6.3. 4° 0,038 kg NH3 par étable par an dans le cas d'un logement ultérieur dans le Système P-6.4. 5° 0,015 kg NH3 par étable par an dans le cas d'un logement ultérieur dans le Système P-6.5. Section 7. - Systèmes d'étables pauvres en émissions pour des poules

d'élevage d'animaux-parents coquelets 4.7.1. Système P-7.1. Logement sur le sol avec chauffage et refroidissement du sol 4.7.1.1. Les émissions d'ammoniaque sont réduites en chauffant la couche de fumier et de litière, de sorte qu'elle sèche et que la formation d'ammoniaque soit ralentie. Le refroidissement a pour but de freiner la dégradation d'acide urique et de protéines. L'étable est équipé d'un sol en béton avec de la litière au-dessus et les animaux sont gardés à l'intérieur sans être attachés. Des échangeurs de chauffage sont installés dans le sol sur une couche d'isolation pour le chauffage ou le refroidissement du sol et de la couche de fumier et de litière. 4.7.1.2. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° L'étable est équipée d'un sol entièrement recouvert de litière.2° Sol : a) le sol est muni d'une couche d'isolation, avec des échancrures pour les échangeurs de chaleur;b) au minimum 56 % de la surface habitable entière est pourvue d'échangeurs de chaleur;c) un sol en béton est placé au-dessus de l'ensemble.3° Chauffage et refroidissement : a) les échangeurs de chaleur dans le sol sont chauffés et refroidis à l'aide d'eau (contenu des échangeurs de chaleur : 6 litres par m2 de surface au sol);b) pour une bonne répartition de la température, la construction selon le principe Tichelmann et la pose de régulateurs de pression sont indispensables.4° Appareillage d'enregistrement : a) la température du sol doit être mesurée à 50 mm en-dessous de la surface au sol;b) la température du sol doit être enregistrée dans l'appareillage de réglage et doit être conservée pendant au moins 50 jours après la ronde. 4.7.1.3. Pour l'utilisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° La surface habitable s'élève à 900 cm2 au minimum et 1.200 cm2 au maximum par animal lors de stockage (8,3 - 11,1 d'animaux par m2). 2° Dans la première période de la ronde, (jour 1 à 21) le sol est chauffé, après une pause le sol est refroidi.Le schéma des valeurs à régler pour la température du sol est le suivant : a) 1er à 6ème jour : 32 °C;b) 7ème à 20ème jour : 30 °C;c) 21ème à 27ème jour : 28 °C;d) à partir du 28ème jour : 26 °C. 4.7.1.4. Le facteur d'émission d'ammoniaque s'élève à 0,155 kg NH3 par étable par an. 4.7.2. Système P-7.2. Logement sur le sol avec ventilation par mélange d'air 4.7.2.1. Les émissions d'ammoniaque sont limitées en séchant la couche de fumier et de litière à l'aide d'un système de ventilation par mélange d'air. Les ventilateurs par mélange d'air veillent à ce que l'air chaud soit transporté du haut des étables vers le bas par des conduits et soit soufflé en direction horizontale sur la litière.

L'effet est un séchage, qui permet un séchage plus rapide de la couche de fumier et de litière. 4.7.2.2. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° L'étable est équipée d'un sol entièrement recouvert de litière.2° L'étable est équipée de soupapes d'admission latérales ou de valves.3° L'étable est équipée d'une alimentation en eau potable anti-gaspillage.4° Le système de mélange d'air : a) un conduit couvre 150 m2 de surface au sol au maximum;b) les conduits sont équipés d'un ventilateur réglable;c) la capacité du ventilateur doit être choisie de manière à ce qu'un débit réel d'au minimum 0,6 m3 par animal par heure soit réalisée à l'ouverture de sortie du conduit;d) les conduits sont répartis proportionnellement sur l'étable et sont suspendus verticalement dans au moins deux rangées dans le sens de la longueur de l'étable, les conduits dans le sens transversal de l'étable n'étant pas posés sur une ligne;e) les conduits sont réalisés et installés de manière à ce que l'air plus chaud provenant du dessous du toit ou du faîte du toit de l'étable soit dirigé vers le bas;f) en bas du conduit se trouve une ouverture de sortie pourvue d'une plaque de répartition qui est réalisée de manière à ce que l'air soit soufflé de façon horizontale sur la surface de la litière.5° L'appareillage d'enregistrement suivant doit être présent : a) appareillage pour l'enregistrement du branchement des ventilateurs par mélange d'air (minuterie, compteur kWh, compte-tour ou compteur du ventilateur de mesurage);b) appareillage pour l'enregistrement des valeurs de réglage des ventilateurs par mélange d'air;c) des valeurs doivent être enregistrées continuellement pendant la ronde et doivent être conservées pendant au moins 50 jours après la ronde. 4.7.2.3. Pour l'utilisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° La surface habitable s'élève à 900 cm2 au minimum et 1.200 cm2 au maximum par animal lors de stockage (8,3 - 11,1 d'animaux par m2). 2° La distance entre le sol et le dessous du conduit s'élève à 120 cm au maximum.3° Le schéma suivant est utilisé pour le réglage de la capacité des ventilateurs par mélange d'air : a) 0er à 1e jour : aucune ventilation par mélange d'air;b) la capacité augmente progressivement à partir du 2ème jour, augmentant de 10 % du maximum à 100 % le 130e jour;c) si nécessaire il peut être dérogé de ces valeurs pendant des périodes de courte durée, par ex.en cas de maladie. La raison de la dérogation doit être enregistrée dans un livre de bord. 4° En vue d'un contrôle sur le fonctionnement du système, les données suivantes doivent être enregistrées automatiquement : a) le branchement des ventilateurs par mélange d'air;b) le débit de ventilation réalisé. 4.7.2.4. Le facteur d'émission d'ammoniaque s'élève à 0,127 kg NH3 par étable par an. 4.7.3. Système P-7.3. Logement sur le sol à l'aide d'un système de chauffage avec des heaters à chaleur et des ventilateurs 4.7.3.1. Les émissions d'ammoniaque sont limitées en séchant et en chauffant la couche de fumier et de litière à l'aide d'appareils de chauffage spéciaux et de ventilateurs. Ces appareils veillent à ce que l'air chaud soit transporté du haut des étables vers le bas. Ensuite, l'air est chauffé par un échangeur de chaleur pourvu d'un ventilateur (heater) et est soufflé horizontalement sur la couche de fumier et de litière. En mélangeant l'air de l'étable, une température égale est atteinte dans l'étable entière. La couche de fumier et de litière est séchée et la CO2 lourde est chassée. 4.7.3.2. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° L'étable est réalisée comme un sol entièrement recouvert de litière.2° L'étable est équipée de soupapes d'admission latérales ou de valves.3° Le sol est un sol en béton sur sable ayant une épaisseur de 12 cm.4° L'étable est équipée d'une alimentation en eau potable anti-gaspillage.5° Système de chauffage et de circulation d'air : a) un heater à chaleur couvre 450 m2 de surface au sol au maximum;b) les heaters à chaleur consistent en un convecteur avec ventilateur et ils sont faciles à entretenir et conformes aux normes anti-incendie;c) les heaters à chaleur sont raccordés à une source de chaleur qui se trouve en dehors de l'espace des animaux, ou sont réalisés comme des heaters à chaleur chauffés indirectement dont l'air de combustion amené et évacué est raccordé directement à l'air extérieur (par une cheminée à paroi double);d) la partie supérieure des heaters à chaleur est pourvue d'un puits. La partie supérieure de ce puits se trouve au maximum à 2 mètres du point le plus élevé du plafond de l'étable; e) les heaters à chaleur sont suspendus sous le faîte répartis sur la longueur de l'étable et la distance entre deux heaters est au moins 25 mètres;f) au côté inférieur, les heaters à chaleur sont pourvus d'une boîte de distribution hexagonale, pourvue de lamelles mobiles ou d'une boîte de distribution carrée pourvue de lamelles mobiles tant verticales qu'horizontales ou ils sont pourvus d'une plaque de distribution ronde conique.La position de ces lamelles ou la construction de la plaque de distribution conique ronde est calculée de telle manière que l'air est soufflé de façon horizontale sur la surface de la litière; g) la capacité minimale installée des heaters à chaleur est de 100 Watt par m2 à une température ambiante de 35 °C;h) la capacité du ventilateur s'élève à 16 m3 au minimum par m2 de surface d'étable par heure.6° L'appareillage d'enregistrement suivant doit être présent : a) appareillage pour l'enregistrement du branchement des 'heaters' de chaleur (minuterie);b) appareillage pour l'enregistrement de la courbe de température réalisée;c) appareillage pour l'enregistrement du débit de ventilation réalisé;d) des valeurs doivent être enregistrées continuellement pendant la ronde et doivent être conservées pendant au moins 50 jours après la ronde. 4.7.3.3. Pour l'utilisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° La surface habitable s'élève à 900 cm2 au minimum et 1.200 cm2 au maximum par animal lors de stockage (8,3 - 11,1 d'animaux par m2). 2° La distance entre le sol et le côté inférieur du heater à chaleur s'élève à 150 cm au maximum.3° Le chauffage est allumé lorsqu'il y a un besoin de chaleur supplémentaire dans l'étable, la courbe de température est suivie à cet effet.Le chauffage est allumé quand la température de l'espace se situe à 0,5 °C en-dessous de la valeur cible. 4° Réglage du ventilateur dans le heater : a) lorsque le chauffage est allumé, le ventilateur dans le heater tourne au niveau minimal et il tournera à 100 % lorsque l'eau de retour est suffisamment chaude, à savoir à une température d'eau de 60 °C;b) lorsque le chauffage n'est pals allumé, le ventilateur passe à un réglage contrôlé par la fréquence qui s'élève à une capacité de 20 % de la capacité maximale.5° En vue d'un contrôle sur le fonctionnement du système, les données suivantes doivent être enregistrées automatiquement : a) le branchement du heater;b) le branchement des ventilateurs dans le heater lorsqu'il n'y a pas de fourniture de chaleur, c) la courbe de température;d) le débit de ventilation ou le réglage des ventilateurs. 4.7.3.4. Le facteur d'émission d'ammoniaque s'élève à 0,120 kg NH3 par étable par an. 4.7.4. Système P-7.4. Echangeur de chaleur avec système de mélange d'air pour le séchage de la couche de litière 4.7.4.1. Les émissions d'ammoniaques sont limitées en séchant et en chauffant la couche de fumier et de litière à l'aide d'un échangeur de chaleur et de ventilateurs de circulation qui sont branchés continuellement. L'échangeur de chaleur garantit l'échauffement de l'air frais par l'air de ventilation provenant de l'étable. En cas de ventilation par le faîte ou de ventilation combinée, l'air frais de ventilation réchauffé est soufflé dans deux directions dans les combles de l'étable. Ensuite, cet air est mélangé avec l'air chaud dans les combles de l'étable par des ventilateurs de circulation et est propulsé vers les deux extrémités de l'étable. En cas de ventilation longitudinale, l'air de ventilation frais réchauffé est mélangé par les ventilateurs de circulation avec l'air chaud de l'étable dans les combles et est propulsé vers l'extrémité de l'étable se trouvant en face des ventilateurs. L'air est redirigé vers la couche de litière par le(s) paroi(s) du pignon. En mélangeant l'air de l'étable, une température égale est atteinte dans l'étable entière. La couche de fumier et de litière est séchée et la CO2 lourde est chassée. 4.7.4.2. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° L'étable est réalisée comme un sol entièrement recouvert de litière.2° L'étable est équipée de soupapes d'admission latérales ou de valves.3° Le sol est un sol en béton sur sable avec une épaisseur totale d'au minimum 25 cm.4° L'étable est équipée d'une alimentation en eau potable anti-gaspillage.5° Systèmes de chauffage et de circulation d'air : a) un échangeur de chaleur facile à entretenir réchauffe l'air de ventilation frais;b) en cas de ventilation par le faîte ou de ventilation combinée, les ventilateurs de circulation mélangent l'air réchauffé avec l'air chaud dans le faîte de l'étable et le propulsent vers les deux extrémités de l'étable, où il est dirigé vers le bas par les façades finales, ensuite l'air bien reparti est soufflé vers la surface de la litière. En cas de ventilation longitudinale, l'air réchauffé doit être mélangé par les ventilateurs de circulation avec l'air chaud dans les combles et doit être propulsé vers l'extrémité de l'étable se trouvant en face des ventilateurs. c) des heaters à chaleur peuvent être disponibles, afin d'atteindre la température requise dans l'étable.6° Echangeur de chaleur : a) l'échangeur de chaleur est placé dehors;b) l'échangeur de chaleur réchauffe l'air de ventilation frais entrant avant qu'il entre dans l'étable;c) le rendement thermique de l'échangeur est de 70 % au minimum en cas de demande de chaleur.Le rendement thermique est calculé comme suit :

Pour la consultation du tableau, voir image d ) le débit de ventilation minimal installé de l'échangeur de chaleur est de 0,35 m3 par étable par heure (ou 8 m3 par m2 de surface d'étable) et est réglable à l'aide de régulateurs de fréquence; e) la capacité minimale installée de l'échangeur de chaleur et des heaters est de 100 Watt par m2 à une température ambiante de 35 °C.7° Ventilateurs de circulation : a) les ventilateurs de circulation sont installés dans le faîte de l'étable à une distance mutuelle d'au maximum 20 mètres et au maximum à 1,5 mètres sous le faîte de l'étable;b) les ventilateurs de circulation assurent la circulation d'air continue dans l'étable;c) lorsqu'il y a une besoin de chaleur dans l'étable, celle-ci est fournie par des 'heaters' installés devant les ventilateurs de circulation;d) la capacité minimale installée des ventilateurs des ventilateurs de circulation est de 6000 m3 par heure par ventilateur avec une capacité minimale de 23 m3 par m2 de surface d'étable (ou 260 m2 de surface d'étable au maximum par ventilateur de circulation).8° L'appareillage d'enregistrement suivant doit être présent : a) appareillage pour l'enregistrement du branchement de l'échangeur de chaleur (minuterie);b) appareillage pour l'enregistrement de la courbe de température, de la température d'air évacué, de la température intérieure, de la température d'air aspiré, et de la température extérieure;c) appareillage pour l'enregistrement du débit de ventilation réalisé dans l'échangeur de chaleur et de la courbe de la capacité de ventilation des ventilateurs de circulation;d) des valeurs doivent être enregistrées continuellement pendant la ronde et doivent être conservées pendant au moins 50 jours après la ronde. 4.7.4.3. Pour l'utilisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° La surface habitable s'élève à 900 cm2 au minimum et 1.200 cm2 au maximum par animal lors de stockage (8,3 - 11,1 d'animaux par m2). 2° Réglage de la courbe de ventilation : a) l'échangeur de chaleur peut subvenir entièrement aux besoins minimales de ventilation d'une étable pendant les premiers 12 jours d'une ronde;b) dans cette période, les ouvertures de ventilation régulières sont fermées et l'air de ventilation est amené et évacué par l'échangeur;c) le chauffage est allumé lorsqu'il y a un besoin de chaleur supplémentaire dans l'étable, à cet effet, la courbe de température est suivie.3° Réglage du ventilateur dans l'échangeur de chaleur lorsque le chauffage est allumé : a) la quantité de l'air évacué est mesurée à l'aide d'un instrument de mesure en forme d'éventail;b) Le chauffage est allumé quand la température de l'espace se situe à 0,5 °C en dessous de la courbe de température;c) au début de la ronde, le ventilateur dans l'échangeur de chaleur tourne au niveau minimal et il tournera à 100 % lorsque les animaux ont besoin de plus de ventilation;d) l'échangeur de chaleur peut être débranché lorsque la différence de température entre la température cible de l'étable et la température extérieure est inférieure à 12 °C.4° Lorsqu'il n'y a pas de besoin de chaleur supplémentaire, et donc à défaut de chaleur supplémentaire fournie par l'échangeur de chaleur, la capacité du ventilateur dans l'échangeur de chaleur peut être réglée jusqu'à un niveau d'au maximum 50 % de la capacité du ventilateur dans l'échangeur de chaleur.5° Réglage du ventilateur de circulation : a) au début de la ronde, les ventilateurs de circulation tournent au minimum à 20 % de la capacité;b) la capacité des ventilateurs de circulation est augmentée vers une capacité de 100 % dès que la capacité minimale de l'échangeur de chaleur est atteinte;c) la capacité peut être réglée sur la base de la capacité des ventilateurs pour l'aération totale.6° En vue d'un contrôle sur le fonctionnement du système, les données suivantes doivent être enregistrées automatiquement : a) le branchement de l'échangeur de chaleur;b) le branchement des ventilateurs de circulation et le déroulement sur une ronde;c) la courbe de température; 4.7.4.4. Le facteur d'émission d'ammoniaque s'élève à 0,155 kg NH3 par étable par an. CHAPITRE 5. - Liste S des techniques systèmes pour la purification de l'odeur d'étable sortante 5.1. Système S-1. Système de nettoyage biologique de l'air dans le cas d'une réduction de 70 % ou plus des émissions 5.1.1. Les émissions d'ammoniaque sont limitées en traitant l'odeur d'étable dans un système de nettoyage biologique de l'air. Le système de nettoyage de l'air est composé d'un filtre (colonne avec du matériau de remplissage) ou d'un paquet de filtre qui est tenu continuellement humide à l'aide d'un liquide de nettoyage et par lequel l'odeur d'étable sortant est conduite à contre-courant, à courant continu ou à courant transversal. Lors du passage de l'air de ventilation d'étable dans le système de nettoyage de l'air, l'ammoniaque est recueillie dans le liquide de nettoyage, et après l'air de ventilation nettoyé quitte le système. Grâce aux bactéries qui se trouvent sur le matériau de remplissage et dans le liquide de nettoyage, l'ammoniaque est ensuite transformée en nitrite et/ou nitrate, et ensuite ces substances sont évacuées avec les eaux d'évacuation. 5.1.2. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Dimensionnement du système de nettoyage de l'air : a) le système de nettoyage de l'air peut traiter l'air de ventilation d'étable sortant d'une ou de plusieurs sections.Le plan de dimensionnement faisant partie de la demande d'autorisation doit indiquer clairement la (les) section(s) dont l'air de ventilation d'étable sortant sera traité dans le système de nettoyage de l'air; b) la capacité du système de nettoyage de l'air doit au minimum être égale au besoin total maximal de ventilation de la/des section(s) dont l'air est traité.Le plan de dimensionnement faisant partie de la demande d'autorisation doit également reprendre la relation avec le nombre d'animaux par catégorie, le besoin maximal de ventilation, exprimé en m3 par heure, ainsi que la capacité totale du système de nettoyage de l'air en m3 d'odeur d'étable traitée par heure; c) le système de nettoyage de l'air doit être dimensionné de telle manière qu'une réduction des émissions d'ammoniaque d'au moins 70 % soit réalisée.2° Air de ventilation : a) tout l'air de ventilation de chaque section dont l'air est traité par le système de nettoyage de l'air doit être évacué de l'étable par le biais du système de nettoyage.Des pontages qui correspondent directement à l'air extérieur ne peuvent être apportés, ni dans le canal central d'évacuation d'air, ni dans la chambre de pression; b) dans le cas de l'utilisation d'un canal d'évacuation d'air central, la surface d'écoulement de ce canal doit s'élever à au moins 1 cm2 par m3 de capacité de ventilation maximale, exprimée en m3 par heure;c) dans le cas d'un placement en courant transversal, les ventilateurs qui soufflent l'air de ventilation d'étable à travers du (paquet de) doivent être répartis de manière égale par rapport à la surface d'adduction du (paquet de) filtre;d) une chambre de pression est placée devant le (paquet de) filtre qui assure que l'air d'étable est répartie de façon optimale sur la surface d'adduction entière du (paquet de) filtre.La distance minimale entre les ventilateurs ou les ouvertures d'évacuation de l'air de ventilation d'étable et le (paquet de) filtre s'élève à 3 mètres. 3° (Paquet de)filtre : a) lorsque le filtre est composé d'un matériau d'étanchéification, la surface d'adduction entière du (paquet de) filtre doit être recouvert du matériau d'étanchéification, le support du filtre doit être entièrement rempli du matériau d'étanchéification;b) sous le (paquet du) filtre se trouve un récipient ou un réservoir de recirculation pour le liquide de nettoyage, qui est réalisée de manière à ce que l'eau de nettoyage sortant du (paquet du) filtre soit recueillie;4° eaux évacuées : l'évacuation des eaux de nettoyage doit être réglée par un système automatique.Par dérogation, un réglage manuel des eaux évacuées est autorisé, à condition que ce réglage soit basé sur une détermination quantitative d'un paramètre déterminant. 5° Enregistrement : a) enregistrement continuel du nombre d'heures de fonctionnement de la pompe de circulation de l'eau de nettoyage qui humidifie le (paquet du) filtre par le moyen d'une minuterie;b) enregistrement continuel du débit des eaux évacués par le biais d'un pulsomètre hydraulique étalonné;c) les valeurs enregistrées ne doivent pas être stockées de manière librement accessible.6° Dans le conduit de la pompe de circulation de l'eau de nettoyage vers les pulvérisateurs qui humidifient le (paquet du filtre) se trouve un point de vidange pour la prise d'échantillons de l'eau de nettoyage.7° Chaque système de nettoyage de l'air est muni d'un numéro d'identification unique. 5.1.3. Pour la documentation technique de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Pour chaque système de nettoyage de l'air, le fournisseur délivre une fiche technique contenant les spécifications suivantes : a) fonctionnement de la pompe de l'eau de nettoyage : continu ou non. Dans le cas d'un fonctionnement non continu de la pompe de l'eau de nettoyage, la fréquence et la durée de fonctionnement doivent être reprises; b) débit de l'eau de nettoyage en litres par heure et rapport aux heures de fonctionnement de la pompe de l'eau de nettoyage;c) distribution requise de l'eau de nettoyage et image de la pulvérisation sur le (paquet du) filtre;d) valeurs limites spécifiques relatives à la composition de l'eau de nettoyage et au moins pour les paramètres pH, nitrate, nitrite et ammoniaque;e) fréquence avec laquelle ou conditions sous lesquelles l'eau de nettoyage doit être alimentée;f) réglage de la ventilation et de la résistance de l'air du système de nettoyage de l'air (perte de pression en Pa sur le (paquet du) filtre);g) le réglage de l'évacuation d'eau, le débit des eaux évacuées en litres par heures ou litres par tour d'évacuation, la fréquence de l'évacuation, mentionnant si celle-ci a lieu à des moments fixes ou à certaines valeurs de pH, densité, conductibilité, poids volumique ou d'autres paramètres déterminants, ainsi que le calcul de la fréquence de l'évacuation;h) l'occupation animale pour laquelle les spécifications reprises sous a à g s'appliquent. 2° Pour chaque système de nettoyage de l'air, le fournisseur délivre un " protocole de la prise d'échantillons " comprenant au moins les dispositions telles que reprises sous le point 5.1.7. 3° Pour chaque système de nettoyage de l'air, le fournisseur délivre un manuel comprenant au moins les dispositions telles que reprises sous le point 5.1.8. 5.1.4. Pour l'utilisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Le système de nettoyage de l'air doit être utilisé de telle manière qu'une réduction des émissions d'ammoniaque d'au moins 70 % soit réalisée.2° Un contrat d'entretien doit être conclu avec le fournisseur du système de nettoyage de l'air ou avec une autre partie compétente.Ce contrat d'entretien comprend au moins la disposition reprise sous le point 5.1.9. 3° Un journal de bord doit être conservé à propos du contrôle biennal de l'eau de nettoyage, du contrôle hebdomadaire sur le bon fonctionnement du système de nettoyage, de l'entretien annuel et du contrôle exécuté par le fournisseur ou d'une autre partie compétente et à propos des mesurages éventuels du rendement.Tant le résultat de ces contrôles que les actions y afférentes doivent être conservés dans le journal de bord. Des anomalies éventuelles, des calamités, des dérogations et des nettoyages occasionnels, ainsi que les actions entreprises à l'occasion de ces problèmes sont également repris dans le journal de bord. Ce journal de bord peut être conservé sous forme numérique. 4° Contrôle de l'eau de nettoyage : a) un échantillon de l'eau de nettoyage doit être pris tous les six mois, tel que fixé dans le protocole de la prise d'échantillons.La prise d'échantillon, le transport et l'analyse des eaux évacuées et le rapport de cette analyse doivent être réalisés par un laboratoire agréé; b) l'exploitant vérifie si les résultats d'analyse de l'eau de nettoyage se trouvent dans les limites fixées au tableau 1er du point 5.1.6. Des paramètres pour lesquels les limites ne sont pas reprises au tableau 1er du point 5.1.6, doivent se trouver dans les valeurs limites fixées à la fiche technique délivrée par le fournisseur. Si les résultats d'analyse se trouvent en dehors des limites reprises au tableau 1er du point 5.1.6 ou en dehors de limites prescrites par le fournisseur dans la fiche technique, l'exploitant ou le fournisseur ou une autre partie compétente doit entreprendre une action afin d'optimaliser le fonctionnement du système de nettoyage de l'air; c) au moment de la prise d'échantillons de l'eau de nettoyage, l'occupation animale actuelle (poids, âge, et nombre), le chiffre de la minuterie de la pompe de circulation de l'eau de nettoyage ainsi que le chiffre du pulsomètre hydraulique pour le débit des eaux évacuées doivent être notées par l'exploitant dans le journal de bord;d) les résultats de l'analyse et des actions éventuelles sont notés dans le journal de bord.5° Contrôle hebdomadaire du bon fonctionnement du système de nettoyage de l'air : a) toutes les semaines, l'exploitant effectue un contrôle du bon fonctionnement du système de nettoyage de l'air, en contrôlant les paramètres tels que repris dans le manuel; b) les résultats du contrôle doivent se trouver dans les limites reprises aux tableaux 1er et 2 du point 5.1.6 par rapport aux valeurs indiquées par le fournisseur dans la fiche technique. Des paramètres de contrôle pour lesquels les limites ne sont pas reprises aux tableaux 1er et 2 du point 5.1.6, doivent se trouver dans les valeurs limites indiquées dans la fiche technique délivrée par le fournisseur.

Si les résultats du contrôle se trouvent en dehors des limites reprises aux tableaux 1er et 2 du point 5.1.6 ou en dehors de limites indiquées par le fournisseur dans la fiche technique, l'exploitant ou le fournisseur ou une autre partie compétente doit entreprendre une action afin d'optimaliser le fonctionnement du système de nettoyage de l'air; c) les résultats du contrôle hebdomadaires et d'éventuelles actions sont notés dans le journal de bord.6° L'air de ventilation rencontrera une plus grande résistance à cause des salissures contenues dans le paquet du filtre.Pour cette raison, le système de nettoyage de l'air doit être nettoyé au minimum chaque année conformément à la disposition reprise au contrat d'entretien. Le nettoyage occasionnel du système de nettoyage de l'air par l'exploitant doit être effectué conformément aux prescriptions du contrat d'entretien. Des nettoyages sont notés dans le journal de bord. 7° La destination des eaux évacuées du système de nettoyage de l'air doit être clairement indiquée. 8° Lorsque les autorités compétentes prescrivent une mesure du rendement du système du nettoyage de l'air, celle-ci doit être effectuée telle que visée sous le point 5.1.10. Dans le cadre de l'obligation de mesure du rendement, la date de la mesure et le résultat doivent être enregistrées dans un journal de bord. Au cas où l'exploitant est obligé de faire effectuer une mesure du rendement, le fournisseur du système de nettoyage de l'air est responsable pour faire effectuer cette mesure et il en porte les frais. 9° Le manuel d'utilisation, la fiche technique, le protocole de la prise d'échantillons, le journal de bord, le contrat d'entretien et les rapports de l'analyse doivent être conservés dans un lieu central près de l'installation et doivent être conservés pour être consultés par les autorités compétentes. 5.1.5. Combinaison du système de nettoyage de l'air avec d'autres systèmes de nettoyage de l'air : le système de nettoyage de l'air peut être combiné avec d'autres systèmes de nettoyage de l'air, tels qu'un système de nettoyage chimique de l'air, un nettoyeur d'eau ou un filtre biologique pour autant que le système combiné de nettoyage de l'air réalise également une réduction des émissions d'ammoniaque d'au moins 70 %. Les exigences à la réalisation et au fonctionnement telles que stipulées pour les systèmes de nettoyage de l'air restent également d'application pour des systèmes combinés de nettoyage de l'air. 5.1.6. Fourchette des paramètres de contrôle : Tableau 1er : Fourchette de l'analyse de l'eau de nettoyage

Paramètre

Résultat

Action utilisateur/fournisseur/ partie compétente

pH

< 6

Pas probable : demander une explication

> 6 et < 6.5

Question prioritaire

> 6.5 en < 7.5

Pas d'action

> 7.5 en < 8.5

Question prioritaire

> 8.5

Réparation/entretien

Ntotal (g N/litre)

< 0.8

Réparation/entretien

> 3.2

Réparation/entretien

MN/N **

< 0.8

Se présente lors d'une forte diminution de la charge d'ammoniaque

> 0.8 en < 1.2

Pas d'action

> 1.2 en < 3

Question prioritaire

> 3

Réparation/entretien

NH4+ -N (g N/litre) *

> 0.4

Demander une explication lorsqu'il n'y a pas de nitrification


* Ntotal = NH4+ -N + NO2- -N + NO3- -N ** MN/N = NH4+ -N / (NO2- -N + NO3- -N) exprimé en mol Tableau 2 : Fourchette des points de contrôle

Point de contrôle

Résultat

Action utilisateur/fournisseur Partie compétente

Image de la pulvérisation*

Bonne

Pas d'action

Suboptimale

Question prioritaire

Mauvaise

Réparation/entretien

Débit de l'eau de nettoyage

Différence < 10 %

Pas d'action

Différence > 10 % et < 20 %

Question prioritaire

Différence > 20 %

Réparation/entretien

Heures de fonctionnement de la pompe de l'eau de nettoyage

Différence < 5 %

Pas d'action

Différence > 5 %

Demander une explication

Débit des eaux évacués**

Différence < 10 %

Pas d'action

Différence > 10 %

Réparation/entretien

Perte de pression sur le paquet

Différence < 20 %

Pas d'action

Différence > 20 % et < 40 %

Question prioritaire

Différence > 40 %

Réparation/entretien


* bonne : la distribution de l'eau est régulière et recouvre toute la surface suboptimale : la distribution de l'eau n'est pas régulière est recouvre moins qu'environ 80 % de la surface mauvaise : la distribution de l'eau n'est pas régulière est recouvre moins qu'environ 80 % de la surface ** Les valeurs guide pour lé débit minimal et maximal des eaux évacuées, exprimées en litre/heure/emplacement d'animal et calculées sur la base des facteurs d'émission qui sont d'application pour des étables traditionnelles, s'élèvent à :

Min.

Max

- porcelets sevrés, espace habitable au maximum 0,35 m2 par emplacement d'animal . . . . .

0,013

0,05

- porcelets sevrés, espace habitable de plus de 0,35 m2 par emplacement d'animal . . . . .

0,015

0,06

- truies portantes . . . . .

0,173

0,69

- truies vides et portantes . . . . .

0,088

0,35

- verrats . . . . .

0,115

0,46

- porcs de charcuteries, grillage de sol partiel, emplacement d'animal avec cave, espace habitable au maximum 0,8 m2 par emplacement d'animal . . . . .

0,062

0,25

- porcs de charcuteries, grillage de sol partiel, emplacement d'animal avec cave, espace habitable de plus de 0,8 m2 par emplacement d'animal . . . . .

0,083

0,34

- porcs de charcuteries, autres systèmes de logement, espace habitable au maximum 0,8 m2 par emplacement d'animal . . . . .

0,052

0,21

- porcs de charcuteries, autres systèmes de logement, espace habitable de plus de 0,8 m2 par emplacement d'animal . . . . .

0,069

0,28

- poules d'élevage de poules pondeuses, système de batteries . . . . .

0,0036

0,014

- poules pondeuses y compris les animaux (grands-) parents des races pondeuses, pas de système de batteries . . . . .

0,007

0,026

- Animaux-parents de coquelets . . . . .

0,012

0,048

- coquelets . . . . .

0,0017

0,0067

- poules d'élevages des animaux-parents de coquelets . . . . .

0,005

0,021


Pour des systèmes spécifiques de nettoyage de l'air, des combinaisons du système de nettoyage de l'air avec un bassin de dénitrification ou pour des combinaisons avec d'autres systèmes de nettoyage de l'air, des valeurs dérogatoires pour le débit minimal et maximal des eaux évacuées peuvent être applicables. Le cas échéant, ces valeurs doivent être reprises dans la fiche technique. 5.1.7. Protocole de la prise d'échantillons : 1° L'échantillon de l'eau de nettoyage est pris au point de vidange prévu dans le conduit de la pompe de circulation.2° La prise d'échantillons et la conservation de l'eau de nettoyage peuvent se faire de deux manières : a) la prise d'échantillons a lieu en recueillant environ 2 litres d'eau de nettoyage dans un récipient propre en dessous du point de vidange.Pour ce faire, 100 ml sont pris dans une seringue, et ensuite un minimum de 50 ml d'eaux de nettoyage est placé dans un flacon échantillon après avoir placé un filtre antibactérien sur la seringue.

L'échantillon doit être conservé au froid le plus rapidement possible, et l'analyse doit être réalisée dans les 48 heures; b) la prise de d'échantillons et la conservation ont lieu en fonction des normes NEN6800 et NPR6601.A ce niveau, le pH est mesuré sur place et l'activité bactérienne est suspendue en réduisant l'acidité jusqu'à un pH = 2 en ajoutant de l'acide sulfurique à l'échantillon. L'analyse de l'échantillon doit être réalisée dans les 48 heures. 3° L'eau de nettoyage doit être examiné aux paramètres suivants par un laboratoire agréé : pH, azote ammoniacal (NH4+-N), nitrite (NO2- -N) et nitrate (NO3- -N).4° Enregistrement indépendant : l'échantillonneur note les chiffres du compteur de la minuterie de la pompe de circulation de l'eau de nettoyage et du pulsomètre hydraulique pour le débit des eaux évacuées.5° Le rapport d'analyse est transmis à l'exploitant et au fournisseur ou à une autre partie compétente.Le rapport d'analyse doit en tout cas mentionner les données suivantes : a) résultat de l'analyse du pH;b) taux d'azote ammoniacal, exprimé en g N par litre;c) taux d'azote total, à savoir la somme de l'azote ammoniacal analysé, de l'azote nitrate et de l'azote nitrite, exprimés en g N par litre;d) le rapport d'azote ammoniacal, exprimé en mol par litre, vis-à-vis de la somme d'azote nitrate et d'azote nitrite, exprimés en mol par litre;e) le numéro d'identification du nettoyeur de l'air;f) la date de la prise d'échantillons;g) nom, adresse et domicile de l'établissement où le nettoyeur se trouve;h) les chiffres du compteur de la minuterie de la pompe de circulation de l'eau de nettoyage et du pulsomètre hydraulique pour le débit des eaux évacuées;i) remarques éventuelles. 5.1.8. Manuel d'utilisation : 1° Le manuel d'utilisation comprend au moins les prescriptions pour l'exploitant pour le contrôle hebdomadaire du bon fonctionnement du système de nettoyage de l'air.2° Ces prescriptions comprennent le contrôle hebdomadaire d'au moins les points suivants : a) pH de l'eau de nettoyage;b) fonctionnement de la pompe de circulation pour l'eau de nettoyage (relevé du compteur de la minuterie);c) débit de l'eau de nettoyage;d) répartition de l'eau de nettoyage sur le (paquet du) filtre (image de la pulvérisation);e) débit des eaux évacuées (relevé du compteur du pulsomètre hydraulique);f) débit de ventilation et perte de pression sur le (paquet du) filtre;g) éventuellement des paramètres déterminants supplémentaires. 5.1.9. Le contrat d'entretien standard doit au moins comporter les éléments suivants : 1° Entretien annuel et contrôle du système de nettoyage de l'air : Au moins une fois par an, le fournisseur ou une autre partie compétente doit effectuer un entretien du système de nettoyage de l'air afin d'assurer le fonctionnement optimal du système de nettoyage de l'air. Outre le contrôle technique et l'entretien physique du système de nettoyage de l'air, les résultats des contrôles des eaux évacuées et du contrôle hebdomadaire par l'exploitant sont également jugés afin de vérifier si le système de nettoyage de l'air a bien fonctionné.

L'entretien, l'évaluation du bon fonctionnement du système de nettoyage de l'air et des actions entreprises suite à l'entretien et au contrôle, sont rapportés dans le journal de bord. 2° Les prescriptions pour l'exploitant pour le nettoyage occasionnel du système de nettoyage de l'air.3° Des anomalies, des dérogations ou des observations (par ex.sous la forme de nuisances d'odeur croissantes), remarquées par l'exploitant qui indiquent des calamités imminentes ou un fonctionnement non optimal du système de nettoyage de l'air, doivent être signalées immédiatement au fournisseur ou à une autre partie compétente. 4° Au cas où l'exploitant est dans l'obligation de faire effectuer une mesure du rendement, il doit être déterminé dans le contrat d'entretien lors de la conclusion de celui-ci, que le fournisseur est responsable de la réalisation de cette mesure et qu'il en portera les frais. 5.1.10. Mesure du rendement : 1° L'autorité compétente peut prescrire la réalisation d'une mesure du rendement du système de nettoyage de l'air.2° Cette mesure est composée d'une détermination chimique du taux d'ammoniaque aussi bien dans l'air de ventilation avant le nettoyeur que dans l'air de ventilation après le système de nettoyage de l'air.3° Cela doit être fait en trois fois en mesurant une demi-heure pendant les moments importants du système de nettoyage de l'air (cela signifie pendant la journée pour l'éleveur).La moyenne de ces trois mesurages détermine le rendement de suppression du système de nettoyage de l'air. 4° Le rendement de suppression mesuré peut être inférieur au maximum 5 % au rendement requis de 70 %. 5.2. Système S-2. Système de nettoyage chimique de l'air dans le cas d'une réduction de 70 % ou plus des émissions 5.2.1. Les émissions d'ammoniaque sont limitées en traitant l'air de ventilation d'étable dans un système de nettoyage biologique de l'air.

Le système de nettoyage de l'air est composé d'un filtre (colonne avec du matériau de remplissage) ou d'un paquet de filtre qui est tenu continuellement humide à l'aide d'un liquide de nettoyage, acidifié d'acide sulfurique et par lequel l'air de ventilation d'étable sortant est conduite à contre-courant, à courant continu ou à courant transversal. Lors du passage de l'air de ventilation d'étable dans le système de nettoyage de l'air, l'ammoniaque est recueilli dans le liquide de nettoyage, et après l'air de ventilation nettoyé quitte le système. En ajoutant de l'acide sulfurique au liquide nettoyage, l'ammoniaque est liée comme du sulfate d'ammonium, ensuite, cette substance est déversée avec les eaux évacuées. 5.2.2. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Dimensionnement du système de nettoyage de l'air : a) le système de nettoyage de l'air peut traiter l'air de ventilation d'étable sortant d'une ou de plusieurs sections.Le plan de dimensionnement faisant partie de la demande d'autorisation doit indiquer clairement la (les) section(s) dont l'air de ventilation d'étable sortant sera traité dans le système de nettoyage de l'air; b) la capacité du système de nettoyage de l'air doit au minimum être égale au besoin total maximal de ventilation de la/des section(s) dont l'air est traité.Le plan de dimensionnement faisant partie de la demande d'autorisation doit dès lors reprendre la relation avec le nombre d'animaux par catégorie d'animaux, le besoin maximal de ventilation, exprimé en m3 par heure, ainsi que la capacité totale du système de nettoyage de l'air en m3 d'air d'étable traitée par heure; c) le système de nettoyage de l'air doit être dimensionné de telle manière qu'une réduction des émissions d'ammoniaque d'au moins 70 % soit réalisée en tout temps;2° Air de ventilation : a) tout l'air de ventilation de chaque section dont l'air est traité par le système de nettoyage de l'air doit être évacué de l'étable par le biais du système de nettoyage.Des pontages qui correspondent directement à l'air extérieur ne peuvent être apportés, ni dans le canal central d'évacuation d'air, ni dans la chambre de pression; b) dans le cas de l'utilisation d'un canal d'évacuation d'air central, la surface d'écoulement de ce canal doit s'élever à au moins 1 cm2 par m3 de capacité de ventilation maximale, exprimée en m3 par heure;c) dans le cas d'un placement en courant transversal, les ventilateurs qui soufflent l'air de ventilation d'étable à travers du (paquet de) doivent être répartis de manière égale par rapport à la surface d'adduction du (paquet du) filtre;d) une chambre de pression est placée devant le (paquet de) filtre qui assure que l'air d'étable est répartie de façon optimale sur la surface d'adduction entière du (paquet du) filtre.La distance minimale entre les ventilateurs ou les ouvertures d'évacuation de l'air de ventilation d'étable et le (paquet du) filtre s'élève à 3 mètres. 3° (Paquet du) filtre : a) lorsque le filtre est composé d'un matériau d'étanchéification, la surface d'adduction entière du (paquet du) filtre doit être recouverte en tout temps du matériau d'étanchéification, le support du filtre doit être entièrement rempli du matériau d'étanchéification;b) sous le (paquet du) filtre se trouve un récipient ou un réservoir de recirculation pour le liquide de nettoyage, qui est réalisée de manière à ce que l'eau de nettoyage sortant du (paquet du) filtre soit recueillie;c) un lèche- gouttes doit être installé derrière le (paquet du) filtre, sauf si le système de nettoyage de l'air est combiné avec un filtre biologique.4° Acide : a) le système de nettoyage de l'air est équipé d'un système de commande automatique pour le dosage de l'acide sulfurique;b) le contenu du réservoir de stockage d'acide doit pouvoir être lu rapidement et précisément.Il peut y être dérogé lorsque le système de dosage automatique enregistre la consommation totale d'acide. 5° Réglage des eaux évacuées : l'évacuation des eaux de nettoyage doit être réglée par un système automatique.Par dérogation, un réglage manuel des eaux évacuées est autorisé, à condition que ce réglage soit basé sur une détermination quantitative d'un paramètre déterminant. 6° Les eaux évacuées doivent être déversées vers un stockage séparé étanche et résistant à l'acide.Le stockage des eaux évacuées doit avoir une capacité de stockage suffisante et ne peut être muni d'un déversoir de réseau d'assainissement. Le déversement des eaux évacuées vers la cave à fumier dans l'étable, qui est en connexion ouverte avec les animaux, n'est pas autorisé. 7° Enregistrement : a) enregistrement continuel du nombre d'heures de fonctionnement de la pompe de circulation de l'eau de nettoyage qui humidifie le (paquet du) filtre par le moyen d'une minuterie;b) enregistrement continu du débit des eaux évacués par le biais d'un pulsomètre hydraulique étalonné;c) les valeurs enregistrées ne doivent pas être stockées de manière librement accessible.8° Dans le conduit de la pompe de circulation de l'eau de nettoyage vers les pulvérisateurs qui humidifient le (paquet du) filtre se trouve un point de vidange pour la prise d'échantillons de l'eau de nettoyage.9° Chaque système de nettoyage de l'air est muni d'un numéro d'identification unique. 5.2.3. Pour la documentation technique de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Pour chaque système de nettoyage de l'air, le fournisseur délivre une fiche technique contenant les spécifications suivantes : a) fonctionnement de la pompe de l'eau de nettoyage : continu ou non. Dans le cas d'un fonctionnement non continu de la pompe de l'eau de nettoyage, la fréquence et la durée de fonctionnement doivent être reprises; b) débit de l'eau de nettoyage en litres par heure et rapport aux heures de fonctionnement de la pompe de l'eau de nettoyage;c) distribution requise de l'eau de nettoyage et image de la pulvérisation sur le (paquet du) filtre;d) valeurs limites spécifiques relatives à la composition de l'eau de nettoyage et au moins pour les paramètres pH, ammonium, sulfate et sulfate d'ammonium.Pour le pH de l'eau de nettoyage, tant la valeur maximale qui ne peut jamais être dépassée, que la valeur maximale du pH de l'eau de nettoyage directement après le vidange, sont mentionnées; e) estimation de la consommation d'acide en litres par jour;f) réglage de la ventilation et résistance de l'air du système de nettoyage de l'air (perte de pression en Pa sur le (paquet du) filtre);g) le réglage de l'évacuation d'eau, le débit des eaux évacuées en litres par heures ou litres par tour d'évacuation, la fréquence de l'évacuation, mentionnant si celle-ci a lieu à des moments fixes ou à certaines valeurs de pH, densité, conductibilité, poids volumique ou d'autres paramètres déterminants, ainsi que le calcul de la fréquence de l'évacuation;h) l'occupation animale pour laquelle les spécifications reprises sous a à g s'appliquent. 2° Pour chaque système de nettoyage de l'air, le fournisseur délivre un "protocole de la prise d'échantillons" comprenant au moins les dispositions telles que reprises sous le point 5.2.7. 3° Pour chaque système de nettoyage de l'air, le fournisseur délivre un manuel comprenant au moins les dispositions telles que reprises sous le point 5.2.8. 5.2.4. Pour l'utilisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Le système de nettoyage de l'air doit être utilisé de telle manière qu'une réduction des émissions d'ammoniaque d'au moins 70 % soit réalisée.2° Un contrat d'entretien doit être conclu avec le fournisseur du système de nettoyage de l'air ou avec une autre partie compétente.Ce contrat d'entretien comprend au moins la disposition reprise sous le point 5.2.9. 3° Un journal de bord doit être conservé à propos du contrôle biennal de l'eau de nettoyage, du contrôle hebdomadaire sur le bon fonctionnement du système de nettoyage, de l'entretien annuel et du contrôle exécuté par le fournisseur ou d'une autre partie compétente et à propos des mesurages éventuels du rendement.Tant le résultat de ces contrôles que les actions y afférentes doivent être conservés dans le journal de bord. Le moment et la quantité de l'ajout du stock d'acide et les anomalies éventuelles, les calamités, les dérogations et nettoyages occasionnels, ainsi que les actions entreprises à l'occasion de ces problèmes, sont également notés dans le journal de bord. Ce journal de bord peut être conservé sous forme numérique. 4° Contrôle de l'eau de nettoyage : a) un échantillon de l'eau de nettoyage doit être pris tous les six mois, tel que fixé dans le protocole de la prise d'échantillons.La prise d'échantillon, le transport et l'analyse des eaux évacuées et le rapport de cette analyse doivent être réalisés par un laboratoire agréé; b) l'exploitant vérifie si les résultats de l'analyse de l'eau de nettoyage se trouvent dans les limites fixées au tableau 1er du point 5.2.6 par rapport aux valeurs indiquées par le fournisseur reprises dans la fiche technique et si le taux de sulfate d'ammonium est de 2.1. mol par litre au maximum. Des paramètres pour lesquels les limites ne sont pas reprises au tableau 1er du point 5.2.6, doivent se trouver dans les valeurs limites fixées à la fiche technique délivrée par le fournisseur. Si les résultats de l'analyse se trouvent en dehors des limites reprises au tableau 1er du point 5.2.6 ou en dehors de limites indiquées par le fournisseur dans la fiche technique, ou si le taux de sulfate d'ammonium est supérieur à 2.1 mol par litre, l'exploitant ou le fournisseur ou une autre partie compétente doit entreprendre une action afin d'optimaliser le fonctionnement du système de nettoyage de l'air; c) au moment de la prise d'échantillons de l'eau de nettoyage, l'occupation animale sur la période depuis le contrôle précédent de l'eau de nettoyage (dates de stockage et de délivrance et nombre d'animaux), l'ajout du stock d'acide depuis le contrôle précédent de l'eau de nettoyage (dates, volume d'acide), la position du compteur de la minuterie de la pompe de circulation de l'eau de nettoyage et la position du compteur du pulsomètre hydraulique pour le débit des eaux évacuées sont notés dans le journal de bord par l'exploitant;d) les résultats de l'analyse et des actions éventuelles sont notés dans le journal de bord.5° Contrôle hebdomadaire du bon fonctionnement du système de nettoyage de l'air : a) toutes les semaines, l'exploitant effectue un contrôle du bon fonctionnement du système de nettoyage de l'air, en contrôlant les paramètres tels que repris dans le manuel; b) les résultats du contrôle doivent se trouver dans les limites reprises aux tableaux 1er et 2 du point 5.2.6 par rapport aux valeurs indiquées par le fournisseur dans la fiche technique. Des paramètres de contrôle pour lesquels aucune limite n'est reprise au tableau 2 du point 5.2.6, doivent se trouver dans les valeurs limites indiquées dans la fiche technique délivrée par le fournisseur. Si les résultats du contrôle se trouvent en dehors des limites reprises aux tableaux 1er et 2 du point 5.2.6 ou en-dehors des limites indiquées par le fournisseur dans la fiche technique, l'exploitant ou le fournisseur ou une autre partie compétente doit entreprendre une action afin d'optimaliser le fonctionnement du système de nettoyage de l'air; c) les résultats du contrôle hebdomadaire et d'éventuelles actions sont notés dans le journal de bord.6° L'air de ventilation rencontrera une plus grande résistance à cause des salissures contenues dans le paquet du filtre.Pour cette raison, le système de nettoyage de l'air doit être nettoyé au minimum chaque année conformément à la disposition reprise au contrat d'entretien. Le nettoyage occasionnel du système de nettoyage de l'air par l'exploitant doit être effectué conformément aux prescriptions du contrat d'entretien. Des nettoyages sont notés dans le journal de bord. 7° La destination des eaux évacuées du système de nettoyage de l'air doit être clairement indiquée.8° Lorsque les autorités compétentes prescrivent une mesure du rendement du système du nettoyage de l'air, celle-ci doit être effectuée telle que visée sous le point 05/02/2010.Dans le cadre de l'obligation de mesure du rendement, la date de la mesure et le résultat doivent être enregistrées dans un journal de bord. Au cas où l'exploitant est obligé de faire effectuer une mesure du rendement, le fournisseur du système de nettoyage de l'air est responsable pour faire effectuer cette mesure et il en porte les frais. 9° Le manuel d'utilisation, la fiche technique, le protocole de la prise d'échantillons, le journal de bord, le contrat d'entretien et les rapports de l'analyse doivent être conservés dans un lieu central près de l'installation et doivent être conservés pour être consultés par les autorités compétentes.En vue du contrôle par l'autorité compétente, l'exploitant doit également mettre à disposition des données relatives à l'occupation animale (poids, âge et nombre d'animaux). 5.2.5. Combinaison du système de nettoyage de l'air avec d'autres systèmes de nettoyage de l'air : le système de nettoyage de l'air peut être combiné avec d'autres systèmes de nettoyage de l'air, tels qu'un système de nettoyage chimique de l'air, un nettoyeur d'eau ou un filtre biologique pour autant que le système combiné de nettoyage de l'air réalise également une réduction des émissions d'ammoniaque d'au moins 70 %. Les exigences à la réalisation et au fonctionnement telles que stipulées pour les systèmes de nettoyage de l'air restent également d'application pour des systèmes combinés de nettoyage de l'air. 5.2.6. Fourchette des paramètres de contrôle : Tableau 1er : Fourchette de l'analyse de l'eau de nettoyage

Composante

Résultat

Action utilisateur/fournisseur Partie compétente

pH

Différence < 0.5 unité pH

Pas d'action

Différence > 0.5 et < 1 pH-unité

Question prioritaire

Dérogation > 1 unité pH

Réparation/entretien

MN/S *

Différence < 10 %

Pas d'action

Différence > 10 % et < 20 %

Question prioritaire

Différence > 20 %

Réparation/entretien


** MN/S = NH4+ / SO42- Tableau 2 : Fourchette des points de contrôle

Point de contrôle

Résultat

Action utilisateur/fournisseur Partie compétente

Image de la pulvérisation*

Bonne

Pas d'action

Suboptimale

Question prioritaire

Mauvaise

Réparation/entretien

Débit de l'eau de nettoyage

Différence < 10 %

Pas d'action

Différence > 10 % en < 20 %

Question prioritaire

Différence > 20 %

Réparation/entretien

Heures de fonctionnement de la pompe de l'eau de nettoyage

Différence < 5 %

Pas d'action

Différence > 5 %

Demander une explication

Débit des eaux évacués**

Différence < 10 %

Pas d'action

Différence > 10 %

Réparation/entretien

Perte de pression sur le paquet

Différence < 20 %

Pas d'action

Différence > 20 % en < 40 %

Question prioritaire

Différence > 40 %

Réparation/entretien


* bonne : la distribution de l'eau est régulière et recouvre toute la surface suboptimale : la distribution de l'eau n'est pas régulière est recouvre moins qu'environ 80 % de la surface mauvaise : la distribution de l'eau n'est pas régulière est recouvre moins qu'environ 80 % de la surface ** Les valeurs guide pour lé débit minimal des eaux évacuées, exprimées en litre/heure/emplacement d'animal et calculées sur la base des facteurs d'émission qui sont d'application pour des étables traditionnelles, s'élèvent à : - porcelets sevrés, espace habitable au maximum 0.35 m2 par emplacement d'animal . . . . . 9 - porcelets sevrés, espace habitable de plus de 0.35 m2 par emplacement d'animal . . . . . 11 - truies portantes . . . . . 125 - truies vides et portantes . . . . . 65 - verrats . . . . . 85 - porcs de charcuteries, grillage de sol partiel, emplacement d'animal avec cave, espace habitable au maximum 0.8 m2 par emplacement d'animal . . . . . 48 - porcs de charcuteries, grillage de sol partiel, emplacement d'animal avec cave, espace habitable de plus de 0.8 m2 par emplacement d'animal . . . . . 74 - porcs de charcuteries, autres systèmes de logement, espace habitable au maximum 0.8 m2 par emplacement d'animal . . . . . 40 - porcs de charcuteries, autres systèmes de logement, espace habitable de plus de 0.8 m2 par emplacement d'animal . . . . . 65 - poules d'élevage de poules pondeuses, pas de système de batteries . . . . . 1,9 - poules d'élevage de poules pondeuses, système de batteries . . . . . 0,2 - poules pondeuses y compris les animaux (grands-) parents des races pondeuses, pas de système de batteries . . . . . 3,5 - poules pondeuses y compris les animaux (grands-) parents des races pondeuses, pas de système de batteries . . . . . 0,5 - Animaux-parents de coquelets . . . . . 6,3 - coquelets . . . . . 0,5 - poules d'élevages des animaux-parents de coquelets . . . . . 2,7 Pour des systèmes spécifiques de nettoyage de l'air ou pour des combinaisons avec d'autres systèmes de nettoyage de l'air, des valeurs dérogatoires pour le débit minimal des eaux évacuées peuvent être applicables. Le cas échéant, ces valeurs doivent être reprises dans la fiche technique. 5.2.7. Protocole de la prise d'échantillons : 1° L'échantillon de l'eau de nettoyage est pris au point de vidange prévu dans le conduit de la pompe de circulation.2° La prise d'échantillons a lieu en recueillant dans un récipient propre environ 2 litres d'eaux évacuées en dessous du point de vidange.100 ml d'eaux évacuées sont placés dans un flacon échantillon. L'analyse de l'échantillon doit être réalisée dans les 48 heures. 3° L'eau de nettoyage doit être analysé par un laboratoire agréé au moins aux paramètres suivants : pH, ammonium (NH4+ -N), sulfate (SO42-) et sulfate d'ammonium ((NH4)2SO4).4° Enregistrement indépendant : l'échantillonneur note la position du compteur de la minuterie de la pompe de circulation de l'eau de nettoyage et du pulsomètre hydraulique pour le débit des eaux évacuées et le contenu du réservoir de stockage d'acide ou la consommation d'acide enregistrée.5° Le rapport d'analyse est transmis à l'exploitant et au fournisseur ou à une autre partie compétente.Le rapport d'analyse doit en tout cas mentionner les données suivantes : a) résultat de l'analyse du pH;b) taux d'azote ammoniacal, exprimé en g N par litre;c) taux de sulfate, exprimé en g N par litre;d) le rapport d'ammonium sur sulfate : e) taux de sulfate d'ammonium, exprimé en mol par litre;f) numéro d'identification du nettoyeur de l'air;g) date de la prise d'échantillons;h) nom, adresse et domicile de l'établissement où le nettoyeur se trouve;i) position de la minuterie de la pompe de circulation de l'eau de nettoyage et du pulsomètre hydraulique pour le débit des eaux évacuées et pour la consommation d'acide;j) remarques éventuelles. 5.2.8. Manuel d'utilisation : 1° Le manuel d'utilisation comprend au moins les prescriptions pour l'exploitant pour le contrôle hebdomadaire du bon fonctionnement du système de nettoyage de l'air.2° Ces prescriptions comprennent le contrôle hebdomadaire d'au moins les points suivants : a) pH de l'eau de nettoyage;b) fonctionnement de la pompe de circulation pour l'eau de nettoyage (relevé du compteur de la minuterie);c) débit de l'eau de nettoyage;d) répartition de l'eau de nettoyage sur le (paquet du) filtre (image de la pulvérisation);e) débit des eaux évacuées (position du compteur du pulsomètre hydraulique);f) débit de ventilation et perte de pression sur le (paquet du) filtre;g) consommation d'acide;h) éventuellement des paramètres déterminants supplémentaires. 5.2.9. Le contrat d'entretien standard doit au moins comporter les éléments suivants : 1° Entretien annuel et contrôle du système de nettoyage de l'air : Au moins une fois par an, le fournisseur ou une autre partie compétente doit effectuer un entretien du système de nettoyage de l'air afin d'assurer le fonctionnement optimal du système de nettoyage de l'air. Outre le contrôle technique et l'entretien physique du système de nettoyage de l'air, les résultats des contrôles des eaux évacuées et du contrôle hebdomadaire par l'exploitant sont également jugés afin de vérifier si le système de nettoyage de l'air a bien fonctionné.

L'entretien, l'évaluation du bon fonctionnement du système de nettoyage de l'air et des actions entreprises suite à l'entretien et au contrôle, sont rapportés dans le journal de bord. 2° Les prescriptions pour l'exploitant pour le nettoyage occasionnel du système de nettoyage de l'air.3° Des anomalies, des dérogations ou des observations (par ex.sous la forme de nuisances d'odeur croissantes), remarquées par l'exploitant qui indiquent des calamités imminentes ou un fonctionnement non optimal du système de nettoyage de l'air, doivent être signalées immédiatement au fournisseur ou à une autre partie compétente. 4° Au cas où l'exploitant est dans l'obligation de faire effectuer une mesure du rendement, il doit être déterminé dans le contrat d'entretien lors de la conclusion de celui-ci, que le fournisseur est responsable de la réalisation de cette mesure et qu'il en portera les frais. 05/02/2010 Mesure du rendement : 1° L'autorité compétente peut prescrire la réalisation d'une mesure du rendement du système de nettoyage de l'air.2° Cette mesure est composée d'une détermination chimique du taux d'ammoniaque aussi bien dans l'air de ventilation avant le nettoyeur que dans l'air de ventilation après le système de nettoyage de l'air.3° Cela doit être fait en trois fois en mesurant une demi-heure pendant les moments importants du système de nettoyage de l'air (cela signifie pendant la journée pour l'éleveur).La moyenne de ces trois mesurages détermine le rendement de suppression du système de nettoyage de l'air. 4° Le rendement de suppression mesuré peut être inférieur d'au maximum 5 % au rendement requis de 70 %. 5.3. Système S-3. Système de nettoyage de l'air a l'aide d'un filtre biologique dans le cas d'une réduction de 70 % ou plus des émissions 5.3.1. Les émissions d'ammoniaque sont limitées en traitant l'odeur d'étable dans un système de nettoyage biologique de l'air à haute activité microbienne. Le système de nettoyage de l'air est composé d'un lit de matériau de remplissage biologique qui est tenu continuellement humide et par lequel l'air de ventilation d'étable est conduit. D'abord, l'air de ventilation est humidifié, où une sécrétion de poussière a lieu. Lors du passage de l'air de ventilation par le système de nettoyage de l'air, l'ammoniaque est recueillie et est transformée en nitrite et/ou nitrate par les bactéries qui se trouvent sur le matériau de remplissage. 5.3.2. Pour la réalisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Dimensionnement du filtre biologique : a) le filtre biologique peut traiter l'air de ventilation d'étable sortant d'une ou de plusieurs sections.Le plan de dimensionnement faisant partie de la demande d'autorisation doit indiquer clairement la (les) section(s) dont l'air de ventilation d'étable sortant sera traité dans le filtre biologique; b) la capacité du filtre biologique doit au minimum être égale au besoin total maximal de ventilation de la/des section(s) dont l'air est traité.Le plan de dimensionnement faisant partie de la demande d'autorisation doit dès lors reprendre la relation avec le nombre d'animaux par catégorie d'animaux, le besoin maximal de ventilation, exprimé en m3 par heure, ainsi que la capacité totale du filtre biologique en m3 d'air d'étable traité par heure; c) le filtre biologique doit avoir une superficie qui est supérieure à ce qui peut être calculé sur la base de la vitesse d'avance de 20 cm par seconde pour l'air à traiter;d) l'épaisseur du filtre biologique doit permettre un temps de présence supérieur à 5 secondes;e) le filtre biologique doit être dimensionné de telle manière qu'une réduction des émissions d'ammoniaque d'au moins 70 % soit réalisée en tout temps.2° Matériau de remplissage : a) du compost, de la boue séchée, de la tourbe, des rognures de bois, de l'écorce, des fibres de coco, du bois de racine, de la bruyère ou un mélange de ces matériaux peuvent entrer en ligne de compte comme matériau de remplissage biologique;b) le matériau de remplissage doit recouvrir en tout temps la surface d'adduction du filtre biologique et le support du filtre doit être entièrement rempli au moins jusqu'à la hauteur reprise au point 1°, d) ;c) le lit biologique doit être équipé d'un système d'humidification qui permet une humidification homogène du matériau de remplissage et qui garantit une humidité de l'air dans le matériau de remplissage organique de 50-70 %.Le système d'humidification peut également être utilisé pour le rinçage du matériau de remplissage; 3° Air de ventilation : a) l'air de ventilation entier sortant de chaque section dont l'air est traité par le lit biologique doit être évacué de l'étable par le biais du lit biologique.Des pontages qui raccordent directement à l'air extérieur ne peuvent être apportés; b) le lit biologique doit être équipé d'un système d'humidification qui fonctionne permanent pour l'air de ventilation d'étable entrant (par ex.un rideau d'eau); c) une chambre de pression est placée sous le filtre biologique qui assure que l'air d'étable est réparti de façon optimale sur la surface d'adduction entière du lit biologique.4° Enregistrement : a) enregistrement continu du nombre d'heures de fonctionnement de la pompe de circulation de l'eau de nettoyage qui humidifie l'air de ventilation d'étable entrant par une minuterie;b) enregistrement continu de la quantité d'eau utilisée pour l'humidification et le rinçage du matériau de remplissage par le biais d'un compteur d'eau;c) enregistrement continu de la pression sur le matériau de remplissage comme indication pour des voies préférentielles par le biais d'un compteur de différence de pression;d) les valeurs enregistrées ne doivent pas être stockées de manière librement accessible.5° Chaque filtre biologique est muni d'un numéro d'identification unique. 5.3.3. Pour la documentation technique de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Pour chaque système de nettoyage de l'air, le fournisseur délivre une fiche technique contenant les spécifications suivantes : a) débit de la pompe de circulation de l'eau de nettoyage qui humidifie l'air de ventilation d'étable entrant;b) fréquence d'évacuation de l'eau de nettoyage pour l'humidification de l'air de ventilation d'étable entrant;c) valeurs limites pour la quantité d'eau, exprimée en litres par semaine, utilisée pour l'humidification du matériau de remplissage, éventuellement différenciée selon la saison;d) fréquence pour le rinçage du matériau de remplissage et quantité d'eau, exprimée en litres par rinçage, utilisée pour le rinçage du matériau de remplissage;e) distribution d'eau requise et image de la pulvérisation sur le matériau de remplissage;f) valeur de la différence de pression sur le filtre biologique à partir du moment auquel le matériau de remplissage doit être tapé;g) fréquence de remplacement du matériau de remplissage;h) réglage de la ventilation;i) l'occupation animale pour laquelle les spécifications reprises sous a à h s'appliquent. 2° Pour chaque système de nettoyage de l'air, le fournisseur délivre un manuel d'utilisation comprenant au moins les dispositions telles que reprises sous le point 5.3.6. 5.3.4. Pour l'utilisation de ce système, les exigences suivantes s'appliquent : 1° Le filtre biologique doit être utilisé de telle manière qu'une réduction des émissions d'ammoniaque d'au- moins 70 % soit réalisée en tout temps.2° Un contrat d'entretien doit être conclu avec le fournisseur du filtre biologique ou avec une autre partie compétente.Ce contrat d'entretien comprend au moins la disposition reprise sous le point 5.3.7. 3° Un journal de bord doit être conservé à propos du contrôle hebdomadaire sur le bon fonctionnement du filtre biologique, du contrôle annuel et de l'entretien annuel effectué par le fournisseur ou par une autre partie compétente et à propos des mesurages éventuels du rendement.Tant le résultat de ces contrôles que les actions y afférentes doivent être conservés dans le journal de bord. Les moments auxquels le matériau de remplissage est rincé, secoué et remplacé, sont notés dans le journal de bord. Des anomalies éventuelles, des calamités, des dérogations et des nettoyages occasionnels, ainsi que les actions entreprises à l'occasion de ces problèmes sont également repris dans le journal de bord. Ce journal de bord peut être conservé sous forme numérique. 4° Contrôle du bon fonctionnement du filtre biologique : a) un contrôle annuel du filtre biologique doit être effectué par le fournisseur ou par une autre partie compétente conformément aux prescriptions reprises dans le contrat d'entretien.Si le contrôle indique que le filtre biologique ne fonctionne pas bien ou n'a pas bien fonctionné, l'exploitant, le fournisseur ou une autre partie compétente doit entreprendre des actions afin d'optimaliser le fonctionnement du filtre biologique; b) chaque semaine, l'exploitant effectue un contrôle du bon fonctionnement du filtre biologique, en contrôlant les paramètres tels que repris dans le manuel d'utilisation.Les résultats du contrôle hebdomadaire doivent se trouver dans les limites reprises au tableau 1er du point 5.3.5, le cas échéant par rapport aux valeurs indiquées dans la fiche technique délivrée par le fournisseur. Des paramètres de contrôle pour lesquels aucune limite n'est reprise au tableau 1er du point 5.3.5, doivent se trouver dans les valeurs limites indiquées dans la fiche technique délivrée par le fournisseur. Si les résultats d'analyse se trouvent en dehors des limites reprises au tableau 1er du point 5.3.5 ou en dehors des limites prescrites par le fournisseur dans la fiche technique, l'exploitant ou le fournisseur ou une autre partie compétente doit entreprendre des actions afin d'optimaliser le fonctionnement du système de nettoyage de l'air; c) les résultats des contrôles hebdomadaire et annuel et d'éventuelles actions sont notés dans le journal de bord.5° Rincer, secouer et remplacer le matériau de remplissage : a) le matériau de remplissage du filtre biologique doit être secoué au moins tous les six mois afin d'éviter la densification du matériau de remplissage.Le matériau de remplissage doit être remplacé au moins tous les 2 ans. Le matériau de remplissage doit être secoué ou remplacé plus fréquemment lorsque la mesure de différence de pression dépasse les valeurs telles qu'indiquées dans la fiche technique; b) le matériau de remplissage du filtre biologique doit être rincé régulièrement conformément à la fréquence reprise dans la fiche technique afin d'éliminer les produits de dégradation (nitrate, nitrite et acides formés) du matériau de remplissage;c) les moments de rinçage, de secouement et de remplacement du matériau de remplissage sont notés dans le journal de bord.6° La destination de l'eau de nettoyage évacuée, de l'eau de rinçage et du matériau de remplissage éliminé doit être clairement indiquée. 7° Lorsque les autorités compétentes prescrivent une mesure du rendement du filtre biologique, celle-ci doit être effectuée telle que visée sous le point 5.3.8. Dans le cadre de l'obligation de mesure du rendement, la date de la mesure et le résultat doivent être enregistrés dans un journal de bord. Au cas où l'exploitant est obligé de faire effectuer une mesure du rendement, le fournisseur du lit biologique est responsable pour faire effectuer cette mesure et il en porte les frais. 8° Le manuel d'utilisation, la fiche technique, le journal de bord et le contrat d'entretien doivent être conservés dans un lieu central près de l'installation et doivent être tenus à la disposition des autorités compétentes. 5.3.5. Fourchette des paramètres de contrôle Tableau 1er : Fourchette des paramètres de contrôle

Point de contrôle

Résultat

Action exploitant/fournisseur Partie compétente

Cartouche pour l'humidification du matériau de remplissage*

Bonne

Pas d'action

Suboptimale

Question prioritaire

Mauvaise

Réparation/entretien

Position du compteur d'eau (quantité d'eau d'humidification/d'eau de rinçage utilisée)

Différence < 10 %

Pas d'action

Différence > 10 % en < 20 %

Question prioritaire

Différence => 20 %

Réparation/entretien

Heures de fonctionnement de la pompe de nettoyage

=> 165 h

Pas d'action

< 165 h

Noter l'explication

Augmentation de la perte de pression sur le matériau de remplissage

<= 20 Pa

Pas d'action

> 20 Pa et < 50 Pa

Question prioritaire

=> 50 Pa

Secouer**


* bonne : la distribution de l'eau est régulière et recouvre la surface entière suboptimale : la distribution de l'eau n'est pas régulière est recouvre moins qu'environ 80 % de la surface mauvaise : la distribution de l'eau n'est pas régulière est recouvre moins qu'environ 80 % de la surface ** Si la chute de pression ne baisse pas en dessous de 50 Pa après le secouement du matériau de remplissage, le matériau de remplissage doit être remplacé. 5.3.6. Manuel d'utilisation : 1° Le manuel d'utilisation comprend au moins les prescriptions pour l'exploitant pour le contrôle hebdomadaire du bon fonctionnement du système de nettoyage de l'air.2° Ces prescriptions comprennent le contrôle hebdomadaire d'au moins les points suivants : a) fonctionnement de la pompe de nettoyage (noter la position du compteur de la minuterie);b) la quantité des eaux d'humidification/de rinçage utilisées (noter la position du compteur d'eau);c) perte de pression sur le matériau de remplissage (noter la valeur du compteur de la perte de pression);d) cartouche pour l'humidification du matériau de remplissage. 5.3.7. Le contrat d'entretien standard doit au moins comporter les éléments suivants : 1° Au moins une fois par mois, le fournisseur ou une autre partie compétente doivent effectuer un contrôle technique et un entretien physique du lit biologique.L'entretien et les actions éventuelles entreprises suite à l'entretien font partie d'un rapport dans le journal de bord. 2° Au moins une fois par an, le fournisseur ou une autre partie compétente doit effectuer un contrôle sur le bon fonctionnement du filtre biologique.Les résultats du contrôle hebdomadaire par l'exploitant sont évalués afin de vérifier le bon fonctionnement du filtre biologique. En outre, au moins les points suivants sont contrôlés : a) le fonctionnement continu de la pompe de nettoyage à l'aide de la position du compteur de la minuterie depuis le contrôle annuel précédent;b) la quantité des eaux d'humidification et de rinçage utilisées pour le matériau de remplissage à l'aide des échantillons du compteur d'eau depuis le contrôle annuel précédent.Ces valeurs doivent se trouver dans les valeurs limites indiquées par le fournisseur dans la fiche technique; c) humidification de l'air dans le matériau de remplissage.Celle-ci doit s'élever au moins à 50 %.

Si le contrôle indique que le lit biologique ne fonctionne pas bien ou n'a pas bien fonctionné, l'exploitant, le fournisseur ou une autre partie compétente doit entreprendre des actions afin d'optimaliser le fonctionnement du filtre biologique;

L'entretien, l'évaluation du bon fonctionnement du système de nettoyage de l'air et des actions entreprises suite à l'entretien et au contrôle, font l'objet d'un rapport dans le journal de bord. 3° Des anomalies, des dérogations ou des observations (par ex.sous la forme de nuisances d'odeur qui augmentent soudainement), remarquées par l'exploitant qui indiquent des calamités imminentes ou un fonctionnement non optimal du système de nettoyage de l'air, doivent être signalées immédiatement au fournisseur ou à une autre partie compétente. 4° Au cas où l'exploitant est dans l'obligation de faire effectuer une mesure du rendement, il doit être déterminé dans le contrat d'entretien lors de la conclusion de celui-ci, que le fournisseur est responsable de la réalisation de cette mesure et qu'il en portera les frais. 5.3.8. Mesure du rendement : 1° L'autorité compétente peut prescrire la réalisation d'une mesure du rendement du filtre biologique.2° Cette mesure est composée d'une détermination chimique du taux d'ammoniaque, aussi bien dans l'air de ventilation avant le filtre biologique que dans l'air de ventilation après le lit biologique.3° Cela doit se faire en trois fois en mesurant une demi-heure pendant les moments importants du filtre biologique (cela signifie pendant la journée pour l'éleveur).La moyenne de ces trois mesurages détermine le rendement de suppression du filtre biologique. 4° Le rendement de suppression mesuré peut être inférieur d'au maximum 5 % au rendement requis de 70 %. CHAPITRE 6. - Liste O des catégories animales et de systèmes de production pour lesquels des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales ne doivent pas être appliqués 6.1 Des catégories de porcs pour lesquelles des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales ne doivent pas être appliqués : verrats. 6.2 Des catégories de volaille pour lesquelles des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales ne doivent pas être appliqués : dindons, canards, oiseaux coureurs, cailles, pintades, oies, faisans, pigeons de chair, autre volatiles qui ne rentrent pas dans la liste P. 6.3. Dans des étables qui sont destinées à la production biologique animale, conformément aux tableaux établis en exécution de l'article 47, alinéa premier, 1° et 4° de l' arrêté du Gouvernement flamand du 12 décembre 2008Documents pertinents retrouvés type arrêté du gouvernement flamand prom. 12/12/2008 pub. 20/02/2009 numac 2009035162 source autorite flamande Arrêté du Gouvernement flamand relatif à la production biologique et à l'étiquetage des produits biologiques fermer relatif à la production biologique et à l'étiquetage des produits biologiques des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales ne doivent pas être appliqués.

Vu pour être joint à l'arrêté ministériel du 31 mai 2011 modifiant l' arrêté ministériel du 19 mars 2004Documents pertinents retrouvés type arrêté ministériel prom. 19/03/2004 pub. 14/10/2004 numac 2004036442 source ministere de la communaute flamande Arrêté ministériel établissant la liste des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales en exécution des articles 1.1.2 et 5.9.2.1bis de l'arrêté du Gouvernement flamand du 1er juin 1995 fixant les dispositions générales et fermer fixant la liste des systèmes d'étables pauvres en émissions ammoniacales en exécution des articles 1.12 et 5.9.2.1bis de l'arrêté du Gouvernement flamand du 1er juin 1995 fixant les dispositions générales et sectorielles en matière de l'hygiène de l'environnement.

Bruxelles, le 31 mai 2011.

La Ministre flamande de l'Environnement, de la Nature et de la Culture, J. SCHAUVLIEGE

Etaamb propose le contenu du Moniteur Belge trié par date de publication et de promulgation, traité pour le rendre facilement lisible et imprimable, et enrichi par un contexte relationnel.
^